Séance de travail entre le Gouvernement du Niger et celui de la Tunisie : Coup d’accélérateur à la coopération bilatérale à travers la signature de plusieurs accords

En mission de travail dans notre pays depuis lundi dernier, le Premier ministre tunisien, S.E Youssef Chahed, et le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E. Brigi Rafini, ont co-présidé, hier matin, dans la salle de banquet de la Primature, juste après l’ouverture du forum économique nigéro-tunisien, une séance de travail, élargie aux délégations. La visite du Chef du gouvernement tunisien au Niger traduit éloquemment la volonté affichée par les deux Chefs d’Etat à imprimer un nouvel élan à la coopération bilatérale.

La Tunisie et le Niger sont deux pays qui entretiennent des relations historiques depuis fort longtemps. Les deux pays sont membres fondateurs de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT) qui deviendra par la suite l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Cette rencontre de Niamey a été mise à profit par les deux délégations pour examiner en profondeur la coopération entre la Tunisie et le Niger. Elle a abouti fort opportunément à la signature de trois (3) accords à savoir : le protocole de consultation politique entre les deux ministres des Affaires Etrangères ; l’accord de coopération dans le domaine sécuritaire et le programme exécutif en matière de santé qui couvre la période 2017 ; 2018 et 2019.

La séance de travail entre les deux délégations a été sanctionnée par un communiqué conjoint lu par le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur M. Ibrahim Yacoubou.

Auparavant, les deux chefs de gouvernement ont exprimé dans leurs allocutions respectives, la volonté de nos pays de renforcer et de dynamiser la coopération bilatérale au profit des peuples frères du Niger et de la Tunisie. (Lire ci-dessous l’intégralité des discours prononcés par Leurs Excellences Brigi Rafini et Youssef Chahed ainsi que le Communiqué final ayant sanctionné la rencontre).

Hassane Daouda(onep)

 

«Les actions que la Tunisie et le Niger mènent de concert abordent pratiquement tous les domaines de coopération et démontrent, une fois de plus, la convergence de nos points de vue et de nos positions», déclare SEM. Brigi Rafini

« Monsieur le Premier Ministre et Cher Frère ;

Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Mesdames et Messieurs ;

Je voudrais, au nom du Président de la République, du Gouvernement et du Peuple nigériens, vous souhaiter à nouveau la cordiale bienvenue et un séjour fructueux au Niger à vous-même et à la délégation qui vous accompagne.

Monsieur le Premier

Ministre,

La visite d’amitié et de travail que vous nous faites l’honneur de conduire au Niger traduit éloquemment la volonté clairement affirmée par Leurs Excellences BEJI CAID

ESSEBSI, Président de la République Tunisienne, et ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République du Niger, d’imprimer un nouvel élan à la coopération multiforme qui unit nos deux pays.

Comment ne pas se rappeler, Monsieur le Premier Ministre, que la Tunisie a été et est encore le symbole vivant d’une coopération dynamique et sincère grâce à laquelle le Niger a jeté les bases de ses relations extérieures et amorcé avec plus d’assurance le processus de son développement économique et industriel.

Comment ne pas rappeler que la Tunisie et le Niger sont, avec le Sénégal, les membres fondateurs de la Francophonie à travers la création de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique ici même à Niamey. Agence qui, aujourd’hui, est une organisation Internationale au service de la démocratie, de la paix et du développement.

Monsieur le Premier

Ministre,

Mesdames et Messieurs,

La création d’une Grande Commission Mixte de Coopération entre la Tunisie et le Niger en 1982 traduisait déjà à l’époque l’excellence des liens de coopération, d’amitié et de solidarité qui les unissent. La dernière session de cette Grande Commission, la 7ème, qui s’est tenue, ici, à Niamey, du 5 au 7 novembre 2012, a été l’occasion pour nos deux (2) Gouvernements de faire de la coopération nigéro-tunisienne un exemple reluisant de coopération sud-sud comme en témoigne l’important dispositif juridique mis en place pour créer un cadre formel et adéquat au développement de ces relations.

