Le Renard de Youri revient à Niamey : Hama peut bien aider Bazoum dans son combat contre les délinquants économiques

Le retour De l’Autorité morale du parti LUMANA FA au bercail soulève toute une vague de débats tant sur les réseaux sociaux que dans les états-majors des formations politiques de l’opposition tout comme de la majorité. Les spéculations vont bon train sur une éventuelle collaboration entre l’actuel Président de la République Bazoum Mohamed et le fin renard de Youri Hama Amadou. Au fait, pour nous, une question reste suspendue à nos lèvres et nous l’appréhendons d’ores et déjà comme étant « le sésame ouvre-toi », l’Alfa et l’Oméga de toutes ces diarrhées verbales auxquelles les uns et les autres se livrent allégrement : d’un côté, existe-t-il une nuance entre Bazoum Mohamed et le parti PNDS Tarraya ? De l’autre côté aussi, existe-t-il une nuance entre Hama Amadou et le parti LUMANA FA ? Pour ceux qui nous voient venir, il est évident que toutes les analyses et spéculations que les uns et les autres entretiennent doivent reposer au préalable sur une réponse claire et nette à cette question ; au quel cas, toute analyse serait forcément faussée. Soit.

Si l’homme Hama Amadou n’existait pas, le PNDS-Tarraya l’aurait forcément créé ; même si c’est sous la forme d’un épouvantail, les artificiers et autres artilleurs du PNDS-Tarraya auraient certainement imaginé et conçu cet homme qui est resté de tous les temps leur principale cible politique ; une cible recherchée quand il s’agit de se tirer d’affaires ou une cible à atteindre et à abattre lorsqu’il s’agit de joutes pour la quête du pouvoir. Ouvrez grandement les yeux. De la création du parti Tarraya à nos jours, on peut retenir deux comportements que cette formation politique a eus à l’égard de Hama Amadou. Même si les deux événements ne sont pas contemporains l’un de l’autre, ils se résument quand même à deux aspects : le 1er repose sur une série de combats acharnés contre l’homme à la Conférence nationale, pendant la période de l’AFC et aux toutes dernières échéances électorales (pour mémoire) ; le second repose sur une sympathie condescendante déployée envers l’homme pour s’attacher le service de ses militants durant le combat contre le Tazartché et les élections qui ont propulsé Issoufou Mahamadou au pouvoir (pour mémoire). Aujourd’hui, dans ce dernier aspect, il faut y ranger ses yeux doux et caressants que le Président Bazoum et certains membres du PNDS font à l’endroit de l’Autorité morale du parti LUMANA FA. Soit.

Ce rappel est pour dire aux uns et aux autres que la Politique n’est rien d’autre qu’un jeu d’intérêts ; un jeu inqualifiable tant il ne repose ni sur la crédibilité intrinsèque des individus, ni sur des valeurs morales aussi intrinsèquement liées à la personnalité des hommes. Il y a des individus responsables dans leur vécu mais jamais de personnes responsables politiquement. Discutable ? Ce serait élémentaire comme débat, tant les actes de bassesses sont nombreux à travers lesquels jamais le commun des mortels n’a imaginé la possibilité de certaines combinaisons politiques, que ce soit chez nous ou ailleurs. Cependant, dans leur quotidien, nos politiciens et aussi ceux d’ailleurs témoignent de la loyauté et des valeurs morales intrinsèques en ce qui concerne leurs relations sociales au quotidien. Pour dire que les deux hommes, Hama Amadou et le Président Bazoum Mohamed,  ne peuvent que se témoigner respect et sympathie, un comportement qui a toujours prévalu lors de la survenance d’événements sociaux heureux ou malheureux chez l’une ou l’autre des personnalités. Sur ce point, faites l’effort de ne pas pêcher en eaux troubles car vous risquez de faire fausse route.  Ainsi, il convient donc de répondre à la première partie de notre question quant à la nuance qui existerait chez l’un ou l’autre en ce qui concerne l’homme et le parti. Vous trouverez par-là que chacun dans la sphère de son existence voudrait chaque jour échanger avec l’autre et lui souhaiter le meilleur du monde. Quel problème alors y aurait-il si le Président Bazoum Mohamed, dans son humanisme et dans la manifestation de ses valeurs d’homme décide non pas de renvoyer Hama Amadou en prison mais de le placer en Résidence surveillée ? Quelle personne lucide ayant un cœur qui bat dans la poitrine voudrait renvoyer dans une cellule un homme dont la santé se fragilise de jour en jour ? Au nom de quel texte de Loi la jurisprudence ne peut-elle pas commander un tel comportement de la part du Président de tous les fils du Niger ? Sauf si l’on reste adepte de ce courant philosophique outrageux et indécent que l’on appelle SADISME. Et, le temps des dix années du séjour du Président Issoufou Mahamadou au pouvoir, les nigériens ont réellement découvert qu’il existe au sein du PNDS-Tarraya des hommes outrageusement sadiques et inhumains. Eh oui ; les nigériens en sont pleinement conscients à présent. En effet, il n’y a que le sadisme et un caractère inhumain qui peuvent pousser quelqu’un à envoyer son prochain au front avec des armes défaillantes face à des adversaires qui opèrent aveuglément ; il n’ y a que le sadisme qui peut guider un homme à voler plus d’un milliard de francs dans le pays le plus pauvre du monde où les gens tombent  faute de pouvoir acheter 300 francs de chloroquine ; enfin il n’y a que le sadisme qui peut conduire un individu à se tailler un souterrain de centaines de millions dans un pays où les locataires accusent des arriérés pour le paiement d’un loyer de 10 mille francs.

