DECLARATION DU FRONT DES PARTIS POLITIQUES NON AFFILIES POUR L'ALTERNANCE DEMOCRATIQUE AU NIGER

Au regard de la crise sociopolitique qui mine notre pays ; Nous, leaders et militants du Front des Partis politiques Non affiliés, pour l'Alternance Démocratique au Niger (FPNAD), réunis ce jour 05 octobre 2017 au siège du Mouvement Démocratique pour le Renouveau (MDR-TARNA) à Niamey, faisons la déclaration dont la teneur suit:
De la situation scolaire 

L'école nigérienne, depuis l'arrivée de Issoufou Mahamadou à la tête du Niger, est paralysée par de nombreuses difficultés attribuables à l'insouciance et au mépris que le gouvernement affiche à l'avenir de la jeunesse. A cela s'ajoute un important déficit de dialogue et de communication pacifique pour la résolution des problèmes auxquels les enseignants, étudiants et élèves sont quotidiennement confrontés. 

Au lieu de s'atteler à temps aux préparatifs de la rentrée académique et scolaire 2017-2018, le gouvernement antinational de Birgi Rafini n'a pas trouvé mieux que de divertir le peuple nigérien à travers des duperies et des complots politiques pendant que la majorité de la population croupit dans la misère.

Le Front des Partis politiques Non affiliés pour l'Alternance démocratique au Niger (FPNAD) s'insurge et s'indigne profondément contre l'option pour le chaos que les usurpateurs du pouvoir ont choisie comme solution à l'école nigérienne, cette école qu'ils ont trouvée pourtant saine et crédible.

Nous réaffirmons notre indéfectible soutien aux enseignants, étudiants et élèves pour la grandeur du combat qu'ils mènent afin de sauver l'école nigérienne des griffes des prédateurs engagés à substituer le savoir à l'ignorance et aux ténèbres.

 De la situation économique et financière

Confronté à l'épreuve de la réalité, le gouvernement de la 7ème République du Niger, par son incompétence et son incapacité à gérer les affaires publiques dans les règles de l'art, a plongé notre pays dans un indescriptible labyrinthe rendant l'avenir incertain. Le fardeau de la dette extérieure et de la dette intérieure est devenu insupportable et risque de conduire le Niger dans une situation d'insolvabilité absolue.

Le gouvernement du Niger n'a aucune solution à ces mille problèmes qu'il a sciemment créés pour justifier la conservation de son pouvoir en dehors de toute forme de démocratie libérale.

Issoufou Mahamadou devant le " dilemme et le paradoxe du prisonnier " se demande que faire face à :

  • l'inefficacité des dépenses publiques ;
  • l'impertinence et l'irréalisme des objectifs des projets et programmes de développement ;
  • le déficit budgétaire chronique ;
  • le taux de chômage jamais atteint au Niger ;
  • la mal-gouvernance économique et financière caractérisée par la corruption, le népotisme, les détournements des deniers publics, l'impunité, les passe-droits, etc. ;
  •  l'impuissance du gouvernement à faire face à la morosité économique ?

Il a oublié que " gérer, c'est choisir ". En choisissant d'appauvrir la population, de l'affamer, de la traumatiser par le spectre de l'insécurité et l'anéantissement de l'état de droit, il a paradoxalement choisi la voie de l'échec. L'échec est aujourd'hui visible partout au Niger, sur terre, comme dans l'air et dans l'eau.

De la situation politique

Le Front des Partis politiques Non affiliés pour l'Alternance démocratique au Niger (FPNAD) constate avec regret, malgré les appels faits par plusieurs acteurs sociaux et politiques nationaux ainsi que des organisations internationales, que le dialogue politique et le dialogue social n'ont plus d'importance dans la sphère de prise de décision au Niger. Les Partis politiques non affiliés déplorent le dysfonctionnement du Conseil National du Dialogue Politique (CNDP) au regard de son incapacité à préserver le dialogue politique et à servir de cadre référentiel pour le renforcement de l'unité nationale au Niger.

Le CNDP est aujourd'hui réduit en un simple studio d'enregistrement des ordres d'un groupe politique systématiquement perché au pouvoir. Il est réduit par ces fossoyeurs de la démocratie en une tribune d'expression de la pensée unique au service d'une dictature assoiffée du pouvoir.

De toute l'histoire du Niger, on a jamais assisté à autant de violations des droits humains et des dispositions de la constitution. Le Niger ne mérite pas un tel mépris autant qu'il ne mérite pas à sa tête de tels dirigeants aux intentions machiavéliques. Sinon, comment justifier les modifications unilatérales des lois électorales sans tenir compte des préoccupations des partis politiques non affiliés et de l'opposition politique du Niger.

Devant cette situation, le Front des Partis politiques Non affiliés pour l'Alternance démocratique au Niger (FPNAD), engagé à jamais dans la lutte pour la consolidation des valeurs démocratiques et le renforcement de la paix sociale au Niger dans un contexte de remise en cause des valeurs démocratiques rejette en bloc, toutes les modifications des lois électorales ainsi que toutes les institutions et décisions émanant d'un ordre non consensuel et manifestement illégal. Par conséquent, le FPNAD récuse la Commission Electorale Nationale Indépendante (ceni) telle qu'elle a été conçue et imposée unilatéralement par les usurpateurs du pouvoir au peuple nigérien.

Ainsi, le gouri système de Issoufou Mahamadou est devnu un système d'apartheid en pire, en atteste l'exclusion illégale des partis politiques non affiliés de leur ceni. A l'instar de l'apartheid, le gouri est un crime contre l'humanité. Au regard de l'incapacité du régime de la 7ème République du Niger à :

  • Conduire le processus électoral dans les normes requises ;
  • Respecter et faire respecter les droits humains;
  • Garantir les libertés publiques;
  • Protéger et valoriser les richesses naturelles au Niger ;

Le Front des Partis politiques Non affiliés pour l'Alternance démocratique au Niger (FPNAD) demande à Issoufou Mahamadou de tirer les conséquences de son échec. Le FPNAD demande également au peuple nigérien de prendre toutes ses responsabilités devant l'histoire pour le retour de la démocratie libérale et de l'état de droit.

Enfin, le Front des Partis politiques Non affiliés pour l'Alternance démocratique au Niger (FPNAD) lance un appel au peuple nigérien pour une forte mobilisation afin de barrer la route aux fossoyeurs de la démocratie.

Vivent les Partis Politiques non affiliés,
Vive la démocratie ;
Que Dieu bénisse le Niger et son peuple!
Je vous remercie.
Fait à Niamey, le 05/10/ 2017.
HAMBALY DODO OUMAROU

 

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...