Maradi : Lancement des activités de l’Unité Régionale d’Appui Technique (URAT) du Projet Niger- LIRE : Améliorer la qualité des conditions d’enseignements et d’apprentissage dans les régions

Le Secrétaire général du Gouvernorat de Maradi, M. Saadou Ibrahim a présidé, le mardi 1er mars dernier, la cérémonie du lancement des activités de l’Unité Régionale d’Appui Technique (URAT) du Projet LIRE dans la région de Maradi.

Le Projet NIGER-LIRE dont le lancement officiel a été fait à Niamey sous le haut patronage de SEM. Mohamed Bazoum, Président de la République, Chef de l’Etat, est un  projet d’appui au secteur de l’éducation au Niger, financé par la Banque Mondiale à hauteur de 140 millions de dollars US, soit 70.673.674.362 FCFA pour une durée de 6 ans allant d’Avril 2020 à Avril 2026). Avec une couverture nationale mais avec un focus sur cinq régions que sont Diffa, Maradi, Tahoua, Tillabéri et Zinder, ce projet a été conçu et approuvé dans un contexte où notre système éducatif fait face à de nombreux défis de qualité se caractérisant entre autres par le niveau de formation souvent inapproprié des enseignants et des curricula inadaptés ; des taux élevés de redoublement et d’abandon mettant en relief de graves problèmes d’efficacité interne.

Dans la région de Maradi, les interventions et activités prévues dans le cadre du projet Niger-LIRE toucheront 755 écoles primaires, 84 collèges et 20 Makaranta, ainsi que l’ENI de Maradi, la DREN, les DDEN, les inspecteurs et les structures communautaires de gestion des établissements.

Le Secrétaire général du gouvernorat de Maradi, M. Saadou Ibrahim a indiqué que ce projet a pour objectif d’améliorer la qualité des conditions d’enseignements et d’apprentissage dans les régions concernées et de renforcer la planification et la gestion du système éducatif. Pour lui, l’atteinte de cet objectif serait possible à travers la mise en œuvre des cinq (5)

composantes du projet dont trois (3) sont déjà opérationnelles à savoir la composante opérationnelle qui vise l’amélioration des pratiques d’enseignement et de la pédagogie en classe ; la facilitation des interventions directes visant à améliorer l’apprentissage chez les filles et les garçons et le renforcement de la gestion globale du système éducatif. «Ces trois composantes opérationnelles seront complétées par deux autres dont la quatrième relative à la coordination et à l’administration du projet et enfin la cinquième dédiée aux réponses immédiates face aux situations d’urgence», a-t-il dit. Le SG du gouvernorat de Maradi a enfin réitéré l’engagement  solennel des autorités à soutenir et à accompagner la mise en œuvre du projet LIRE afin qu’il puisse contribuer à l’amélioration des résultats scolaires dans la région.

Le président du Conseil Régional de Maradi, M. Laouali Malam Moussa qui intervenenait auparavant, a reconnu que l’acquisition de la compétence en lecture est d’une indiscutable importance, tant elle est fondamentale pour le parcours de tout apprenant. «La région de Maradi qui fait face depuis un certain nombre d’années a un sérieux problème de décrochage scolaire en sait quelque chose» a-t-il soutenu. Le président du Conseil Régional de Maradi a reconnu qu’aucun pays au monde ne peut se développer sans avoir une éducation solide et stable. «C’est pourquoi nous saluons l’avènement du projet LIRE dans notre région dont l’objectif est d’améliorer les conditions d’enseignements et d’apprentissages dans les régions concernées et renforcer la planification et la gestion du système éducatif», a déclaré M. Laouali Malam Moussa.

Le coordinateur régional du Projet LIRE Maradi, M. Issa Sadou a indiqué que qu’au plan régional, ce projet touchera sept (7) départements à l’intérieur desquels, 42 communes vont bénéficier des appuis du projet.

Tiémogo Amadou, ANP-ONEP Maradi

 

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...