Première réunion des contributeurs : Etat des lieux-phase de cadrage-Programme A-CPI

Première réunion des contributeurs  : Etat des lieux-phase de cadrage-Programme A-CPI

L’amphithéâtre du siège du syndicat national des agents des douanes (SNAD), abrite depuis le mardi 22 septembre 2020, un séminaire de formation sur les contributions internes et externes du programme anti-corruption et promotion de l’intégrité (A-CPI) de l’Organisation mondiale des douanes (OMD). Un séminaire qu’organise la direction générale des douanes avec le soutien de ses partenaires. C’est le directeur général des douanes qui a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux, en présence de plusieurs invités, agents des douanes de tous grades, opérateurs économiques, commissionnaires en douane et autres acteurs de la chaîne logistique.

Cette série de formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique 2019-2023 de l’administration des douanes, qui prévoit à son axe stratégique 3, le développement organisationnel et le leadership sur l’éthique et la bonne gouvernance. C’est dans ce cadre, a rappelé le directeur général des douanes, dans son discours d’ouverture, que la douane nigérienne a adhéré à partir de février 2020, au programme Anti-corruption et Promotion de l’intégrité (A+CPI) qui s’adresse aux administrateurs membres de l’OMD se trouvant à différents stades de leur processus de promotion de l’intégrité.

« Conformément aux objectifs du programme A+CPI, la cible des efforts menés est la corruption au sein de l’administration douanière et les opérations douanières en particulier », a ajouté le directeur général des douanes, le colonel Abdallah Harouna.

Pour le colonel Abdallah., la corruption dans les douanes ne se produit pas en vase clos ; il s’agit, souvent, d’un problème de société beaucoup plus vaste et impliquant des acteurs multiples.

Bien auparavant, c’est le directeur régional des douanes Niamey-Tillabéry, le colonel Abou Oubandawaki, qui a pris la parole pour  souhaiter la chaleureuse bienvenue aux participants tout en espérant qu’ils seront à la hauteur des attentes placées en eux par tous les acteurs du milieu de la douane.

Cette première réunion s’inscrit dans le cadre d’une série de séminaires de réflexion autour du programme Anti-corruption et de Promotion de l’intégrité (A+CPI) de l’Organisation mondiale des douanes. C’est un programme qui couvre dix-sept (17) pays à travers le monde et qui vise à faire face à ce fléau qui gangrène nos sociétés, c'est-à-dire la corruption. Ce séminaire, qui durera trois jours, regroupe en plus des agents des Douanes de tous grades venus de toutes les régions du pays, des collaborateurs quotidiens des douaniers que sont les opérateurs économiques, les commissionnaires en douanes, les acteurs de la chaîne logistique ou encore les établissements bancaires.

Au cours de cette réunion, plusieurs thématiques aussi riches que variés, seront abordés par les participants, dont, entres autres, le programme d’intégrité et d’anticorruption de l’OMD ; les outils relatifs à la mise en œuvre de la déclaration d’Arusha révisée et incluant le guide pour le développement de l’éthique (GDE) ; les stratégies et mesures anti-corruption au Niger ou encore  le plan d’action en matière d’anti-corruption au sein des douanes. Aussi, les participants seront amenés à faire l’état des lieux des pratiques corruptives au sein de la société en général et au sein de la douane en particulier et d’y proposer des pistes de solutions pour y remédier.

 Lancé en janvier 2019, le Programme anti-corruption et promotion de l’intégrité des douanes (A-CPI) est une réponse aux coûts notoirement élevés de la corruption dans les douanes. Ce programme a pour but d’améliorer l’environnement économique en matière d’échanges transfrontaliers dans certains pays membres de l’OMD, en apportant des modifications au contexte opérationnel et administratif de façon à restreindre les comportements entachés de corruption et à promouvoir la bonne gouvernance dans les opérations et l’administration douanières. Ces modifications s’inspirent et s’inscrivent dans la logique des dix facteurs principaux de la Déclaration d’Arusha révisée, concernant la bonne gouvernance et l’éthique en matière douanière.

La Déclaration d'Arusha révisée de l'OMD fournit aux administrations des douanes une approche pratique aux politiques de prévention de la corruption », tel que stipulé à l'article 5 de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC). La Déclaration d’Arusha révisée est également conforme aux articles 7 (Secteur public), 8 (Codes de conduite des agents publics) et 10 (Rapports publics) de la CNUCC, et comprend un certain nombre d’éléments de la Convention relatifs à la transparence et au dialogue avec le secteur privé. Le Programme A-CPI constitue également un mécanisme important permettant aux membres de l’OMD de respecter leurs engagements au titre du chapitre VI de la CNUCC (Assistance technique et échange d’informations).