Journée mondiale de l’Alimentation (JMA-2017) : « La migration peut effectivement être prévenue à travers un développement rural inclusif » déclare le ministre d’Etat Albadé Abouba

Comme beaucoup de pays à travers le monde, le Niger célèbre, ce jour 16 octobre, la Journée mondiale de l’alimentation (JMA). Le thème retenu, pour cette édition 2017, est « Changeons l’avenir de la migration, investissons dans la sécurité alimentaire et le développement ». A cette occasion, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba, a livré un message dans lequel, il a souligné la pertinence du thème avant d’évoquer les efforts consentis par le gouvernement pour l’amélioration de la sécurité alimentaire au Niger et surtout pour l’atteinte de l’objectif ‘’faim zéro d’ici 2020’’.

Pour le ministre Albadé, cette célébration a un cachet particulier en ce sens qu’elle intervient en fin d’une campagne d’hivernage qui semble globalement répondre aux fortes attentes des populations, parce qu’elle est ‘’une campagne potentiellement excédentaire sur le plan pluviométrique et de la production agro-sylvo-pastorale’’. Toutefois, estime le ministre d’Etat, aussi excédentaire soit-elle, la production issue de la campagne d’hivernage ne peut, à elle seule, permettre l’atteinte de l’objectif faim zéro d’ici 2020. ‘’C’est à cet effet d’ailleurs qu’est prévue la généralisation et l’intensification des cultures irriguées sur l’ensemble du territoire national dans le cadre de l’Initiative 3N conçue et mise en œuvre par le gouvernement sous la clairvoyante impulsion de SE Issoufou Mahamadou, Président de la République, chef de l’Etat’’ a-t-il précisé.

Revenant sur la pertinence du thème de cette année, le ministre d’Etat en charge de l’Agriculture a évoqué les statistiques de la FAO, selon lesquelles la question de la sécurité alimentaire et de la nutrition touche 815millions de personnes en 2017 dans le monde, soit 38 millions de plus qu’en 2016. C’est donc conscient des liens étroits entre les conflits, la pauvreté rurale et le changement climatique d’une part et les migrations de détresse d’autre part, que le gouvernement a, selon le ministre d’Etat, pris un certain nombre de mesures dans le cadre du Programme de la Renaissance Acte II. Il s’agit entre autres de la généralisation des cultures irriguées avec la subvention des intrants nécessaires ; l’achat de la production à prix rémunérateurs ; la vente de vivres à prix modérés ; la promotion de l’entreprenariat des jeunes ; la création des centres de formation et de réinsertion des jeunes ; le cash for work ; le food for work ; le cash transfert ; la création de services sociaux de base, etc

.

« Toutes ces mesures ont permis à notre pays de jouir d’un indice de stabilité résidentielle moyen de 90%. La vision des plus hautes autorités de notre pays est que la migration, ne soit pas forcée, mais qu’elle demeure un choix bien réfléchi permettant aux populations qui le désirent, d’améliorer leurs conditions d’existence »  a précisé M. Albadé Abouba. En effet, bien que le Niger soit un pays de transit ou passent 90% des migrants ouest africains pour rejoindre l’Europe, la mise en œuvre des actions sus citées ont permis de réduire la migration faisant du Niger, un exemple pour la communauté internationale. « D’où le choix porté récemment à notre pays pour servir de pays ‘’tampon’’ dans la prévention de la migration vers les pays du Nord » a estimé le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage.

Pour M. Albadé Abouba, la migration peut effectivement être prévenue à travers un développement rural inclusif, qui offre des opportunités d’emplois à travers une agriculture productive, des activités de soutien, les crédits à taux étudiés, les entreprises agroalimentaires, etc. « Ces mesures peuvent convaincre les jeunes des zones rurales à trouver un meilleur sort chez eux et éviter de dangereux périples vers des destinations sans lendemain » a estimé le ministre d’Etat qui annonce enfin que les activités entrant dans le cadre de la célébration de cette journée mondiale se dérouleront sur le célèbre site de cultures irriguées de Djirataoua (Maradi).

Siradji Sanda(onep)

16 octobre 2017
Source : http://lesahel.org/

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...