Célébration de la 11ème édition de la journée africaine de la sécurité routière : Appel au respect de la règlementation en matière de chargement des véhicules de transport de personnes et de marchandises

Le Niger célèbre, aujourd’hui, la 11ème Journée Africaine de la Sécurité Routière, placée sous le thème «la Surcharge». A l’occasion de cette journée instituée le 29 janvier 2012 par l’Union Africaine, le ministre des Transports, M. Oumarou  Malam Alma a prononcé un message commémoratif dans lequel, il a présenté la situation de la sécurité routière au Niger.

Le ministre des Transports a précisé que, cette journée Africaine de la Sécurité Routière est célébrée le 3ème dimanche du mois de novembre de chaque année, en même temps que la Journée Mondiale du Souvenir des victimes des accidents de la route pour une prise de conscience sur les accidents en Afrique. Pour cette 11ème édition au Niger, c’est la région de Zinder qui a accueilli les festivités.

M. Oumarou Malam Alma a rappelé que selon le dernier rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les accidents de la route ont fait environ 1.350.000 tués, 50.000.000 de blessés. C’est une perte économique estimée à 518 milliards $ US, équivalente à 291.116 milliards de FCFA. «Le taux moyen de décès dus aux accidents de la circulation routière à l’échelle mondiale est de 18,2 décès pour 100.000 habitants. L’Afrique est en tête en termes de victimes d’accidents de la circulation routière avec 26,6 décès pour 100.000 habitants. Notre pays occupe le 7ème rang au sein de la CEDEAO avec un taux de 26,2 personnes tuées pour 100.000 habitants», a-t-il précisé. En effet, la situation de la sécurité routière est très préoccupante au Niger. «En 2021, notre pays a enregistré 7543 accidents corporels, 1152 personnes tuées, 4011 blessés graves et 8071 blessés légers. A cela, il faut ajouter des personnes handicapées à vie et des dégâts matériels considérables», a-t-il relevé.

Selon la CEDEAO, la perte économique liée à ces accidents est estimée à 237 milliards de FCFA par an. Malheureusement, la situation de l’insécurité routière croit chaque année. «Entre 2020 et 2021, le nombre d’accidents de la route a augmenté de plus de 4%. Les accidents de la route ne sont pas une fatalité. On peut les éviter, réduire leur fréquence et leur gravité», a-t-il souligné. C’est pourquoi, ajoute le ministre des Transports, les institutions internationales, régionales et sous-régionales s’organisent et développent des stratégies pour apporter des réponses appropriées à cette menace planétaire. Les Nations Unies (ONU) ont déclaré 2011-2020 «Décennie Mondiale de la Sécurité Routière». Cette décennie a été reconduite pour la période 2021-2030. L’Union Africaine (UA) a adopté la Charte Africaine sur la Sécurité Routière en 2016. La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a adopté en fin 2021 la politique et la charte communautaires de la sécurité routière. Quant à l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), elle a élaboré un programme communautaire de sécurité routière et adopté plusieurs décisions, directives et règlements sur la sécurité routière en 2009. 

Au Niger, le gouvernement s’est fixé pour objectif, selon M. Oumarou Malam Alma, de réduire de 25% les accidents d’ici 2025. «Le cadre institutionnel et règlementaire a été rénové par la réactualisation du code de la route et la création de l’Agence Nigérienne de la Sécurité Routière en 2014», a-t-il expliqué. Le ministre des Transports a ensuite souligné les conséquences de la surcharge. En effet, selon un contrôle effectué par le Fonds d’Entretien Routier en 2019, sur six mois, 30% des véhicules poids lourds seraient en surcharge. «La surcharge réduit la durée de vie de nos routes, réduit la durée de vie de nos véhicules et est à la base de graves accidents de la route avec des pertes en vies humaines considérables. C’est pourquoi, j’en appelle au respect de la règlementation en matière de chargement des véhicules de transport de personnes et de marchandises», a-t-il lancé.

Par la suite, M. Oumarou Malam Alma a, au nom du gouvernement présenté, ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes des accidents de la route, avant de  souhaiter aussi un prompt rétablissement aux blessés. Il a  également saisi cette occasion, pour saluer la Police Nationale, la Gendarmerie Nationale, les Sapeurs-Pompiers, les agents de santé et du SAMU pour tout le travail qu’ils abattent jour et nuit, à travers leurs démembrements dans toutes les régions, pour la sécurité des personnes et des biens sur les routes nigériennes.

 Yacine Hassane(onep)

Source : http://www.lesahel.org

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...