Entreprenariat féminin : « Délices de tata Zee » : Un exemple d’autonomisation de la femme

Mme Barké Razina Chétima est un agent commercial dans une société de téléphonie de la place. Agée  de 38 ans, elle est née à Madaoua et grandie à Niamey.  Mme Barké Razina Chétima est aujourd’hui  propriétaire d’une entreprise dénommée «  Délices de tata Zee ». Cette entreprise a été créée en 2020 et est  située au quartier SONUCI vers le garage Yacouba. L’entreprise Délices de tata Zee  est spécialisée dans la transformation Agro-alimentaire et Restauration. 

Mme Barké Razina Chétima est titulaire d’un diplôme en Master 2 option Sciences Politiques et Relations Internationales, obtenu à Ahamadou Bello University (ABU Zaria) au Nigeria. La jeune dame a fait ses Etudes Secondaires au CEG 3, puis son  lycée à l’école Soni Ali Ber de Niamey où elle obtint son baccalauréat. Après cette brillante formation, Mme Barké Razina Chétima  prend la courageuse décision  de se lancer dans une activité libérale dans un pays ou il n’est pas facile de trouver du boulot après la formation. C’est ainsi qu’en 2008, elle a décroché un boulot quelque part.  Ce job n’a entamé en rien à son désir d’entreprendre. Elle a aussitôt créé un salon de coiffure.

Passionnée du domaine de l’Agro-alimentaire depuis son tendre enfance, Mme Barké Razina Chétima a finalement abandonné le salon de coiffure pour se lancer définitivement  dans l’agro-alimentaire et la restauration. Elle crée l’entreprise « Délices de tata Zee ». «  Je propose à la clientèle des prestations riches et variées qui sont entre autres : Des jus naturels à base du citron ; de gingembre, bissap, tamarin ; yaourt au coco et fruits ; des plats bien assaisonnés (riz cantonais, dan waké ; riz au sauce, plus de poulet ou poison, poulet pané ; frites, brochettes de poissons braisés », a-t-elle expliqué.

Parlant de l’idée de création de « Délices de tata Zee », Mme Barké Razina Chétima précise qu’elle aimait manger depuis son tendre enfance des plats copieux. ‘’ Dès le bas âge, je concoctais des petits plats délicieux, des jus naturels pour ma famille et mes amies. Au fil des années, l’idée de travailler pour soi-même continue de prendre place dans mes réflexions.  Je suis convaincue du fait qu’un business dans l’agro-alimentaire pourrait être une bonne affaire pour moi’’, a-t-elle confié.  Mme Barké Razina Chétima souligne que la majorité des  clients sont satisfaits de ce qu’elle leur propose. Ce qui fait que beaucoup d’entre eux prennent son contact après avoir gouté ou mangé une fois. Les premiers clients lui font la publicité gratuite en donnant à leurs amis son numéro et l’emplacement de l’entreprise dans la ville de Niamey en perpétuelle urbanisation.      

Selon Mme Barké Razina Chétima, les difficultés qu’elle rencontre sont le plus souvent  liées au facteur temps. ‘’ Je travaille du lundi au vendredi dans une société téléphonique de la place. Certes, j’ai des employés qui s’occupent d’autres tâches de l’entreprise. La préparation des jus et yaourt, je m’en occupe exclusivement pour des raisons personnelles. Chaque jour, à la descente, je me fais le devoir de passer à l’entreprise pour voir ce qui s’est passé. Je suis régulièrement  les activités de mon entreprise pour laquelle je consacre tout le week-end à travers une présence physique’’, a relevé la jeune entrepreneure 

En perspective, la dynamique femme rêve d’agrandir son entreprise afin de contribuer efficacement à la lutte contre le chômage  des jeunes au Niger. C’est pourquoi, elle invite les femmes à se  réveiller et entreprendre. « . On n’a pas besoin de très grand-chose pour commencer. Il suffit de regarder autour de soi, voir ce qu’on peut faire de rentable aussi bien pour soi-même que pour les autres, a-t-elle conclu.

Par Yacine Hassane 

29 janvier 2021
Source : http://www.lesahel.org/