Inauguration officielle du marché central moderne de Tahoua : «Je suis fier d’avoir tenu cette promesse en ce qui concerne ce marché moderne réalisé dans le respect des règles de l’art», a déclaré le Chef de l’État

Le Président de la République, Chef de l’État SEM Issoufou Mahamadou a inauguré officiellement, le 19 février dernier, le marché central moderne de Tahoua. Bâtie sur une superficie de 3, 49 hectares et financée sur fonds propres de l’État pour plus de 20 milliards de francs CFA, cette infrastructure commerciale et économique est composée de 1.327 boutiques. Sa construction s’inscrit dans le cadre de la politique de modernisation des villes du Niger à travers le programme de Renaissance du Président de République.

C’est une cérémonie grandiose riche en animations culturelles qui a été consacrée à l’inauguration officielle de ce marché. Les prestations culturelles, en plus d’égayer le public venu massivement pour témoigner la concrétisation de la promesse du Président Issoufou, véhiculent des messages qui relatent les réalisations faites par le Chef de l’Etat à travers son programme de Renaissance acte I et II.

Plusieurs interventions ont marqué la cérémonie dont celles du président du Conseil de Ville de Tahoua, M. Abdouraouhou Dodo et du Secrétaire Général du gouvernorat de Tahoua, M. Ibrahim Miko, qui ont exprimé le sentiment de fierté des populations et ont transmis au Chef de l’État leur immense gratitude pour avoir tenu cette promesse faite à leur égard au lendemain de l’incendie qui a ravagé le marché en février 2011. Le Chef de canton de Tahoua aussi s’est d’abord réjoui de la célébration de cette réalisation devenue une réalité. Il a, en outre, remercié vivement le Chef de l’État au nom de tous les chefs traditionnels pour ses multiples actions de développement.

Pour sa part, le ministre des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement, M. Waziri Maman, a indiqué que la réalisation de cet important projet n’a été possible que grâce à la détermination et l’engagement personnel du Président de la République, Chef de l’État, Issoufou Mahamadou. C’est en effet, a-t-il souligné, un marché moderne qui dispose de toutes les commodités permet aux usagers (commerçants et clients) de faire leurs transactions dans des conditions optimales de confort, d’hygiène et de sécurité. Le ministre des Domaines, de l’Urbanisme et du Logement a affirmé que l’opérationnalisation de ce marché va booster l’économie, à travers l’amélioration des recettes fiscales de la région, et développer davantage les activités économiques avec des pays voisins. «La mise en service de ce marché, contribuera au renforcement des activités économiques et au raffermissement de nos échanges déjà très fructueux avec le Nigeria et l’Algérie», a souligné M. Waziri Maman.

Après avoir procédé au dévoilement de la plaque et à la coupure du ruban, symbole de l’inauguration officielle du marché moderne de Tahoua, le Chef de l’État a indiqué que ce marché est le troisième du genre après ceux de Maradi et de Zinder construits dans le cadre du programme de Renaissance. Pour le Président de la République, cette infrastructure à caractère commercial et économique est un témoin du processus de transformation du Niger s’ajoutant au Pont Général Seyni Kountché sur le Fleuve Niger à Niamey inauguré le 17 février dernier. «Sur les 5 ouvrages de franchissement du Fleuve Niger, à savoir le pont de Gaya, les 3 ponts de Niamey, et le pont de Farié, 2 ont été construits dans le cadre du programme de Renaissance ainsi que 3 marchés modernes sur un total de 4. À ces infrastructures, s’ajoutent les échangeurs réalisés dans le cadre du Programme Niamey Nyala», s’est réjoui le Président Issoufou qui devait ajouter que tout cela témoigne que le Niger progresse et se transforme dans tous les domaines. «Nous avons, depuis 10 ans, fait beaucoup de réalisations, travaillé sur tous les axes dont la réalisation a été promise au peuple nigérien, que ça soit dans le domaine de la sécurité et de la consolidation des institutions démocratiques», a déclaré le Chef de l’État.

Le Président de la République a saisi cette occasion pour rappeler les importantes réalisations depuis son accession au pouvoir en 2011. Il s’agit, a-t-il cité, entre autres : des infrastructures routières, énergétiques, des télécommunications, de l’Initiative 3N, et aussi dans le domaine du capital humain, notamment l’éducation, la santé, l’accès à l’eau potable et la création d’emploi pour les jeunes. «Pendant cette décennie, le Niger a amorcé sa transformation. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour faire progresser le pays, pour créer les conditions de son émergence», a reconnu le Chef de l’État. «Mon souhait le plus profond, le plus cher, c’est que le Niger connaisse encore des décennies et des décennies de stabilité. C’est avec la stabilité que nous ferons sortir notre pays des problèmes dans lesquels il se trouve aujourd’hui, en particulier les problèmes de pauvreté», a-t-il ajouté. Pour le Chef de l’État, le pays a connu une décennie qui lui a permis d’amorcer son processus de transformation. «Il faut que les décennies prochaines consolident cela et créent les conditions de l’émergence de notre cher Niger», a-t-il souhaité.

Le Chef de l’Etat a tenu à exprimer ses attentes relative ment à l’élection présidentielle du 21 février. «J’espère que cette élection sera transparente, comme l’ont été toutes les élections au Niger. Cela participe de ma promesse de consolider les institutions démocratiques dans notre pays», a-t-il déclaré. Enfin, le Chef de l’État s’est réjoui de la concrétisation de cette infrastructure économique promise aux populations de Tahoua. « Je suis fier aujourd’hui d’avoir tenu cette promesse. Le marché moderne de Tahoua a été réalisé dans le respect des règles de l’art», a déclaré le Président Issoufou 

Notons que la cérémonie officielle d’inauguration du marché central moderne de Tahoua s’est déroulée en présence notamment des présidents des Institutions de la République, des députés nationaux, des membres du Gouvernement et ceux du Corps Diplomatique accrédités au Niger, des représentants des Organisations internationales et des autorités administratives, coutumières et religieuses de la région.

Oumar Issoufou, envoyé spécial

22 février 2021
Source : http://www.lesahel.org/