Cérémonie de remise officielle des prix aux lauréats de la Compétition des Plans d’Affaires (CPA) 2ème édition : Une enveloppe de 220 millions de FCFA distribuée aux 55 lauréats pour la mise en œuvre de leurs projets d’entreprise

Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Entreprenariat des Jeunes, M. Gado Sabo Moctar, a présidé hier matin, à la Chambre de Commerce de Niamey, la cérémonie de remise des prix aux lauréats de la Compétition des Plans d’Affaires (CPA) 2ème édition. Cette compétition, faut-il le noter, a pour vocation de stimuler l’émergence et l’éclosion d’un tissu de PME dynamiques et innovantes autour des chaines de valeurs à fort potentiel. Et cela, en vue de contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois durables notamment pour les jeunes et les femmes.

Ainsi, cette deuxième édition lancée le 1er Avril 2020 a permis d’enregistrer plus de 1500 dossiers de candidatures dans toutes les régions du pays. A l’issue de la sélection finale, 55 entreprises comprenant 22 très petites entreprises, 20 petites entreprises et 13 moyennes entreprises classées par ordre de mérite ont bénéficié des prix pour la mise en œuvre de leurs projets. L’enveloppe totale des prix qui est de 220 millions de FCFA est prise en charge par la Banque Mondiale à travers le Projet d’Appui à la Compétitivité et à la Croissance (PRACC).

La remise des prix a ainsi concerné les trois catégories d’entreprises avec 3 prix pour chaque catégorie. Pour la catégorie Moyennes entreprises, les prix varient de 5 millions pour l’entreprise classée 3ème, à 7 millions pour la 2ème et 9 millions de FCFA pour l’entreprise classée 1ère. Au niveau de la catégorie des petites entreprises, le 1er prix est doté d’une enveloppe de 5 millions, le 2ème 4 millions et le 3ème est de 3 millions de FCFA. Enfin, dans la catégorie des très petites entreprises le 1er prix est de 4 millions de FCFA, le 2ème de 3 millions et le 3ème de 2 millions.

Lors de la cérémonie, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Entreprenariat des Jeunes M. Gado Sabo Moctar a indiqué qu’avec cette 2ème édition, le Niger tend vers l’institutionnalisation de l’organisation d’une telle compétition nationale au profit des jeunes nigériens afin qu’ils participent avec des projets bien structurés et innovants à la dynamisation du secteur privé et de l’économie du pays. Et au vu des résultats enregistrés à la 1ere édition, le ministre Gado Sabo Moctar s’est dit convaincu que la jeunesse nigérienne a des potentialités et des opportunités qui ne demandent qu’à être valorisées. Par conséquent,  c’est un devoir de continuer de les inciter à l’innovation et à la créativité afin de les rendre autonomes. C’est pourquoi, le programme de Renaissance acte 3 réserve une place de choix aux actions fortes pour lever les con-traintes à ces secteurs vitaux pour l’économie du Niger. Il s’agit entre autres de la mise en place d’un système de financement plus adapté aux besoins des entreprises nigériennes et du renforcement des capacités des opérateurs économiques afin de mieux rentabiliser leurs affaires.

Pour le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion du Secteur privé, la compétition des plans d’affaires est un modèle bien indiqué en matière d’entreprenariat des jeunes mais qui souffre de l’absence de financement adapté aux besoins des très petites et moyennes entreprises, en même temps que les

problèmes de capacités et de formation des jeunes entrepreneurs qui sont une préoccupation identifiée et prise en compte dans le Programme de renaissance acte 3. C’est pourquoi, le ministre Gado Sabo Moctar a exhorté les lauréats de cette 2ème édition à saisir cette opportunité qu’offre la Maison de l’Entreprise pour en faire, non pas un projet d’un instant mais celui d’une vie. Et cela en utilisant à bon escient les subventions reçues tout en étant assidus aux activités d’accompagnement mises en place pour eux.

Le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger (CCIN), M. Moussa Sidi Mohamed a quant à lui, rappelé les différentes phases de la compétition qui sont : la phase d’information, sensibilisation et appel à candidatures organisée uniquement sur les médias et la communication digitale, une phase de présélection des meilleurs candidatures, sur la base des formulaires d’inscription élaborés à cet effet, des phases de renforcement de capacités en entreprenariat et en élaboration de plans d’affaires des candidats, une phase de sélection finale qui a permis de sélectionner 55 lauréats (dont 1.818 femmes) classés par ordre de mérite pour bénéficier de prix pour la mise en œuvre des projets et enfin une phase d’accompagnement opérationnel post-compétition des lauréats sur une période de 6 mois.

Tous les projets soumis a notifié M. Moussa Mohamed Sidi, ont été évalués et sélectionnés par un jury de 15 membres sur la base des critères qui sont : la faisabilité commerciale, technique et financière, la rentabilité du projet, le profil du promoteur en lien avec l’activité prévue, l’impact économique, social et environnemental du projet valorisant les matières premières locales et ayant un caractère innovant.

Revenant à la phase d’accompagnement technique opérationnel post-compétition, le président de la CCIN a précisé que cela se fera à travers la formation modulaire en gestion d’entreprise ; le suivi opérationnel sous forme de séances de travail individuel ou groupé, le mentorat d’entrepreneur plus expérimenté ou un expert dans le même domaine d’activité ainsi que de journée de thématique et de réseautage.

Enfin, la Représentante résidente de la Banque Mondiale au Niger, Mme Joelle Dehasse, a pour sa part affirmé que le cout total des 55 projets des finalistes est estimé à plus de 850 millions de FCFA soit un coût moyen de 15,8 millions de FCFA par projet. Cependant l’enveloppe totale des prix est de 220 millions de FCFA. Aussi, a-t-elle souligné que les lauréats bénéficieront d’un accompagnement technique sur la période de 6 mois. Cet accompagnement profitera aussi aux 48 autres candidats ayant retenu l’attention des membres du jury. Mme Joelle Dehasse a enfin renouvelé l’engagement de la Banque Mondiale à poursuivre son appui au gouvernement du Niger dans ses efforts pour accompagner le développement du secteur privé nigérien.

Rahila Tagou(onep)

18 mai 2021
Source : http://www.lesahel.org/