Infrastructures /Programme Niamey Nyala : Les chantiers qui ont changé le visage de Niamey

Le Programme Niamey Nyala est un engagement et une ambition du Président de la République pour la capitale.  Et cela dans une vision intégrée qui prend en compte la  promotion de conditions décentes de logements ; l’accès généralisé des services essentiels de base (assainissement, éclairage public)… ; l’amélioration de la mobilité urbaine; le soutien aux activités économiques et à la création d’emplois. Une approche opérationnelle, pragmatique pour promouvoir un modèle au développement durable.

Dans le détail, ce programme a été structuré en 13 composantes  que sont l’assainissement, la rénovation du centre-ville, la rénovation de la zone administrative, l’aménagement du plateau de Saguia, la réhabilitation des villages urbains de Gamkallé et Saga, l’aménagement de la corniche Yantala-Gamkallé, l’aménagement du Gountou Yéna, le réseau de transport Echangeurs, le projet de construction de 5000 logements dans les communes et villes chefs-lieux de régions, l’aménagement de la ceinture verte, l’aménagement de la nouvelle zone industrielle, le schéma de cohérence territoriale, l’accompagnement en termes de décongestionnement, embellissement et salubrité.

Il s’agit, pour le Chef de l’Etat, à travers ce triptyque,  de réunifier et rééquilibrer le développement de la ville autour du fleuve Niger ; de la rendre plus accueillante et plus agréable à vivre ; d’accroître son accessibilité aux transports multimodaux ; et de favoriser  son rayonnement de capitale politique et culturelle, ainsi que sa fonction de pôle économique régional. En définitive, il s’agit de faire de Niamey, à l’échéance 2020, une ville maîtrisée et sécurisée où il fait bon vivre. A cette fin, le programme Niamey NYALA repose sur des opérations de grande envergure, des mesures de mise en œuvre et d’accompagnement adéquates et une stratégie de communication inclusive et participative de toutes les couches socioprofessionnelles.

Des monuments érigés au niveau des grands carrefours

La concrétisation du projet Nyala se remarque sur tous les grands carrefours de la capitale. En effet, de manière systématique, des monuments sont érigés sur ces grands carrefours, donnant beaucoup plus de visibilité aux routes, et embellissant une grande partie de la ville. Les sociétés d’Etat ont fait preuve de patriotisme en s’investissant avec détermination dans ce projet. C’est le cas de la SONIBANK qui a pris en charge la construction du monument du Rond-point Terrain Musulman en injectant  137 millions 597 mille 853 FCFA TTC ; de  la RAE qui a financé le monument du Rond-point Eglise avec un montant de 197 millions 195 mille 457F CFA TTC ;  de la SONICHAR qui a injecté la somme de 214 millions 538 mille 311 FCFA TTC dans la construction du monument du Rond-point de l’ENAM; de la SPEN qui a déboursé 301 millions 795 mille 407 FCFA TTC pour ériger le Rond-point Gadafawa;  de la LONANI qui a mis la somme de 432 millions 003 mille 483 FCFA TTC pour la construction du monument du Rond-point de la Liberté; de la CNSS qui a pris en charge l’érection du monument du Rond-point Maourey pour un montant de 262 millions 066 mille 354 FCFA TTC ; de la NIGELEC qui a financé le monument du Rond point NIGELEC pour un montant de 480 millions 893 mille 942 FCFA TTC ; de la SOPAMIN qui a investi 423 millions 084 mille 921 FCFA TTC pour la construction du monument de la Place de la Concertation ; de la SONIDEP qui a financé la construction du Rond-point Rive Droite pour un montant de 495 millions 994 mille 447 FCFA TTC ; et de l’avenue de l’Amitié financé sur le budget national à hauteur de 1 milliard 058 millions 720 mille 000 FCFA TTC.

Avec autant d’infrastructures, la capitale affiche un visage radieux et charmant.

Aménagement et bitumage de 70 km de voirie :  une première phase de 21,8 km déjà réalisée

‘’Le projet d’aménagement et de bitumage de 70 kilomètres de voirie urbaine dans la ville de Niamey entre dans le cadre du Programme Niamey Nyala, et est en parfaite adéquation avec les objectifs du Programme de Renaissance du Niger de Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République,  Chef de l’Etat’’, souligne M. Awaly Gouzayé, chef de Projet Voirie Urbaine de Niamey, au Ministère de l’Equipement.

