Première Session du Comité de Pilotage du FSRP-Niger : Présentation du projet, examen et approbation de son programme de travail et budget annuel 2022

Le secrétaire général du ministère de l’agriculture, Dr. Yahaya Garba, a présidé le vendredi 15 juillet 2022, la cérémonie d’ouverture de la première session ordinaire du comité national de pilotage du programme de résilience du système alimentaire en Afrique de l’Ouest. Cette activité a pour thème ‘’examen et approbation du PTBA 2022’’. L’objectif de cette rencontre est de présenter le programme de FSRP et l’examen et l’approbation du programme de travail et budget annuel 2022.

Procédant à l’ouverture des travaux, le secrétaire général du ministère de l’agriculture, a rappelé que l’agriculture au sens large représente plus de 40% du PIB, génère de l’emploi pour près de 80% de la population active. Ce secteur vital pour la majorité des nigériens est tributaire des conditions climatiques caractérisées par une aridité accentuée par des températures élevées, une forte variabilité spatio-temporelle et interannuelle des précipitations ainsi que leur réduction tendancielle, se traduisant par le déplacement des isohyètes vers le sud.

Face à ces facteurs générateurs d’insécurité alimentaire, a-t-il dit, le gouvernement du Niger a adopté en juin 2016, une stratégie de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de développement  agricole durable. C’est dans ce contexte a ajouté Dr. Yahaya Garba que le programme de résilience des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest, basé sur une approche programmatique multi-phase et dont l’objectif primordial est de renforcer la résilience aux chocs des systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest, a vu le jour.

Dr Yahaya Garba a également fait savoir que ce programme est aligné sur le cadre de partenariat pays de la banque mondiale (CPP, 2018-2022) qui comprend neuf objectifs regroupés en trois domaines d’intervention : il s’agit notamment de l’alignement sur les priorités stratégiques du gouvernement du Niger telles que reflétées dans le programme de développement économique et social (PDES, 2022-2026) et la vision 2035 découlant de la stratégie de développement durable et de croissance inclusive, la contribution au double objectif de réduction de l’extrême pauvreté et de promotion d’une prospérité partagée, et les avantages comparatifs que représentent les interventions de la banque mondiale au Niger.

Le FSRP Niger couvrira quatre régions notamment à Diffa, Tahoua, Tillabéri et Zinder et cela, à travers 32 communes.

Le secrétaire général du ministère de l’agriculture a, à cet effet indiqué que les bénéficiaires du FSRP Niger sont les acteurs des filières oignon, niébé et bétail, viande, lait dans les zones d’intervention et les corridors de commercialisation nationaux et inter-régionaux de l’Afrique de l’Ouest.

Auparavant, le coordinateur national du FSRP Niger, M. Moussa Amadou,  a  souligné que ce programme initié par la CEDEAO, est basé sur une approche programmatique multi-phases. Il est financé par  la banque mondiale et mis en œuvre dans quatre pays notamment au Burkina Faso, Mali, Niger et le Togo, et a une durée de cinq ans.

Il a en plus notifié que si le Niger a pu faire partie de cette phase, c’est grâce à la détermination des membres du comité technique de préparation mis en place par les autorités de tutelle, qui ont fait preuve d’une disponibilité permanente ayant permis, avec le soutien de l’équipe technique de la banque mondiale, la formulation du FSRP Niger en un temps record.

Le coordinateur national a indiqué que la mise en œuvre de cet important programme permettra d’atteindre les principaux résultats à savoir l’accès aux services de conseil numérique aux producteurs pour la prévention et la gestion des crises agricoles et alimentaires ; la construction de 45 ouvrages de mobilisation des eaux  ce qui permettra la mise en valeur de plus de 2000 ha de cultures en décrue ; l’aménagement de 200 ha en petite irrigation et l’appui à la mise en valeur de 1200 ha existants, la reconstitution du stock national de sécurité alimentaire d’une capacité de 6500 tonnes ; ainsi que son renforcement par l’acquisition et le placement de 400 tonnes de céréales dans des magasins communaux des maisons du paysan ; la transformation du centre national de spécialisation en élevage en centre régional de spécialisation ; les pratiques de gestion intégrée du paysage sur une superficie de 32800 ha dans les bassins versants de la sirba (Tillabéri), la maggia (Tahoua), les koroma (Zinder), et la komadogou/lac Tchad (Diffa) ; l’acquisition des équipements des stations satellitaires pour la collecte des données sur les ressources en eau ; la gestion durable des terres, le pastoralisme, et enfin la mise en œuvre d’importantes activités en vue de l’intégration régionale des marchés alimentaires et le commerce régional.

Farida Ibrahim Assoumane(onep)   

 

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...