Les hommes politiques nigériens doivent avoir pitié des citoyens nigériens lambdas et de notre cher pays qui nous a tout donné : Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI

Les hommes politiques nigériens doivent avoir pitié des citoyens nigériens lambdas et de notre cher pays qui nous a tout donné : Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGILes défis, securitaires , alimentaires, et les inondations, nous imposent un minimum de retenues dans les débats politiques .

Toutes les régions du Niger sont aujourd'hui concernées par les problèmes liés à l'insécurité récurrente et aux crises alimentaires, phénomène nouveau: les zones urbaines et certaines localités très proches de la capitale, Niamey, où existent pourtant un nombre important des forces de défense et de sécurité, ne sont plus épargnées par des attaques des hommes armés qui sèment la terreur.

La localité de Galmi a fait l'objet, le 8 août 2020 dernier, d'une attaque des terroristes, heureusement mis en hors état de nuire par nos vaillantes forces de défense et de sécurité .

Toutes les huit régions du pays souffrent des problèmes liés à l'insécurité et à la crise alimentaire.

Le 9 août 2020, c'est la localité touristique de Kouré, à soixante kilomètres de la ville de Niamey, qui a été attaquée , par surprise en plein jour , six agents d'action humanitaire, français et deux nigériens ont été froidement abattus par les voyous de terroristes .

Nous présentons nos condoléances les plus émues aux familles endeuillées , au peuple nigérien et au peuple français.

Les inondations provoquées par les pluies torrentielles ont causé beaucoup des dégâts aux citoyens nigériens et aux pouvoirs publics, des milliers des nigériens sont aujourd'hui sans abri et ne mangent plus à leur faim .
Les principales infrastructures routières qui permettent aux biens, aux services et la richesse, de bien circuler dans le pays , sont gravement endmmagées .

Les rues de la capitale, Niamey, sont envahies par des mendiants sans abris, qui passent les nuits sous les ponts et les échangeurs de la capitale.

Cette situation lamentable et dramatique, doit interpeller tout nigérien qui aspire à gérer ce pays, et à participer aux actions politiques, au lieu de se servir de la dite situation pour alimenter les joutes politiques oratoires et des invectives réciproques contreproductives

Une réorganisation urgente de notre système de sécurité s'avère plus que nécessaire.
La sécurité nationale doit être l'affaire de tous , elle n'a pas de prix .

La situation de crise alimentaire , la campagne agro-sylvo-pastorale , et la sécurité du territoire national, doivent être au cœur des grandes préoccupations pour nos hommes politiques . Les invectives sont contreproducives et sans objet .

On oublie très souvent, sans la sécurité, il ne peut y avoir des élections générales , pour pouvoir prétendre à l'exercice du pouvoir politique afin de conduire le peuple au développement économique et social. Rien n'est possible sans sécurité.

Il serait hautement souhaitable que chaque nigérien, selon son capacité et son domaine de compétence, s'investisse dans la recherche de la quiétude sociale, de la concorde sociale, de la sécurisation des biens et des personnes dans notre cher pays.
Sans la sécurité , d'une part ,la conquête du pouvoir politique par les urnes et d'autre part, l'exercice des trois pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire seront impossibles.

Par conséquent, un minimum de sacrifice, d'acte de solidarité, pour aider à la consolidation de la démocratie, chèrement acquise et à la construction de l'édifice national , doit être fourni par tous sans exception .

C'est le Niger qui gagne et qui progresse !

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.