Je suis particulièrement heureux de constater que les actions que la Tunisie et le Niger mènent de concert abordent pratiquement tous les domaines de coopération et démontrent, une fois de plus, la convergence de nos points de vue et de nos positions.

Au titre de ces domaines de coopération, je voudrais citer le partenariat qui s’est noué avec les opérateurs économiques tunisiens par le biais, hier, de la Banque de Développement de la République du Niger, et aujourd’hui de la Société Nigérienne de Banque ainsi qu’avec certaines sociétés d’assurances du Niger.

Je retiens également l’organisation des Journées commerciales tunisiennes à Niamey, et des forums d’hommes d’affaires nigéro-tunisiens. Je profite donc de cette occasion pour rappeler, comme je l’indiquais ce matin à l’ouverture du forum économique, la responsabilité qui incombe aux secteurs privés tunisien et nigériens au regard des différentes opportunités d’affaires qui s’offrent à eux. Ils se doivent de tirer le meilleur parti de la qualité des relations qui unissent les deux pays pour contribuer au développement de nos économies.

Je reste donc confiant quant à leur détermination à jouer leur partition dans le développement et la consolidation des liens de coopération entre les deux pays dans un contexte international marqué par de multiples défis qui nous obligent, surtout en Afrique, à resserrer nos rangs pour assurer la compétitivité de nos produits afin de mieux pénétrer le marché international.

Monsieur le Premier

Ministre,

Un autre défi qui concentre les efforts de nos deux pays et qui plombe le développement et la croissance de nos Etats, c’est le défi sécuritaire. En effet, l’espace sahélo-saharien auquel appartiennent nos deux pays est devenu, ces dernières années, le théâtre de l’expression de divers extrémismes portés par des groupes terroristes et des organisations criminelles, véritables menaces à la paix, à la stabilité et à l’intégrité des Etats.

Nos pays ont payé et payent encore un lourd tribut notamment humain du fait de l’action d’individus sans foi ni loi. A cet effet, nous devons bâtir un front de lutte commun plus renforcé non seulement contre les extrémismes auxquels je faisais allusion tantôt mais aussi contre cette tendance à la stigmatisation de l’Islam que certains voudraient associer au terrorisme.

La stabilité dans l’espace sahélo-saharien est aussi tributaire de la solution à la situation sécuritaire et politique en Libye, pays avec lequel la Tunisie et le Niger partagent des frontières communes. La Libye doit en effet retrouver au plus vite la plénitude de ses fonctions régaliennes et l’intégrité de son territoire. Le peuple libyen comme tous les autres peuples du monde aspire à la paix et à la sécurité, conditions nécessaires pour son développement.

Monsieur le Premier

Ministre,

Je termine mon propos avec l’espoir que votre visite sera un coup d’accélérateur donné à notre coopération bilatérale parce que c’est là la volonté de nos deux Chefs d’Etat et c’est aussi là le vœu de nos deux peuples.

Les entretiens sectoriels entre les Ministres de nos deux pays ainsi que le forum économique et les échanges bilatéraux qui vont suivre dans un instant annoncent de nouvelles perspectives pour la coopération nigéro-tunisienne.

Je reste convaincu qu’au terme de nos échanges, des dispositions adéquates seront prises pour développer davantage nos relations dans des domaines comme la sécurité, la santé, le commerce, l’enseignement supérieur, la formation technique et professionnelle, la culture, le tourisme, l’industrie, l’économie numérique.

Sur ce, je souhaite pleins succès à nos échanges.

Je vous remercie de votre aimable attention. ».

Onep



Lire également

Forum économique nigéro-tunisien : Quatre accords conclus et signés pour booster la coopération économique entre les deux pays

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini a co-présidé hier matin au Palais des congrès de Niamey avec son homologue de la République tunisienne, SE. Youssef Chahed, l’ouverture du forum économique nigéro-tunisien. L’organisation de ce forum traduit la volonté des deux pays de faire des échanges pour renforcer leur relation économique en vue de la création et du développement des projets d’intérêts communs.

