Bazoum au chevet des victimes du terrorisme, ‘le capitaux’ célèbre son parti !


Ces dernières années, certains politiciens nigériens se livrent à des pratiques non catholiques mettant en avant leurs propres intérêts au détriment de ceux de la Nation. L’honneur, la dignité, la démocratie et la compassion, sont réduits aux simples faits partisans, toute chose qui rabaisse indiscutablement le niveau démocratique et social. En effet, pendant que la Nation entière est en deuil, suite aux attaques ignobles des terroristes ayant fait plusieurs morts et blessés la semaine dernière dans la région de Tillabéri, certaines formations politiques n’ont trouvé mieux que de célébrer leur anniversaire en lieu et place de la compassion dans cette épreuve difficile que certains hommes sans  foi ni loi nous imposent depuis des années. Toute la population est dans le désarroi et l’amertume, compte tenu de ce drame survenu à Banibangou. Le lendemain de l’attaque, le président Bazoum a tout abandonné pour se rendre au côté des populations victimes afin de leur apporter tout son soutien et sa compassion aux familles endeuillées pendant que le président du CPR Ingantchi Kassoum Moctar a préféré réunir les militants, militantes et sympathisants de sa formation politique pour la célébration du 7ème anniversaire de ce parti qui a totalement manqué de bons conseillers dans le bureau national, ceux des jeunes et des femmes du CPR Ingantchi. C’est très dommage qu’un parti politique qui aspire gouverner un jour à la tête du pays, ne puisse pas partager au moment des faits, les douleurs qui frappent actuellement le pays et les populations de Banibangou en particulier. « Nous rendons hommages aux victimes des terroristes », c’est tout ce qui est ressorti des différents discours prononcés pour la circonstance lors de la cérémonie. Cet acte du parti CPR Ingantchi, ne restera pas impuni dans les pays où la démocratie est prise au sérieux. Sinon, pourquoi ne pas reporter l’anniversaire à une date ultérieure et partager comme les autres formations politiques, la douleur qui s’abat sur le pays ? Un anniversaire, reste et restera un anniversaire, pas plus. Ce bas comportement du CPR Ingantchi restera encré dans la mémoire des populations de Banibangou, et interpelle à la fois la classe politique quant au respect du deuil national que le pays aura a décrété.

Salif