Remaniement ministériel : L’inutile reconfiguration

Remaniement ministériel : l’inutile reconfigurationDepuis quelques jours, l’on ne parle de plus en plus que de l’imminence d’un remaniement du gouvernement. Si pour bien de raisons et au regard de l’échec de l’équipe de Brigi Rafini, ce remaniement-redressement est nécessaire, il reste vrai que l’on ne peut que rester sceptique quant à la capacité du régime à pouvoir tout refonder pour opérer des changements profonds dans le dispositif gouvernemental qui a montré ses limites.

De l’opportunité d’un recentrage salvateur… Il faut reconnaitre que l’équipe qu’a dirigée Brigi Rafini, est le plus incapable que le pays ait connu. Sans initiative, avec un premier ministre complètement effacé, le gouvernement de la renaissance fondé par l’esprit du partage qui lui a imposé une étendue insupportable pour les finances publiques, n’aligne qu’échecs et déboires, empêtré dans des scandales immenses qui ont galvaudé la réputation du Niger et de ses dirigeants. Au Niger, l’histoire retiendra qu’aucun gouvernement n’a autant divisé et opposé les Nigériens que celui de Rafini, qu’aucun gouvernement n’a autant emprisonné que celui du premier ministre Brigi Rafini, aucun gouvernement n’a autant causé de mort par sa politique outrancièrement belliciste et par sa brutale manière de maintien de l’ordre complètement en déphasage avec les normes convenues de l’Etat de droit. Jamais, faut-il le reconnaitre, le pays n’est tombé en faillite à un tel seuil que sous la Renaissance. En réussissant à payer des salaires jusqu’ici – et Dieu sait comment – l’on pourrait croire que ce n’est que de la malveillance que de soutenir que les socialistes ont coulé le pays. Leurs détournements immenses ont fini par détériorer gravement la santé financière de l’Etat, avec au bout du compte, après cinq années de gestions chaotique, un pays ruiné, complètement à terre, réapprenant à mendier quand ses 3N ne peuvent finalement rien changer dans la vie des populations.

 

Face à ce tableau noir d’une gouvernance d’hommes qui ont trompé par une gestion a minima, on peut à juste titre, rappeler que, justifiant la pertinence de la motion de censure fomentée contre Hama Amadou alors premier ministre pour le débarquer, ce qui fragilise du coup le régime Tandja en réussissant à l’apprivoiser en le séparant d’un partenaire loyal et indispensable à la solidité de son système, prétendant que le premier ministre a connu une longévité record inacceptable pour une démocratie, et appelait pour ce faire, à le faire partir, rassurant si malicieusement Tandja de leur loyauté, à voter la motion afin, estimait-il, que la et pour que le système puisse respirer comme si, honnêtement, et mieux que Hama, cela devait être un souci réel pour eux opposants. Et les naïfs de la majorité, abreuvés de cette litanie et de ce vin rose avarié, avaient cru à ce discours, acceptant si maladroitement de se planter dans le ventre la flèche mortelle empoisonnée que leur tendaient des socialistes défaitistes et combinards, as du complot. Hama qui comprenait le jeu sournois de ceux qui assiégeaient la cinquième république, n’avait pas hésité à parler de « majorité sans âme ». A quelques années de distance de la grande combine, quand on voit ce qui arrive aujourd’hui au Niger et au MNSD pourtant bien partis à l’époque, l’on peut croire que les Nassaristes, aujourd’hui ruminent des douleurs et des remords, plaignant sans cesse leur naïveté par laquelle ont su les prendre et les détruire des socialistes intelligents à saper et à déstructurer ainsi qu’ils l’ont réussi aujourd’hui avec notre économie devenue exsangue, et avec notre société sociologiquement et politiquement désorganisée.

S’il faut donc appliquer aux socialiste leur propre théorème, alors après six années de gestion, surtout que le PM n’avait jamais été celui qu’ils auraient aimé car le considérant comme un intrus encombrant et resquilleur dans leur famille, aujourd’hui sensément, ils pouvaient que juger de l’opportunité, en plus de ses résultats mitigés, de faire partir un gouvernement qui n’a pas de bilan tangible, et qui plus, aura duré presque pour rien. N’est-ce pas que face à un pays aussi bloqué, il n’est qu’impérieux de changer, radicalement il va sans dire, pour permettre au système qui s’est planté « de respirer » ? Plus qu’hier donc, il est impératif aujourd’hui de remanier, de changer, de bouleverser tout un système. Mais en est-on seulement capable à la Renaissance ?

