FRATERNITÉ NIGER-COTE D’IVOIRE ORANGE - BLANC - VERT

 
Nigérien né en Côte d’Ivoire, c’est avec émoi que j’ai vu plusieurs scènes et actes barbares d’hier. C’est aussi avec la plus grande énergie que je les condamne. En effet, ces scènes d’hier ne définissent pas qui nous sommes comme peuples. J’ai une pensée spéciale pour toutes les victimes de ces actes et je souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Petit, j’ai appris l’Abidjanaise, j’ai ressassé «Pays de l’hospitalité », « La patrie de la vraie fraternité », et j’ai retenu du père de l’indépendance feu Félix Houphouët Boigny que « la paix n’est pas un vain mot, mais un comportement ». Plus grand, j’ai appris la Nigérienne qui décrit un peuple ouvert sur le continent et sur le monde « Rajeunisse le cœur de ce vieux continent ! » et « Comme le cri d'un peuple équitable et vaillant ». Le père des indépendances, feu Diori Hamani, fut d’ailleurs un champion de cette intégration africaine.

Pour avoir vécu dans ces deux peuples, je sais que ce qui nous unit dépasse de loin ce qui nous sépare. Aussi tout en demandant que toute la lumière soit faite et que les responsabilités soient situées, je nous appelle tous à cultiver la paix, à faire preuve de tolérance, et à travailler pour le développement harmonieux et le bien-être de nos peuples.

Je finis donc avec des propos de feu Félix Houphouët-Boigny sur le dialogue tenu à Abidjan le 28 Février 1971, longtemps avant ma naissance:

"Nous sommes tous solidaires du même destin, du destin de l’Afrique et si nous pouvons mener de front la lutte pour la paix à l’intérieur de nos pays, la paix entre nos pays, la paix entre nos pays et le reste du monde, alors nous aurons servi l’Afrique." Source: Fondation FHB



Tahirou Assane Fogaize