Procédant à l’ouverture des travaux, le Premier ministre, SE. Brigi Rafini a salué l’organisation de ce forum qui selon lui traduit la volonté des deux pays d’organiser des échanges pour renforcer la coopération en vue de la création et du développement des projets d’intérêts communs. Pour le Chef du gouvernement, ce sont les liens d’amitié et de coopération qui unissent leurs deux pays, qui sont appelés à franchir des nouvelles étapes dans le sens du progrès. «Le Niger dispose d’importantes potentialités pour l’investissement, notamment dans le secteur agricole, minier, de l’artisanat et du tourisme», a-t-il déclaré dans son discours d’ouverture dont nous publions ici l’intégralité.

Pour le Chef du gouvernement tunisien, ce forum contribuera à renforcer les relations et la fraternité qui unissent les deux peuples frères mais aussi et surtout le développement de la coopération bilatérale, économique et commerciale. «Nos pays ont des ambitions partagées pour un meilleur avenir à œuvrer en parfaite synergie pour atteindre les résultats probants dans le domaine du développement socioéconomique », a déclaré SE. Youssef Chahed.

Pour le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger, cette rencontre constitue un moment pour magnifier et intensifier les relations économiques entre le Niger et la Tunisie. Ces relations puisent leur source dans cette volonté inébranlable entre les deux Etats de bâtir et de promouvoir des échanges féconds et mutuellement avantageux. «Cette rencontre se tient à un moment où le Niger s’inscrit désormais dans une dynamique de développement au regard des paramètres économiques qui y sont réunis ; des ressources du sous-sol considérables et diversifiées, un marché national et régional de plus de 300 millions de consommateurs, une position géographique qui fait du Niger, le plus grand portail d’entrée du plus grand marché de la région qui est le Nigeria. Il y a également un ambitieux programme de construction d’infrastructures et aussi des investissements dans le domaine de l’Agriculture», a souligné M. Moussa Sidi.

Ces atouts, ajoute-t-il, sont confrontés par une volonté politique clairement affirmée. Le président de la Chambre de commerce et d’industrie a pour ce faire témoigné des actes indéniables que le gouvernement a pris en vue de créer un climat des affaires favorable à l’investissement. M. Moussa Sidi a noté également une garantie indiscutable pour les investisseurs; l’adoption d’un code d’investissement qui facilite la demande d’agrément ; les outils d’investissement opérationnel dont entre autres l’opérationnalisation de la Maison de l’entreprise qui permet la création d’une entreprise en moins de 72 heures et en coût réduit. S’y ajoutent également la création des tribunaux de commerce qui assurent la célérité dans les traitements des litiges commerciaux, la création d’un Centre de médiation d’arbitrage à Niamey qui permet désormais de régler les conflits commerciaux à travers les recours au mode alternatif de règlement des conflits.

Il y a aussi la création d’un Haut conseil pour l’investissement au Niger, sous la haute autorité du Président de la République, Chef de l’Etat qui est un cadre de privilégié de dialogue entre l’Etat et les investisseurs privés, nationaux et internationaux pour le renforcement de la promotion des investissements. A cela s’ajoute la mise en place d’un cadre juridique de partenariat public et privé qui permet au secteur privé de réaliser des infrastructures d’intérêt public tout en garantissant une rentabilité économique pour les investisseurs. «Ces efforts ont permis au Niger de gagner une place dans le classement Doing business en 2016 qui fait de notre pays, le plus reformateur en Afrique subsaharien», s’est-il réjoui.

Pour sa part, la présidente de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) a annoncé que son pays va renforcer la coopération avec les autres opérateurs des pays africains. Selon Mme Ouided Bouchamaoui, il existe parfois en Afrique des systèmes de partenariat déséquilibré qu’il faut rééquilibrer à travers ce genre de rencontre et passer à la concrétisation des décisions prises. Après l’ouverture des travaux, il a été procédé à la signature de quatre (4) accords qui lient la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tunisie, puis avec l’Union Tunisienne de   l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), ensuite avec la Confédération des

Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT) et enfin avec le Centre de Promotion des Exportations (CEPEX).

