La politique est considérée de nos jours comme une rente par une certaine catégorie d' individus : Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.

Ce n'est plus un art de gestion de la cité dans la cohésion et la concorde sociales ou le fair-play, le tout au service du peuple.
La plupart des personnes adhérent aujourd'hui aux partis politiques par intérêt, sans conviction, sans idéal ni éthique.
"Ils pratiquent le nomadisme politique et/ou la politique du ventre" .

Cette cascade de démission de part et d'autre prouve si besoin est, qu'un malaise subsiste au sein de plusieurs formations politiques. Il résulte d 'un manque criard de culture démocratique et de conviction idéologique .
Les militants de base sont laissés à eux-mêmes ,aucune formation politique n 'aspire à éveiller ou maintenir la fibre patriotique des militants. Les leaders de certains partis politiques y compris ceux qui se considèrent comme étant grands, pratiquent la dictature , la menace , le chantage et " la politique du ventre " , en fonction de leurs intérêts sordides et mesquins.

Dans les sièges des partis politiques les "Fadas ", ou autres arbres à palabres, on ne parle plus que d’argent, de retombée financière et de poste. Les gens ne pensent
qu' à se servir au lieu de servir les citoyens à qui pourtant on promettait le bonheur pendant la campagne électorale.

Une nouvelle espèce de prébendiers est apparue : chasseurs de leaders de partis politiques qui déboursent bien, (qui donnent beaucoup d'argent).
Une fois la bonne proie débusquée ils alertent les autres qui viennent en grandes pompes grossir le rang des nouveaux militants en brandissant les petits drapeaux au couleur dudit parti politique . Une fois la fête terminée ou après le passage de la délégation, ils changent de drapeau et attendent le nouveau venu à qui on fait croire aussi qu'on est avec lui.

C'est ainsi que les citoyens lambdas comptent prendre leur revanche sur les politiciens véreux et menteurs .

Les politiciens se trompent car cette fois-ci, les populations des villes et des campagnes ont compris et elles ont décidé de s'organiser. Elles savent aussi ruser puis accueillir toutes sortes de délégations de partis politiques avec enthousiasme et prendre avec plaisir l'argent qu'on leur donne. Le peuple a compris que ces fonds ont été prélevés sur les impôts ou proviennent de l'incivisme fiscal. Cet argent a été détourné à d'autres fins, au lieu de servir à la construction d’infrastructures hospitalières, routières et scolaires.

Les narcotrafiquants aussi, investissent dans la campagne de certains candidats en vue de récolter les fruits de leur investissement , c'est à dire l'impunité.

Les grandes salles font le plein à l'occasion de congrès d'investiture des candidats en contre partie des billets de banque distribués à certains participants qui louent leurs services pour donner l'impression que certains leaders politiques sont de grands mobilisateurs.

Les compétences ne peuvent plus s'exprimer au sein des formations politiques en toute objectivité , desqu' elles expriment une opinion contraire à celle du chef , c'est les représailles ou la marginalisation.

Toute idée qui vient du chef est applaudie même si elle est erronée, c'est pourquoi certaines compétences, certains esprits indépendants sont marginalisés au sein des formations politiques. Ils préfèrent aller ailleurs.

Tous les chefs des partis politiques sans exception pratiquent malheureusement cette manière peu démocratique de gérer les partis politiques.

Nous devrions répenser notre manière de faire de la politique. Les partis politiques pour être efficaces doivent faire appel et entretenir les compétences. Ils doivent accepter des débats contradictoires , francs , constructifs , honnêtes et sincères , à l'interne avant toute prise décision qui engage le parti .

À notre humble avis, malgré tout ce qui se passe , au moment opportun le peuple doit faire un choix salvateur, car il est le seul arbitre !

C'est le Niger qui gagne et qui progresse !

À bon entendeur salut !

Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.