Union Européenne : Quand les partenaires sapent l’Etat de droit et la démocratie chez nous

Depuis l’accession à l’indépendance de ses Etats, l’Afrique, incapable d’unité pour construire ensemble la puissance à laquelle pouvait la destiner ses immenses richesses, a vu se construire avec l’Europe, des relations non moins léonines par lesquelles, se servant de programmes, elle se sert à justifier son humanisme avec le continent alors même qu’elles ne lui servent qu’à justifier et à consolider sa présence, plus pour ses intérêts, notamment géostratégiques, que pour les intérêts des africains et le progrès du continent. Les peuples qui ont compris la nature de ces relations, s’en sont détachés pour marcher courageusement, presque seuls, à faire leur progrès, et à se bâtir de nouvelles gloires. Ceux qui pensent que cette Europe ne pouvait qu’être humaniste pour aider, se trompent. L’Europe, comme la France qui la dirige aujourd’hui et qui n’a pas de pudeur à le revendiquer, n’a pas d’ami, elle n’a que des intérêts à défendre dans le monde. C’est sa logique capitaliste ! La MRN complexée pouvait encore avoir en ce millénaire cette conscience délabrée de colonisée qui ne peut comprendre toute sa responsabilité qui l’oblige à ne plus compter sur un autre mais sur lui-même, et en premier !

«Le malheur de l’Afrique, écrivait en poète – pardon en prophète – Aimé Césaire, est d’avoir rencontré l’Europe». Et elle continue de nous poursuivre, se servant de petits financements pour corrompre notre conscience de peuples libres et grignoter notre souveraineté que nous voulons inviolable mais que des dirigeants soumis sont incapables d’assumer, de préserver, ne pouvant avoir le courage de se prendre en charge. Il y a quelques jours, l’on apprenait sur les médias d’Etat – également médias de propagande du régime – que l’Union Européenne consentait quelques milliards au Niger pour, soi-disant, «récompenser » «la bonne démocratie, les bonnes élections» du Niger. La communication, dans ce pays dominé par des malaises, ne passe pas. On a honte d’entendre ça de la part de l’UE si belle par les valeurs qu’elle porte !

L’Union Européenne, peut-elle dire qu’elle ne sait plus dans quelles conditions les résultats des dernières élections avaient été proclamés ? Et qu’il a fallu par matraquage et la prison étouffer la contestation urbaine dans le pays ? Ne sait-elle pas que l’élection présidentielle, est pendante en justice, contestée par un pan important de l’échiquier ? Peut-elle ne pas savoir les conditions dans lesquelles ces élections ont été préparées, avec des partis écartés du processus de préparation, des candidats potentiels, écartés de la compétition sous de fallacieux arguments juridiques «préfabriqués » ? Peut-elle dire que cela soit normal dans une démocratie, dans un Etat de droit, dans une élection ? Qui ne sait pas dans le pays et partout ailleurs qu’il n’y a pas eu d’élection au Niger, et qu’Issoufou, fort du soutien aveugle de la France et de l’Union Européenne, a forcé pour imposer un candidat puis un président aux Nigériens ? Un tel gangstérisme politique, fait-il de la démocratie ? Quelle démocratie pour un pays où, sur fond de harcèlements et d’accusations grotesques, et abusant du pouvoir et de la justice, l’on peut condamner et anéantir des adversaires pour être seul à exister dans l’arène politique lorsque usant de promesses de postes et d’impunité pour éviter à certains la prison, usant aussi d’argent, et de quelques autres gâteries, l’on réussit à mettre sous ses bottes toute la gent alimentaire et peureuse de l’échiquier ? Est-ce cela la démocratie que l’Union Européenne vient défendre chez nous ?

La France et l’UE, ne sont-elles pas alors des ennemis de la démocratie sur le continent ?

En écoutant le discours de l’Union Européenne pour justifier son fameux «don» de la dernière fois, l’on comprend aisément qu’il ne faut pas s’attendre à ce que ces partenaires aident à consolider la démocratie, à promouvoir les libertés et la bonne gouvernance. Ils sont dans la combine ! On ne peut plus faire confiance à cette Union Européenne qui a choisi de soutenir un homme, sinon des hommes au lieu d’un peuple et d’un pays. Les Africains en général et les Nigériens en particulier, tiennent à la démocratie et à une démocratie vraie, pas une de pacotille et manipulée que veulent lui proposer des partenaires de la trempe de ces Européens qui ne veulent rien de brillant pour les Noirs.

Parti pris…

On a entendu tout le vacarme fait autour de ce que la presse occidentale a appelé «Congo Holdup », taisant à dessein ce qui s’est passé au Niger et qui est de loin plus immense et plus grave. Pourquoi donc, peut-on faire tant de bruit autour d’actes de mauvaise gouvernance sous Kabila Fils et qu’on ne puisse pas avoir le même intérêt pour les détournements immenses qui impliquent mort d’hommes au Niger ? Pourquoi cette Union Européenne, ne peut-elle pas s’intéresser, au-delà de ces crimes économiques pourtant réels et vérifiables dans beaucoup de domaines, s’indigner de la mort suspecte de militaires dans le pays et pour lesquels, des familles n’ont toujours pas fini de faire le deuil et de pleurer ?