Seini Seydou Zakaria(onep)



Lire également le discours de SEM. Youssef Chahed, Chef du gouvernement de la République tunisienne

«Nos deux pays ayant des ambitions partagées pour leur meilleur avenir sont appelés à œuvrer en parfaite synergie pour atteindre des résultats plus probants dans le domaine du développement socioéconomique », déclare SEM. Youssef Chahed, Chef du gouvernement de la République tunisienne

« Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement du Niger ;

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Chers Opérateurs

Je dois d’abord exprimer, Monsieur le Premier ministre et cher frère, tout le plaisir que, j’ai à co-présider avec vous l’ouverture du forum économique tuniso-nigérien, qui j’en suis persuadé, contribuera au renforcement des relations d’amitié et de fraternité traditionnelles, liant nos deux peuples frères ainsi qu’au développement de la coopération bilatérale économique et commerciale.

Je dois évidemment signaler que l’honneur qui m’échoit, aujourd’hui est d’autant plus grand que je suis invité à m’exprimer devant les représentants du secteur privé de nos deux pays qui sont le moteur de cette nouvelle dynamique caractérisant nos relations bilatérales. C’est aussi pour moi l’occasion de souligner avec force et conviction, le caractère privilégié et historique des relations entre la Tunisie et le Niger, des relations de fraternité, de solidarité et de respect mutuel.

Mesdames et messieurs

La Tunisie qui ne cesse de déployer d’importants efforts de développement aspire à renforcer son partenariat avec le Niger. Nos deux pays ayant des ambitions partagées pour leur meilleur avenir sont appelés à œuvrer en parfaite synergie pour atteindre des résultats plus probants dans le domaine du développement socioéconomique.

A l’heure de son indépendance, la Tunisie a œuvré inlassablement au développement, avec le Niger, des liens économiques et commerciaux étroits, dont les opérateurs du marché financier, en ont été la locomotive. On peut citer l’appui de la Société Tunisienne de Banque (STB) dans la création de la Banque

Nigérienne de Développement aujourd’hui, la Société Nigérienne de Banque (SONIBANK), ainsi que celui du groupe STAR, Société Tunisienne d’Assurance et de Réassurance dans la fondation de la compagnie d’assurance nigérienne.

Mesdames et Messieurs,

Les statistiques montrent que nos échanges commerciaux, lors des cinq (5) dernières années, sont bien en deçà du potentiel existant entre nos deux pays. Il reste faible, nous pouvons faire plus, nous pouvons faire mieux. Ce que nous pouvons faire, côté officiel, c’est de facilité nos échanges économiques en étoffant le cadre juridique bilatéral et en mettant en place des mécanismes adaptés pour des procédures diligentes. Nos opérateurs économiques ont toujours manifesté un intérêt majeur pour le marché nigérien. Ils seront plus actifs à l’avenir.

Ensemble, Monsieur le Premier ministre, nous pouvons les accompagner. Nous pouvons les encourager davantage afin de travailler en partenariat et contribuer, par là même, à l’œuvre du développement de nos deux pays dans un esprit de partage et d’échange.

La question de connexion aérienne entre nos deux pays est aussi l’un des principaux vecteurs de croissance de notre coopération économique. A cet égard, la mise en place du vol régulier de la compagnie Tunis Air entre Tunis et Niamey est de nature à poser le jalon d’une coopération efficiente et durable. Cette ligne aérienne enregistre depuis son inauguration, en juillet 2016, une augmentation mensuelle positive et pratique de l’ordre de 8% depuis juillet 2016. Il vous revient ainsi, chers opérateurs, de saisir toutes les opportunités qui vous s’offrent à vous et qui sont bien réelles.

Mesdames et Messieurs

Permettez-moi de conclure en saluant votre enthousiasme et votre volonté d’aller de l’avant dans votre quête d’un partenariat mutuellement avantageux, tout en vous assurant que nous ne ménagerons aucun effort pour soutenir vos   actions et projets.

Vive la fraternité tuniso-nigérienne !

Merci pour votre aimable attention ! ».

