Célébration de la Journée de l’Enfant africain à Kantché dans la région de Zinder : La Première Dame Hadiza Bazoum lance la construction d’un complexe communautaire à Matameye pour stabiliser les femmes et les jeunes

La Première Dame Hadiza Bazoum, est arrivée à Zinder, le 16 juin dernier dans le cadre de la célébration de la Journée de l’Enfant africain dont la commune rurale de Kantché a abrité les activités.  A sa descente d’avion, la Première Dame a été accueillie par le Gouverneur de la région de Zinder, M. Laouali Amadou Madougou, puis saluée par la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme Allahoury Aminata Zourkaleyni, des diplomates accrédités au Niger, des représentants du système des Nations Unies au Niger et les autorités administratives  et coutumières.

La présidente de la Fondation Noor, qui conduit une importante délégation  composée des députés nationaux et  des membres du Gouvernement, a reçu un accueil chaleureux à son arrivée à Zinder. En route pour Kantché, la Première Dame a marqué plusieurs arrêts sur le parcours notamment  à Timini, Takeita, ou à Faroun tsofo pour saluer la population qui s’est mobilisée  pour l’accueillir.

A son arrivée à Kantché, la Première Dame a d’abord rendu une visite de courtoisie au chef de Canton de Kantché avant de faire son entrée sur les lieux des manifestations entrant dans le cadre de la célébration de la Journée de l’Enfant Africain.

Prenant la parole, la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant a déclaré « qu’un grand nombre de femmes et d’enfants ont été rapatriés du Sénégal et du Ghana tout récemment, un état de fait qui interpelle la conscience de tout un chacun».

Aujourd’hui au Niger, la ‘’femme et l’enfant, ces éléments clefs de la fondation des familles et de la société, se trouvent instrumentalisés par des réseaux mafieux pour pratiquer la mendicité’’, a-t-elle ajouté.  ‘’Nous avons tous en mémoire, a révélé la Ministre Aminata Zourkaleyni, les 1.053 personnes dont 413 femmes, 418 enfants nigériens rapatriés du Sénégal le 25 Mars dernier  et les 1229 personnes ramenés le 8 juin 2022 du Ghana et  parmi ces ‘’mendiants rapatriés se trouve un grand nombre d’enfants souvent arrachés des bancs de l’école ou de la Makaranta pour être exploités par des adultes peu soucieux de leur avenir’’.

Dans son intervention, la Première dame, Présidente de la Fondation Noor, Hadiza Bazoum a  livré un  message de sensibilisation  en lançant un appel  solennel pour que ‘’chacun s’engage à agir par tous ses moyens pour mettre fin à ce fléau, car nous ‘’sommes tous responsables et c’est ensemble qu’il faut trouver la solution’’, a-t-elle fait remarquer.  Elle a demandé aux uns et aux autres  de ‘’prendre  l’engagement de ne plus exposer les  enfants et les femmes, l’engagement d’inscrire les  enfants à l’école, l’engagement de rester digne et de ne pas migrer à l’étranger pour mendier’’.

La présidente de la Fondation Noor a pris l’engagement de construire un Centre de Formation professionnelle à Matamèye « pour donner des opportunités économiques aux femmes ». La région de Zinder est la plus affectée par le phénomène de la mendicité qui implique fortement les enfants et souvent à très bas âges et les femmes, a soutenu le Gouverneur Laouali Amadou Madougou.

 Pour leur part, le Maire et le Chef de Canton de Kantché ont décrié le comportement déshonorant de ceux qui se livrent  à la mendicité  hors des frontières nationales pour ternir l’image du pays. ‘’Il s’agit ici de l’avenir des milliers d’enfants qui se trouve hypothéqué’’, ont-ils insisté.

En marge de la célébration de la journée de l’Enfant africain, la Première Dame s’est rendue à Matamèye où elle a présidé la cérémonie de pose de la première pierre pour la construction d’un complexe communautaire financé par sa fondation en vue de permettre une fois opérationnel, de stabiliser les femmes et les jeunes et promouvoir les enfants en milieu scolaire. Elle a ensuite visité le Centre de transformation agro-alimentaire financé par ONU-Femmes à travers un  projet dénommé ‘’Réduction des effets négatifs de la migration’’.

La présidente de la Fondation Noor, Mme Hadiza  Bazoum, a rencontré les retournés de la migration  pour  comprendre les réels motifs qui les guident à se livrer à la mendicité dans les pays de la sous-région Ouest-africaine.

 

Siddo Yacouba, ANP-ONEP/Zinder

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...