Somme toute, il y a dans l’entourage du Président Bazoum des gens qui ne pourraient absolument pas voir et penser positif. Ces gens représentent non pas un danger pour Bazoum et sa gouvernance, mais pour le peuple et la société nigérienne en général. Ces gens, le Président Bazoum a bel et bien raison de vouloir s’en désolidariser pour chercher d’autres repères. Pour ces individus, l’animosité envers l’adversaire représente le seul comportement à faire prévaloir. Ils ont alors été de tous les temps les responsables des affres que les nigériens vivent dans leur chair. Hama Amadou est resté pour eux un ennemi qu’il faut absolument éliminer par tous les moyens ; raison de cet entêtement à le garder toujours dans des cellules insalubres malgré son état de santé qui se dégrade de jour en jour ; alors même que la propreté reste le premier remède pour tout malade.

Toute personne aux idées contraires devient pour eux un ennemi potentiel qu’il faut systématiquement massacrer par tous les moyens.  C’est ce qui justifie ces comportements et agissements inhumains et dégradants qui ont fait plusieurs victimes innocentes. Un exemple des plus lâches est servi à travers ces déguerpissements des commerçants à travers lesquels ils ont systématiquement visé les électeurs de LUMANA FA. Ayant constaté que la plupart des commerces à Niamey appartiennent à des militants de LUMANA, ces individus auraient alors décidé de cette campagne anarchique de déguerpissement des commerces aux alentours de certaines voies publiques. Le constat est devenu de plus en plus amer pour eux ; ces actions ont tellement éprouvé la population de Niamey que la Communauté Urbaine a totalement échappé à leur contrôle. Tu ne peux pas gifler un enfant et lui tendre la main.

Pour le Président Bazoum Mohamed, il se révèle de plus en plus comme un humain avec un grand cœur. Il doit davantage renforcer cet aspect inhérent à ses traits de caractères et s’efforcer de résister aux brebis galeuses qui veulent lui inculquer leur vision sadique et inhumaine. Outre Hama Amadou, ils sont aujourd’hui un peu plus de 400 personnes qui croupissent dans les prisons pour des raisons politiques ou pour des délits d’opinion. Qu’est-ce que cela voudrait-il dire en réalité par rapport aux voleurs qui circulent dans des V8 en narguant les contribuables qu’ils ont volés ? En quoi le fait de faire garder prison à Lokoko et à ses collègues pourrait-il faire avancer le Niger ? Paradoxe ; démasquer rien que les délinquants économiques ciblés par l’Audit commandité par l’ARMP et les délester de leur butin pour le reverser au Trésor National contribuerait à sauver des malades, des sans-abri et des gens dont les ressources ont été saccagées par les dernières inondations. Le Président Bazoum Mohamed ne doit plus se tromper ni de combat ni de cibles. Il aurait tout à gagner en mettant dehors Hama Amadou et tous les prisonniers incarcérés lors des événements qui ont suivi les dernières élections présidentielles. Car avant tout c’est de ses propres élections qu’il s’agit et un homme qui a jusque-là fait preuve de bonhomie et de clairvoyance ne saurait continuer à porter une telle responsabilité sur les épaules. C’est bel et bien possible si jamais il ne se laisse pas influencer par les frustrés du PNDS qui ont juré de rendre la vie sulfureuse pour l’Autorité morale du LUMANA FA, Hama Amadou.

