Rebondissement dans l'uraniumgate Endeavour, de Paris à Niamey : Que de scandales !

Le rebondissement judiciaire intervenu récemment dans l'affaire de l'uraniumgate, en France, remet au goût du jour ce qu'a été le magistère d'Issoufou Mahamadou. Un vaste scandale qui a, notamment, mis les ressources minières nigériennes sous coupe réglée au profit d'une camarilla de gens qui se sont connus et appréciés dans des transactions mafieuses jusqu'ici non élucidées. Endeavour, la société poursuivie, en France, a un pendant au Niger. C'est la société Endeavour Niger, créée le 25 novembre 2016 et qui, dès le 9 décembre suivant, soit deux semaines seulement après sa création, met le grappin sur trois permis de recherches minières d'une rare importance pour or et substances minérales associées, à Tillabéry pour les deux premiers et à Agadez pour le troisième. La société Endeavour Niger, qui a obtenu ces permis miniers, est en fait une filiale du Groupe Endeavour Mining, la société d'un homme qui n'a pas bonne presse au Niger : Sébastien De Montessus, ancien Viceprésident d'Areva. Au Niger, il fait affaire avec des personnalités politiques nigériennes haut placées à qui il s'associe pour "essorer" le sous-sol nigérien de son or.

Liaisons "incestueuses »

La surprise n'est pas de découvrir cet ancien patron d'Areva derrière Endeavour Mining. La surprise, ce sont ces liaisons " incestueuses " que des personnalités politiques nigériennes, tapies à la présidence de la République, entretiennent avec des hommes d'affaires pour faire main basse sur les ressources minières nigériennes. Car, Mohamed Akotey est le président d'Endeavour Niger. Acteur-clé de la libération des otages d'Arlit, puis de Serge Lazarevic, Mohamed Akotey est un homme de confiance d'Issoufou Mahamadou. Représente-t-il sa propre personne au sein d'Endeavour Niger ou assume- t-il, là aussi, une mission par procuration ? Ministre conseiller et président du Conseil d'administration d'Imouraren, Mohamed Akotey, le président d'Endeavour Niger, n'est point perturbé ou inquiet que son affaire avec Sebastien De Montessus soit sous le coup du conflit d'intérêt ou du trafic d'influence.

Une affaire dans laquelle ceux qui sollicitent sont également ceux qui octroient

Ministre conseiller à la présidence de la République - pas de ces conseillers de pacotille qui n'ont pas l'oreille d'Issoufou Mahamadou - Mohamed Akotey, on peut le dire, s'est octroyé des permis de recherches dans des régions qui ont amplement justifié leur teneur en or. La preuve, entre la création de la filiale nigérienne d'Endeavour Niger et l'obtention des trois permis miniers, il n'y a que deux semaines. Comme si la constitution de la société, intervenue le 25 novembre 2016, était une pure formalité et que les permis miniers convoités étaient, depuis longtemps, promis et préservés pour Endeavour Niger. Sébastien De Montessus ne peut que se frotter les mains d'avoir en face de lui de tels partenaires en affaire. Car, ceux qui sollicitent sont également ceux qui octroient.

Outre Mohamed Akotey, un autre proche, précisément Adou Adam Abdoulakader, un neveu d'Alkache Alhada, actuel ministre de l'intérieur et ancien directeur de Cabinet adjoint d'Issoufou Mahamadou, est dans l'affaire. À la tête d'une modeste société au capital social d'un million dénommée Arbab Mining, ce neveu de l'homme dans le bureau duquel Sébastien De Montessus a fait convoquer Hamma Hamadou, directeur général de la Sopamin à l'époque de l'uraniumgate, siège dans cette équipe de mastodontes en qualité de partenaire associé à part entière. Représente-til l'oncle qui est devenu, depuis quelque peu le ministre de l'Intérieur ? Nul ne le sait encore. Ce qui est certain, il est partenaire d'affaire dans la même société que Sébastien De Montessus et on se demande bien comment a-til pu intégrer un tel clan ?

Dans cette galaxie, une seule entreprise reste non identifiée. Il s'agit de Greenwood Niger, une société dont Le Courrier n'a retrouvé aucune trace. S'agirait-il d'une société écran dont les patrons ne sauraient s'afficher ? On sait également qu'Arbab Mining, qui a son siège social au quartier Poudrière de Niamey, est une présence surprenante parmi ces géants. Par quelles connexions, ce neveu d'Alkache Alhada a pu pénétrer ce réseau et s'imposer comme un partenaire avec qui il faut composer ? Un réseau sur lequel il y a beaucoup à dire, tant la composition est sujette à conjectures.

Cette affaire, qui n'a pas encore révélé toutes ses tortuosités, aurait-elle un lien avec cette obscure société dénommée Xantus qui serait établie à Tortola, dans les Îles vierges britanniques, ce paradis fiscal. Cette société, bénéficiaire de quatre permis de recherches (Dibilo, Dingoaba, Namaga 2 et Boungou), le même jour, dans le département de Téra, région de Tillabéry, pour le lithium et ses substances connexes, est peut-être une autre caverne d'Ali Baba.

Laboukoye