Message de l’Opposition Politique Nigérienne à l’ouverture des assises du Conseil National du Dialogue Politique (CNDP) du vendredi 09 septembre 2022

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Président du Conseil National du Dialogue Politique, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, Distingués Grands Témoins, Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) Mesdames et Messieurs les Présidentes et Présidents, Représentantes et Représentants des Partis politiques Mesdames, Messieurs, Je voudrais, en prenant la parole au nom de l’Opposition politique nigérienne, tout d’abord, saluer ces retrouvailles en ce vendredi saint. En effet, le Conseil National de Dialogue Politique (CNDP), organe créé pour renforcer la jeune démocratie nigérienne, assurer la stabilité des Institutions de la République et la cohésion nationale, n’a plus tenu ses assises conformément à ses textes fondateurs depuis au moins cinq (5) ans.

Loin de nous, de faire la genèse des évènements à la base de cette situation, somme toute déplorable. Mais la nature même des groupements politiques fait que nous représentions différents groupes, différents partis, différentes sensibilités, avec des intérêts différents, y compris au sein d’un même groupe politique, et nous avons donc différents points de vue faisant naitre, souvent, des divergences. A maintes occasions des tentatives ont eu lieu afin de transcender les divergences qui existent entre les acteurs : 1 D’abord, par des acteurs nationaux, je vais nommer : la Médiature, les Grands Témoins, plusieurs Comités paritaires. Ensuite par des partenaires de notre pays : le National Democratic Institute (NDI) et l’Organisation Internationale de la Francophonie. L’Opposition d’alors est allée jusqu’à proposer la tenue d’un Dialogue National Inclusif, idée partagée, un moment, par l’ensemble des parties prenantes mais qui, au fil du temps, s’est aussi heurtée à des obstacles. Les conflits, les querelles et les rapports polarisés entre les partis politiques peuvent bloquer le développement du pays.


À l’inverse, un niveau même minimal de confiance et de partenariat entre les partis politiques peut ouvrir la voie à la paix, à la stabilité et à une croissance durable. Cela se vérifie dans n’importe quelle société, mais c’est d’autant plus stratégique dans ce pays qui connait des évolutions tragiques majeures.


Mesdames et Messieurs
C’est une satisfaction, aujourd’hui, de voir la classe politique réunie.
L’Opposition aurait aimé que cela se soit fait un peu plus tôt. Elle l’avait souhaité lorsque notre pays avait besoin d’une grande mobilisation pour faire face au COVID19. Nous avons souhaité que l’ensemble des acteurs socio-politiques nigériens soient associés dès 2016 à l’effort de mobilisation citoyenne pour barrer la route à l’insécurité rampante. Nous l’avions souhaité, tout aussi, pour que nous puissions, ensemble, débattre de la situation économique et sociale de notre pays. Tout comme, nous l’avons souhaité lorsque, plus récemment, des décisions gouvernementales ont été prises avec effet sur la cherté de la vie et le pouvoir d’achat de nos concitoyens notamment l’augmentation du prix du gasoil. Beaucoup de questions nous interpellaient et nécessitaient la reprise du dialogue.
2 Monsieur le Premier Ministre, l’Opposition politique nigérienne reçoit positivement votre initiative de relancer le Dialogue Politique National.
Elle se réjouit d’autant plus que les circonstances l’exigent. Et la nécessité de faire face aux multiples défis auxquels notre pays est exposé l’impose. Nous sommes donc venus à cette rencontre plein d’espoir.


Espoir, de nous retrouver entre frère et soeur. Espoir de débattre des questions qui, immanquablement, impactent et impacteront notre vivre ensemble.
Espoir que nous saisirons l’occasion que nous confère les responsabilités qui sont les nôtres de jouer notre partition positivement afin que notre pays aille de l’avant conformément à sa devise dans la fraternité, vraie, vers le progrès.


À tous les groupes et aux grands témoins, malgré tous nos ressentiments qui nous commandent naturellement une vigilance et une prudence absolues, nous voulons assurer que c’est l’état d’esprit avec lequel nous sommes ici, pour autant que les autres parties prenantes soient prêtes à faire la même chose. Mais attention, il n’y a pas de dialogue sans respect de l’autre. Le niveau d’adhésion au dialogue dépend aussi des participants assis autour de la table, de leur foi.
Monsieur le Premier Ministre, Votre rencontre d’il y a 48h avec le Chef de file de l’Opposition a permis d’échanger sur toutes ces questions d’intérêt national. Nous sommes réconfortés des analyses POLITIQUE partagées que vous aviez eues. Nous sommes encouragés par votre grande disponibilité qui traduit la profondeur de votre attachement à la création d’une atmosphère de cohésion et de concorde.


Notre présence donc se fonde sur cet espoir. L’Opposition politique est donc prête pour discuter de l’insécurité qui menace l’existence de l’État et fait de nombreuses victimes ainsi que 3 du processus électoral des 5 députés de la Diaspora si longtemps ajourné que vous proposez. Il reste cependant, Monsieur le Président du CNDP, que les assises du CNDP ne sauraient se tenir sans préalablement des textes organiques et du cadre de travail au sein du CNDP.
Le Décret portant création du CNDP doit faire l’objet d’une relecture commune de même que le Règlement Intérieur élaboré et adopté par la seule Majorité. Ainsi le CNDP pourra débattre de toute question d’intérêt national conformément à des règles acceptées par tous.


Mesdames et Messieurs,

Nul doute que la question sécuritaire est au coeur des préoccupations de l’ensemble des Nigériennes et des Nigériens. Il est donc impératif que les libertés individuelles et publiques, particulièrement la liberté de manifestation telles que prescrites par la Constitution de notre pays soient respectées et garanties.


Il est tout aussi fondamental que notre vivre ensemble se renforce par la promotion d’une culture de tolérance, de paix c’est-à-dire en créant un environnement décrispé, le cas des détenus politiques résolu, permettant à tous nos concitoyens de se sentir concernés par la chose nationale. Monsieur le Premier ministre Mesdames et Messieurs les ministres Distingués Grands Témoins L’Opposition politique espère donc que très prochainement les fondements de notre organe commun seront revus et corrigés.


Qu’il aura à son ordre du jour les questions ci-haut évoquées parce que les conditions du travail et de consensus auront été réhabilités par une relance rapide du comité en charge de ces questions et qui du reste a déjà parcouru un bon bout de chemin.


Je vous remercie.

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...