Pourtant, tout le monde comprend le sens de cette générosité bien calculée, bien intéressée !

En vérité, cette nouvelle intervention de l’UE au nom d’une démocratie qui n’existe pas, du moins par la qualité prétendue des élections, n’est qu’un appât, comme dans le cadre de la migration, pour fidéliser un des rares «clients» qu’elle peut compter sur le continent à lui signer ses «papiers», sans broncher, et sans trop regarder pour comprendre. On se rappelle que pour la migration, le Niger était seul, quand tous les autres pays boudaient la loi européenne importée, à signer pour avoir accès à ses guichets pour prendre la contrepartie financière qui récompense sa servilité. Ces pauvres milliards, en vérité, ne sont que le prix de la soumission et du larbinisme. Les peuples fiers ont refusé de manger à ce plat du déshonneur, pour vivre dignes, mêmes pauvres. Mais, il y a plus inquiétant.

La venue prochaine voulue par la France de Barkhane et Takuba, serait-elle aussi pour quelque chose ?

Les Européens, nous l’avons dit, ne font rien pour rien. Ils n’ont aucune raison, dans la foi impérialiste qui les mobilise dans le monde, à faire le bien gratuitement. Ce qu’ils donnent par la main gauche, ne le reprennent-ils pas par la main droite ? C’est à juste titre qu’on peut croire que cette aide ne vient que pour «convaincre» - pardon corrompre – Niamey qu’il faudra tout faire pour que le parlement accepte de valider l’installation des bases militaires étrangères même si, faussement, Jean-Yves Le Drian peut dire qu’il ne s’agit pas de redéploiement de Barkhane au Niger. La vérité est qu’il sait bien que l’opinion y est hostile et qu’il y a des risques à forcer l’arrivée prochaine projetée des troupes françaises sur NOTRE sol. Et on voit déjà le résultat de «l’offensive financière» avec une Majorité qui gambade déjà, heureuse de voir briller encore du bric, avant de déchanter car comme dans le cadre de la migration, alors que l’UE promettait beaucoup de milliards, Issoufou Mahamadou, apprenait devant Merckel, non sans déconvenue, que l’argent sera géré par des ONGs internationales, sans doute plus crédibles pour les gérer. Ces milliards de la compromission qui font perdre des lucidités à la MRN, ne sont, peuvent aviser des analystes avertis, qu’un cadeau empoisonné. Et le régime finira par le découvrir. Sans doute alors qu’il sera tard pour lui. Pour le moment, nous pouvons voir l’euphorie débordante d’une MRN qui, par ses cupidités maladives, a oublié ses responsabilités face à l’histoire.

La MRN explose de joie factice…

C’est sur Face book que la MRN laisse échapper sa joie de recevoir de l’Europe des milliards «gratis». Mais les Nigériens ne sont pas dupes : plus que de ces milliards, c’est plutôt d’un discours que la majorité est fière surtout à un moment où, un an après les élections, des adversaires continuent de dire qu’ils ne reconnaissent pas leur pouvoir. A entendre le discours de l’Union Européenne, à l’occasion de la signature du don, c’est comme si l’Europe, en notaire des pouvoirs africains, venait légaliser une «copie douteuse» d’un pouvoir contesté. Ainsi peuton comprendre ses joies débordantes : «L’Union Européenne vient de mettre à la disposition du Niger un don de 195 milliards de francs cfa c’est une prime à la démocratie et à la bonne gouvernance deux domaines dans lesquels le Niger excelle». Alors, «camarades de la supervision internationale les anti anti… on dit quoi ? On refuse cette aide au nom de ce que vous appelez l’anti- impérialisme ou bien on consolide et on avance». Mais comment comprendre que cette MRN, si fière de sa mendicité internationale, peut-elle s’indiquer que des Nigériens, à une échelle individuelle, fassent le même métier, poussés par les mêmes penchants pour la facilité ? Le Niger peut vivre d’autres choses que de l’assistanat qui ne finit pas.

Il ne faut pas se mentir, ce post de la MRN fait sourire car elle-même sait que la démocratie dont elle parle est en souffrance et sait que depuis onze ans, l’on a que du vol et de l’impunité et cela ne fait pas de la bonne gouvernance, même au Gondwana !

De qui se moque-t-on ?

Faisons attention…

La qualité piètre de nos démocraties est à l’origine de tous les drames que vivent nos pays. L’Europe le sait-elle, et agit-elle en toute connaissance de cause, pour son agenda, trouvant là le moyen de nous noyer davantage dans l’instabilité lorsqu’elle peut abuser de notre immaturité et de nos faiblesses ?

L’Afrique, pour sa stabilité et son progrès, n’a pas besoin de ces milliards-poison mais d’être bien gérée et d’avoir une bonne démocratie. C’est tout !

AI

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...