‘’A travers la mise en œuvre de ce projet, le Gouvernement entend, entre autres, rendre fluide le trafic automobile généré par les activités économiques, améliorer les infrastructures de transport qui contribuent directement à l’attractivité internationale, et renforcer la sécurité routière dans la capitale’’, précise-t-il en ce qui concerne ce  projet dont il a la charge.

L’ensemble de ces travaux va engloutir la somme  de 24 milliards 090 millions 012 mille 010 FCFA, hors taxes et droits de Douanes, que l’Etat a mobilisée grâce à un financement de la BOAD.

La première phase de ces  21,8 kilomètres de voiries, qui s’inscrit dans le cadre du projet d’Aménagement et de Bitumage de 70 kilomètres de voies structurantes dans la ville de Niamey, a été lancée le 15 Janvier 2015 par le Président de la République, SEM.  Issoufou Mahamadou.

L’exécution des travaux a été confiée à l’entreprise SOGEA/SATOM, tandis que le contrôle et la surveillance des travaux sont assurés par le Groupement de Bureaux Art & Génie/TERRABO.

Les voies concernées par les travaux traversent les arrondissements communaux I, II, III et IV de Niamey. Il y a l’axe du boulevard Tanimoune d’une longueur de 16 km, qui fait un même carrefour avec la route Est-Ouest communément appelé  ‘’Niamey Nyala’’ et se termine sur la RN1E, au niveau de la gare ferroviaire. C’est une rocade autour de Niamey qui longe les pylônes Haute Tension.  La Rue FK 160 ou AVENUE FOULAN KOIRA, d’une longueur de 3,730 km, va du boulevard Tanimoune  à la route de Ouallam, à côté  de la compagnie des Sapeurs-Pompiers, en passant par l’école BEDIR et la rue LZ2-BF170 ou (AVENUE LAZARET)-BF 170 (AVENUE BANI FANDOU), d’une longueur de 2,820 km, part  du Rond-point Baré pour rejoindre le boulevard Tanimoune  au PK 11+ 050 en passant par le Rond-point Salou Djibo.

D’importants travaux d’assainissement ont été aussi réalisés,  ce qui a  permis, entre autres, de résoudre les problèmes d’inondations qui rendaient certaines rues impraticables pendant la saison des pluies. 

Les autres parties des travaux  portent sur la signalisation et  la sécurité,  un  volet environnemental avec  la plantation d’arbres sur le boulevard Tanimoune, la réalisation de trois murs de clôtures des écoles,  soit 2052 mètres linéaires  de mur réalisés, et l’éclairage public avec l’énergie solaire sur les trois tronçons du Projet.

Des échangeurs pour une bonne mobilité dans la capitale

Un autre aspect, et non des moindres, du Programme  Niamey Nyala, c’est les projets structurants comme la construction des échangeurs. ‘’L’objectif principal de ces projets est la réalisation  des infrastructures visant à améliorer la fluidité du trafic urbain, l’embellissement et le renforcement du rôle de Niamey en tant que  ville moderne’’, précise M. Abba Nakoira Mahamadou Bachirou, responsable des chantiers des échangeurs au Ministère de l’Equipement. Deux de ces ouvrages ont déjà été réalisés au cours du premier mandat du Président de la République, qui a également lancé les travaux du 3ème échangeur qui viennent de démarrer. 

Concernant le premier échangeur,  celui du Carrefour du Boulevard Mali-Béro et de l’Avenue du Zarmaganda, les travaux qui avaient  démarré le 24 octobre 2011 pour un délai de 18 mois, avaient pris fin en septembre 2013. Le coût global des travaux exécutés par l’entreprise China Géo Engineering Corporation International (CGCI), qui est de 12 milliards 093 millions 276 mille 250  FCFA, a été financé sur  le budget d’investissement de l’Etat du Niger. La surveillance et le contrôle des travaux  ont été assurés par le groupement de bureaux d’études GERMS-Consulting/AGEIM, et ont coûté la somme de 905 millions 300 mille FCFA, hors taxes et hors Douanes.

