Situation du prix du gaz : Durant 6 ans, le gaz était vendu à un prix hors norme

Bien avant que nos autorités ne soient poussés à revoir le prix du gaz, de la petite tout comme de la grande bouteille. Nous avions dignement eu à dénoncer une pratique illicite qu’on aurait constatée dans la vente du gaz. En effet, au cours de sa toute première production, le gaz local était vendu à un prix raisonnable. La grande bouteille à 3750F et la petite à 1750F. Un moment donné la rupture dudit produit s’est occasionné. Et ce, selon une source fiable serait dû à un malentendu qui aurait opposé la Soraz à la Sonidep notamment en 2014. Cette même rupture a poussé les revendeurs du gaz afin de satisfaire leurs clients, à s’approvisionner du gaz dans les pays voisins comme le Benin. Du coup, pour équilibrer la balance, le prix du gaz avait été rehaussé. Voici comment le prix du gaz a grimpé. Quelques temps après, la situation s’est améliorée ; la production du gaz local avait repris chemin. Mais malheureusement, les prix sont restés stagnés de 2014 à 2021 et ce, au vu et au su des autorités compétentes. Et pourquoi ?

Ayant constaté, qu’il y avait un abus flagrant dans cette affaire nous nous sommes prononcés sur la question en 2020, afin justement d’amener nos autorités à réagir face à ce phénomène. Tenez-vous bien après notre première tentative, il a fallu quelques cinq mois après pour que les autorités se manifestent. Justement parce qu’elles auraient quelque part reconnu leur tort. C’est sans nul doute, ce qui conduisit nos autorités à se prononcer sur le prix officiel auquel devait être vendu le gaz. Après que les mêmes autorités se sont manifestées, les revendeurs à leur tour à travers le Synareg, avaient décidé de suspendre la vente du gaz puisque ne pouvant pas vendre le gaz au prix officiel indiqué sous peine d’être perdant dans cette affaire. La situation devenait alors tendue pour les consommateurs mais, pire pour les coupables qui croyaient se dédouaner de toute responsabilité en réduisant le prix de la grande tout comme de la petite bouteille de gaz sur le marché. Bien vrai, il y a eu une prise de décision dans cette affaire et qui semblerait défendre les consommateurs du gaz mais, loin de se voiler la face, cette décision venait au contraire montrer à quel point le nigérien a été dupé, voire volé dans cette affaire de gaz. Alors, même si l’ARSE tente de nous convaincre en nous faisant croire qu’il y a un peu partout dans la capitale des points de vente où le nigérien pourra désormais se procurer du gaz au prix indiqué, nous sommes loin de nous taire sur tous ces fonds illicites perçues de 2014 jusqu’aujourd’hui à travers la vente du gaz par les revendeurs et leurs complices qui étaient passés sous silence en leur ouvrant la voie à l’illicite. Pourquoi ne se sont-elles pas prononcées dès lors que la production locale avait repris. Pourquoi ont-elles attendu qu’on se prononce sur certaines irrégularités en la matière. Pendant 6 ans, le nigérien a acheté le gaz à un prix illicite. Alors jusqu’ici justice est loin d’être faite, c’est pourquoi le nigérien réclame justice ! Ce n’est que le commencement de l’affaire et nous y reviendrons….

Amadou.