Onep



Lire également le discours SEM. Brigi Rafini, Premier ministre, Chef du Gouvernement

« Je suis persuadé que les rencontres Be to Be qui vont avoir lieu à la suite de la présente cérémonie, déboucheront sur des partenariats mutuellement avantageux au profit de nos deux pays », déclare SEM. Brigi Rafini, Premier ministre, Chef du Gouvernement

« Chers Invités ;

Je voudrais, une fois de plus, souhaiter à vous-même, Monsieur le Premier Ministre, et à la délégation qui vous accompagne, la chaleureuse bienvenue au Niger. Je voudrais exprimer ma profonde gratitude à l’endroit des plus Hautes Autorités de la Tunisie et du Niger pour les efforts qu’elles ne cessent de déployer pour la promotion du secteur privé et pour le développement d’un partenariat privilégié entre nos deux pays.

J’en veux pour preuve l’organisation de ce forum économique, à Niamey, qui traduit la volonté des deux pays de favoriser des échanges plus renforcés en vue de la création et du développement de projets d’intérêt commun. C’est le signe sans doute que les liens d’amitié et de coopération qui unissent nos deux pays sont historiques et sont appelés à franchir de nouvelles étapes.

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs les Opérateurs Economiques,

Le Niger dispose d’importantes potentialités et opportunités d’investissements, notamment dans les secteurs agricole, minier, artisanal et touristique. Ainsi, au niveau du secteur agricole, les cultures de rente constituent un important potentiel pour l’exportation et l’agro-industrie. C’est le cas notamment de l’oignon, avec une production annuelle de plus de 500 000 tonnes, la gomme arabique, le sésame, le souchet. A cela s’ajoutent des cultures maraîchères porteuses comme l’ail et le poivron.

Pays à vocation pastorale, le Niger dispose aussi d’un important cheptel estimé à environ 40 millions de têtes de bétail. Dans le domaine des ressources naturelles, le Niger est l’un des premiers producteurs d’uranium au monde. Il dispose d’importants gisements d’or, de phosphate, de pétrole et de charbon. Toutes ces filières porteuses constituent des opportunités en termes de production mais aussi de transformation par la création notamment de petites et moyennes entreprises et industries.

A cela, s’ajoute une forte demande locale en constante augmentation dans tous les secteurs notamment l’agro-alimentaire, les équipements, les textiles, les matériaux de construction, l’énergie solaire, etc.

Ce sont là, Mesdames et Messieurs les Opérateurs Economiques, quelques-uns des domaines qui offrent des opportunités d’investissement. Compte tenu de la diversité et de l’importance de ces opportunités, la présente rencontre constitue un cadre d’échange et de réflexion en vue de l’installation d’entreprises tunisiennes au Niger. Les nombreuses réformes mises en œuvre facilitent la création d’entreprises avec des procédures allégées et accélérées, l’accès aux titres fonciers et une fiscalité incitative.

Mesdames et Messieurs les Opérateurs Economiques,

Depuis le début des années 90, en effet, le Niger a engagé un processus de libéralisation progressive de son économie, dont la finalité est de faire jouer au secteur privé un rôle prépondérant dans le développement socio-économique du pays, par la valorisation de ses ressources.

Ce processus de libéralisation se poursuit de façon concertée avec l’ensemble des acteurs économiques dans un cadre démocratique apaisé, favorable à la promotion des activités économiques. Enfin, il faut souligner que le Niger compte, aussi bien dans le secteur public que privé, de nombreux cadres formés dans les établissements d’enseignement tunisiens ; ce qui est à même de constituer un atout considérable.

J’invite donc les entreprises tunisiennes à saisir ces opportunités d’affaires et à investir en toute sécurité et en toute confiance au Niger. Pour leur part, les chefs d’entreprises du Niger se tiendront à la disposition de leurs homologues tunisiens pour poursuivre les discussions en vue d’aboutir à des projets concrets.

Je suis persuadé que les rencontres Be to Be qui vont avoir lieu à la suite de la présente cérémonie, déboucheront sur des partenariats mutuellement avantageux au profit de nos deux pays.

Je vous remercie de votre aimable attention ».

05 avril 2017
Source : http://lesahel.org/

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...