Comme on le voit, la question de ce rapprochement entre Hama Amadou et Bazoum reste pour nous un souci moindre que nous abordons en dernière position. En effet, tant Hama que Bazoum sont tous les deux issus des artifices de la politique politicienne nigérienne. S’il vous plait, dites-vous que nous sommes ici sur le terrain de la non-orthodoxie, sur le champ politique, un espace guidé par le seul jeu des intérêts. Dissocier tout ce que nous avons cité plus haut en rapport avec les valeurs humaines et sociales. Ici il est question d’autorité ; comment faire prévaloir son autorité afin de mieux tirer parti des effets de la politique ? Voilà la clé de toute l’énigme. Et à l’épreuve des dix dernières années de gouvernance du Président Issoufou Mahamadou, les politiciens nigériens viennent de faire un très mauvais apprentissage ; c’est celui du népotisme à outrance, de la gabegie, des détournements intempestifs couverts par l’impunité au sommet, de la méchanceté, du trafic d’influence, du trafic des stupéfiants, bref, de toutes les tares sur terre. Eh Allah, Protèges le pauvre Niger et ses dignes fils reconnus pour leur patience et leur probité. Eh Allah, Faites en sorte que nos dirigeants actuels ne versent pas dans l’exemple : Eh Allah, Faites en sorte que nos dirigeants actuels fassent preuve d’élévation d’esprit pour se défaire de cet enseignement généré par la Gouvernance du président Issoufou Mahamadou. Car, ils sont nombreux ceux qui attendent ou réparation ou répétition des mêmes pratiques. On peut noter :

  • Tous les gens qui ont été innocemment grugés par le régime du président Issoufou Mahamadou et qui n’attendent que le revers de médaille pour se venger ;
  • Tous ceux qui ont été injustement privés de leurs biens et qui sont aux aguets pour les recouvrer ;
  • Tous ceux du PNDS ou des alliés qui attendent d’être reconduits ou qui le sont déjà et qui sont prêts à perpétuer les mêmes pratiques ;
  • Tous ceux des autres bords politiques qui ont subi des affronts et qui veulent passer par les mêmes pratiques d’exclusion ou de népotisme pour se venger ;
  • Tous ceux qui ont été frappés par des mesures injustes et qui attendent d’en faire usage pour se venger…

Le lot est énorme. Il n’y a que Dieu et un seul homme aujourd’hui pour épargner la dérive à ce pays. Cet homme, c’est le Président de la République Bazoum Mohamed qui serait inspiré par la force divine pour agir en toute conséquence. En effet, les nigériens ont demandé à Dieu de leur faire le bon choix et ce choix s’est porté sur le Président Bazoum. Dieu merci, depuis qu’il est aux affaires, cet homme reste globalement convaincant.  Pour l’heure, aucun de ses choix n’a encore soulevé des vagues. L’homme reste lucide et il est en train petit à petit de disloquer l’édifice de mensonge ériger la gouvernance du président Issoufou et ses sbires. L’un de ces édifices reste cette exclusion, cet acharnement à vouloir isoler le parti LUMANAFA de la gestion des affaires du pays malgré le potentiel énorme que représente cette formation politique tant en cadres qu’en initiatives. Cette réalité, le Chef de l’Etat Bazoum l’a certainement appréhendée. Qu’il veuille composer désormais avec le parti LUMANA FA afin de mettre tout son potentiel de compétences au service du seul Niger, ne représente absolument pas un crime, moins encore un interdit. Bazoum est le Président de tous les nigériens et il a la prérogative constitutionnelle de composer avec qui il veut au Niger. Il l’a dit à plusieurs reprises qu’il connait tous les nigériens et qu’il composerait avec ceux qui sont capables de l’aider à sauver le pays. Pourquoi n’irait-il pas chercher ces compétences dans les autres partis ? Surtout que les siens ont lamentablement échoué et beaucoup font l’objet d’éventuelles poursuites judiciaires ? Qui est con pour nommer un détourneur de deniers publics avéré à un poste de responsabilité ?

Mallam

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...