L’ouvrage comprenant un viaduc sur le carrefour du Boulevard Mali-Béro et de l’Avenue du Zarmaganda à Niamey, est constitué d’un pont-dalle à tablier en béton armé d’une longueur totale de 206 mètres, supportant un trafic bidirectionnel de 2 x 2 voies.

Entre autres objectifs, cet ouvrage vise à réduire les problèmes de circulation, notamment les embouteillages et les accidents; améliorer le cadre de vie et la qualité des espaces publics; rendre accessible les commerces; renforcer la sécurité routière; et mieux protéger les usagers les plus vulnérables.

Pour le deuxième échangeur, celui de la  place des Martyrs et ses voies d’accès, les  travaux ont démarré le 10 Mars 2014. Le projet comprend trois composantes, notamment l’échangeur et ses voies d’accès, le Boulevard KI87 et la Corniche de Gamkallé.

La première composante du chantier, à savoir l’échangeur des Martyrs, a été inaugurée le 25 janvier 2016. Il  reste les deux composantes, dont les travaux se poursuivent. Le projet, dont le coût global s’élève à 29 milliards 313 millions 612 mille 084 FCFA, est financé par le budget d’investissement de l’Etat du Niger. C’est l’entreprise China Géo Engineering Corporation International (CGCI) qui exécute les travaux sous la surveillance et le contrôle du groupement de bureaux d’études GERMS-Consulting/AGEIM, pour un montant de 654 millions 214 mille 400 FCFA.

Dans le cadre de ce projet, l’Entreprise CGCINT emploie 227 employés nigériens et 30 employés chinois. Et la Mission de Contrôle mobilise 19 agents nigériens permanents, toutes catégories confondues. Au total, ce sont  276 emplois qui avaient été  créés pour la réalisation de l’échangeur de la  place des Martyrs et ses voies d’accès.  

Quant au troisième échangeur, c’est  un méga chantier  qui comporte la construction de trois grands ouvrages, notamment ‘’l’Echangeur Diori Hamani’’ à trois niveaux au carrefour  Ecole DIORI, avec un passage souterrain, long de 126 m ; un pont-cadre à la traversée de l’agglomération du marché Katako pour séparer le flux du trafic en transit et celui à destination du marché, long de 36 m ; et un pont  à poutres métalliques  sur le ravin de ‘’Gountou Yéna’’, dans le prolongement du  Boulevard de la Liberté, long de 90 m.

Le coût global du projet s’élève à 41 milliards 614 millions 280 mille 769 FCFA, et le  financement est assuré par la BOAD, la BOA-Niger et l’Etat du Niger. Et c’est à l’entreprise SOGEA SATOM  que l’exécution des travaux a été confiée pour un délai de 27 mois. La surveillance et le contrôle des travaux sont assurés par le bureau d’études GERMS-Consulting, de nationalité nigérienne, pour un montant de 971 millions 787 mille 500 FCFA.

 Plusieurs infrastructures sont prévues dans le cadre de ce chantier dont  la fin des travaux est prévue pour le 15 mars 2018.   Il s’agit de  l’aménagement du canal de Gountou-Yéna’’; la construction de quatre (4) passerelles pour piétons ; la construction et l’aménagement des voies de déviation (6,4 km dont 2,6 km de routes neuves et 4 km en renforcement) ; l’aménagement de trois (3) parkings pour assurer le stationnement des automobiles, évitant ainsi l’engorgement constaté actuellement du fait du stationnement aux abords et même sur la chaussée; des travaux connexes relatifs à la construction d’équipements socio-éducatifs dans les établissements scolaires de la zone du projet.

A cela il faut ajouter la construction d’un second pont sur le fleuve Niger et le projet de construction du troisième pont sur le même fleuve à hauteur de la ville de Niamey. 

Avec la réalisation de ces différentes infrastructures, les populations de Niamey et les visiteurs constatent avec plaisir une amélioration de la sécurité routière et la fluidité du trafic urbain ainsi que l’embellissement et la modernisation de la voirie de la capitale.

Oumarou Moussa et Souley Moutari(onep)

02 avril 2017
Source : http://lesahel.org/

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...