Tahoua : Sensibilisation des responsables des unités industrielles des régions de Tahoua et d’Agadez sur les principes directeurs des Nations Unies sur les droits de l’homme

Une rencontre de sensibilisation des responsables des unités industrielles des régions de Tahoua et Agadez sur les principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et droits de l’homme a ouvert ses travaux, le lundi 30 août 2021, à Tahoua. Organisée par la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) avec l’appui technique et financier de l’Ambassade du Royaume de Danemark, à travers OXFAM et DANIDA, cette rencontre de sensibilisation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des activités prévues dans le projet «Gouvernance Démocratique et Droits de l’Homme»(GDDH).

Selon le représentant du président de la CNDH, le commissaire de la CNDH, M. Almoustapha Moussa Idé, à travers cette rencontre de sensibilisation, la CNDH vise comme entre autres objectifs de contribuer au respect des droits humains au sein des entreprises en familiarisant leurs responsables sur les principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et droits de l’homme et d’autres instruments nationaux, régionaux et internationaux relatifs aux droits humains concernant les entreprises ; d’outiller les responsables des unités industrielles sur les textes normatifs de référence applicables au respect des droits de l’Homme par les entreprises, et d’amener les entreprises à mieux respecter les droits humains y compris le droit à un environnement sain.

Au Niger, a dit Almoustapha Moussa, des études menées aussi bien par la CNDH que par certaines organisations de la société civile notamment le ROTAB ont montré que les activités industrielles peuvent porter atteinte aux droits des communautés locales et ne contribuent pas forcement à leur développement. Ces études ont aussi révélé entre autres atteintes aux droits humains le non-respect des règles de stockage des déchets qui proviennent de l’exploitation de l’or, l’altération de la qualité de l’air par les fumées et les gaz d’échappement des véhicules et engin de travaux ainsi que les poussières soulevées par les activités de tir et de chargement.

M Almoustapha Moussa a ensuite rappelé qu’en dépit des efforts de l’Etat du Niger, de la CNDH, de leurs partenaires ainsi que des responsables des unités industrielles du Niger, la problématique du respect des droits humains par les entreprises n’est toujours pas une réalité et reste un défi. C’est pourquoi la CNDH, en tant qu’acteur principal de promotion et de protection de droit de l’homme, a une mission primordiale à assumer dans la nouvelle dynamique lancée à travers l’adoption par le Conseil des droits de l’homme dans sa résolution 17/4 du16 juin 2011 des principes Directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et droits de l’homme qui constituent la norme mondiale et améliorent les pratiques relatives aux entreprises et aux droits.

Le représentant de la CNDH a enfin remercié et encouragé les responsables des différentes unités industrielles pour les efforts consentis dans le cadre de la promotion des droits de l’homme, les autorités administratives et coutumières de la région de Tahoua pour leur hospitalité.

Abdou Abdourahmane, ONEP-Tahoua

02 septembre 2021
Source : http://www.lesahel.org/