Scepticisme et doute…
S’il est vrai que la Renaissance a considéré ses échecs, et ses nouveaux défis pour recoller les morceaux cassés d’une société émiettée, alors elle doit forcément opter pour un remaniement en profondeur pour agir sur différents paliers afin de pouvoir mettre en place une nouvelle équipe resserrée et plus performante. De la taille…

Alors que le gouvernement continue lui-même à dire qu’il n’y a pas d’argent, personne ne peut le croire s’il devait continuer à garder une équipe pléthorique incompatible avec la réalité financière de l’Etat. Comment peut-il d’ailleurs toucher la pitié de puissances étrangères dont il sollicite la solidarité quand elles-mêmes ne peuvent s’autoriser le luxe de ces fantaisies ? Comment par exemple comprendre que l’Amérique, première puissance du monde, n’ait qu’un gouvernement de vingt-deux ministres quand le Niger, dernier de la planète, se permette un gouvernement de l’ostentation qui frôle les cinquante ministres ? Quelle ingéniosité peut commander cette extravagance si ce n’est la faiblesse et l’esprit de partage ? C’est dire que si la Renaissance veut changer, elle doit nécessairement agir sur la taille de son équipe pour avoir une équipe plus raisonnable et plus compatible avec l’austérité que lui imposent les difficultés du moment. Mais cela est-il possible quand on est soutenu par plus cinquante partis dont la majorité est électoralement inutile, alliés qui attendent tous une part qui leur revient ? Pour avoir manifesté tant de faiblesse à châtier dans ses rangs pour convaincre sur sa volonté d’assainir et de lutter efficacement contre l’impunité de manière impartiale, les Nigériens ne croient plus que la Renaissance soit capable de réels changements pour sauver un Niger dans l’abîme. Pris au piège de la loi du partage qui a fondé son alliance, où forcément, il lui faudra contenter toutes les ʺbonnes volontésʺ qui ont par calcul soutenu, et le magistrat suprême se trouve ainsi pris en otage par des groupes d’intérêt et de pression qui lui ôte une parcelle importante de son autorité.

De la valeur des hommes…
Systématiquement, les présidents des partis politiques sont des ministres, comme si personne d’autre dans les partis, ne peut l’être valablement. La conséquence est que l’équipe gouvernementale est plus politique que technique car aucun critère ne préside à leur désignation, autre que d’avoir soutenu et d’être le patron du parti souteneur. Qualitativement, Issoufou Mahamadou ne pourra pas améliorer sa gouvernance, tant qu’il ne pourra pas s’affranchir de certaines clauses pour choisir les hommes sur la seule base de leur valeur intrinsèque. Peut-on par exemple faire du crédit à un homme dont le régime emprisonne systématiquement tous ceux qui refusent de le soutenir, pour faire d’hommes qui se ravisent après que son système les ait emprisonnés, pour en faire des ministres de la République ? Dans quel Etat de droit, dans quelle démocratie normale est-il encore possible de faire d’un homme qui sort de prison par une liberté provisoire peut-être arrangée un ministre alors même que la justice n’a pas encore tranché son cas qui est d’une extrême gravité quand il confond le sujet dans une affaire de malversation ? Il faut donc des hommes plus ou moins irréprochables et techniquement bons pour mener des actions vigoureuses susceptibles d’apporter des mutations dans une gouvernance menée jusqu’ici par le surplace. L’équipe de Brigi, n’est composés que de politiques, on ne voit pas les technocrates et l’on ne peut rien attendre de fondamentalement rigoureux qui puisse changer le Niger, si ce n’est négativement. De même, et pour les mêmes raisons, le chef de gouvernement, aura lui aussi montré ses limites et tant qu’il n’aura pas fait ses valises, tant qu’il restera pour conduire la même monotonie pour gérer dans le même effacement, alors, on aura fait un remaniement comme les autres, c’est à dire qu’on aura opté pour un changement qui ne change rien. Si les mêmes têtes doivent revenir, la Renaissance doit nous faire l’économie de ce énième remaniement qui ne pourra rien changer lorsque le président de ne peut se libérer des milieux qui l’ont pris en otage.

La Renaissance est incapable. Elle ne peut rien changer.

DJANGO.

18 juin 2017
Source : Le Canard en Furie

 

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...