Détournement de plus d'un milliard du fonds commun de l'éducation : Après le remboursement, les mis en cause doivent être poursuivis

Les partenaires techniques et financiers ont exigé et obtenu du Niger le remboursement de plus d'un milliard de FCFA du fonds commun de l'éducation détourné par des agents véreux de l'Etat qui ont un gout prononcé pour l'argent.

Ces agents qui n'hésitent pas à détourner les deniers publics. Ce fonds a été détourné entre le ministère d'enseignement primaire et la promotion des langues nationales que dirigeait Daouda Marthé, actuellement député national et président du groupe parlementaire PNDS TARAYYA ; et le ministère de l'enseignement professionnel que dirigeait l'actuel ministre de l'élevage et porte parole du gouvernement, Abdoulkadri Tidjani. Tous deux étaient des grands thuriféraires du régime Issoufou. Aujourd'hui, sans être inquiétés, ils continuent à se la couler douce. Alors que, dans un Etat qui se respecte, ces deux vont s'expliquer devant la justice. Comme ce fut le cas du temps de Tandja Mamadou avec l'affaire dite MEBA. Mais, comme depuis 2011, l'Etat est devenu voyou, du point de vue justice, ces deux responsables vont rester sans aucune forme de procès. Ils font la pluie et le beau temps à l'Assemblée nationale et au Gouvernement. Ils construisent des belles maisons dans chaque coin et recoin de la capitale Niamey et en région. En tout cas, Daouda Marthé et Abdoulkadri Tidjani ont tous des immeubles en construction à Niamey que leur salaire de ministre ou de député ne pourrait pas expliquer. Cela, pendant que des services stratégiques sont logés dans des maisons en location. Est-ce que ces immeubles apparaissent dans les déclarations des biens ?

A. B