Lutte pour la présidence de la commission de l'UEMOA : Le Niger affiche sa détermination

Uemoa- Niger-Senegal L'élection prochaine du président de la Commission de l'UEMOA continue de cristalliser l'attention au sein de l'espace communautaire. Le poste laissé vacant par le sénégalais Hadjibou Soumaré est convoité par le Niger et…par le Sénégal. Autant dire que le pays de Macky Sall entend trouver un remplaçant à Hadjibou Soumaré qui avait contre toute attente, rendu son tablier. Mais le Niger ne l'entend pas de cette oreille et compte le dé- montrer lors des prochaines assises de la commission. Le ministre des Affaires étrangères Ibrahim Yacoubou a accordé récemment une interview au site Niger Inter dans laquelle il a réaffirmé la détermination du Niger à faire en sorte qu'un de ses compatriotes puisse occuper le fauteuil conformément aux engagements pris par les Chefs d'Etats en toute souveraineté et au non de l'alternance.

Concernant les ambitions du Sénégal pour le poste, Ibrahim Yacoubou dit : " je confirme effectivement que le Sénégal a écrit au président Alassane Dramane Ouattara pour demander de faire en sorte que l'ancien ministre du Budget du Sénégal soit le prochain président de la Commission de l'UEMOA ". En réponse à cette demande sénégalaise le ministre des affaires étrangères souligne que le Niger a également réagi : " je dois vous dire qu'immédiatement le Président de la République du Niger a écrit au président Ouattara pour demander de la part des Etats membres le respect des accords et notamment de l'Acte pris par la Conférence des chefs d'Etat de 2011 à travers lequel ils étaient convenus qu'à la fin du mandat de monsieur Hadjibou Soumaré (président sortant de la Commission) il n' y aura aucun autre pays en dehors du Niger qui puisse présenter un candidat ". Il explique que " c'est par cet acte que le sénégalais Soumaré a été élu avec l'engagement par son pays de ne faire qu'un seul et unique mandat et passer le témoin à un nigérien ". Il précise que " l'article 2 de cet Acte a dit clairement que le seul pays habilité à pré- senter un candidat à l'issue du mandat de Soumaré c'est bel et bien le Niger ". Ibrahim Yacoubou affirme que " Pour le Niger, il n'y a aucune ambiguïté, nous nous prévalons de notre bon droit.

Le respect des principes et engagements, est le minimum qu'on puisse attendre d'une organisation commune comme l'UEMOA. Il va sans dire que les organisations fonctionnent sur la base des textes, la solidarité entre les membres et le principe du respect de chaque pays et nous attendons cet égard de la part de nos frères et amis. Au demeurant nous sommes en droit de postuler à ce poste à partir des fondements de cette organisation qui a adopté dès le départ le principe de la rotation dans sa direction ". Le ministre prévient : " Nous attendons simplement le respect de l'engagement pris librement par les chefs d'Etat de notre organisation commune. Je fonde l'espoir que la sagesse des chefs d'Etat prévaudra pour permettre au Niger d'avoir ce qui lui revient clairement ".

Le ministre des Affaires étrangères reste confiant : " il nous parait évident que les chefs d'Etat ne peuvent passer outre leur engagement écrit. Je suis absolument confiant que le prochain président de la Commission de l'UEMOA sera un nigérien Incha Allah. Ce serait simplement la traduction en acte la volonté et l'engagement des chefs d'Etat ".

Il reste que ce branle bas de combat entre les deux pays présage de chaudes discussions lors des assises qui devraient aboutir à l'élection d'Adjibou Soumaré. La volonté du Sénégal et la détermination du Niger vont s'affronter dans un combat à fleuret moucheté. Bien malin sera celui qui peut donner le nom du pays qui sortira vainqueur de cet affrontement. Les deux pays ont une diplomatie active sur le plan international.

G.A

25 mars 2017
Source : La Nation 

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...