L’armée malienne doit être soutenue en vue de sauver le Sahel d'une déstabilisation programmée : Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI

Certains esprits accusent l'armée malienne de ne pas pouvoir bouter hors de son pays, les Djihadistes  et autres cessionistes ,  mais elle est  toujours prompte aux coups d'Etat.

C'est vraiment une vision très courte, étriquée de la situation au Mali.

Comment le régime de IBK a été débarqué par l'armée malienne ?

Tout est parti d'une mauvaise gouvernance reconnue par la communauté internationale.

Près de trente-deux députés ont été déclarés frauduleusement gagnants des élections législatives par la cour constitutionnelle démissionnaire, qui avait reconnu à son temps sa faute.

Des allocations des ressources financières destinées aux achats d’armes pour faire face aux Djihadistes et aux autres cessionistes  , avaient été détournées .

Un mouvement de la société civile composé des partis politiques, des syndicats, des acteurs de la société civile, avait organisé des manifestations des rues pour exiger le départ du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita.

Les forces de défense et de sécurité avaient tiré sur les manifestants civils, plus de cinquante morts enregistrés.

L’armée malienne avait décidé de prendre ses responsabilités pour éviter au pays un chaos.

L’armée malienne avait mis fin au régime de IBK, sans effusion de sang, la constitution est maintenue, une nouvelle cour constitutionnelle également, avait été instituée.

Suite à la démission du IBK, l’armée s'était donnée trois ans pour assainir la situation.

La France avait exercé des pressions pour que la période de la transition démocratique soit écourtée à dix-huit mois, avec comme civil ou un ancien militaire à la tête de la transition, et un civil premier ministre, chef du gouvernement.

Les militaires maliens avaient accepté de faire la concession, avaient accédé à la demande de la CEDEAO.

Les militaires maliens ont constaté par la suite que les cessionistes et les Djihadistes, étaient plus armés que l'armée régulière malienne, chaque fois, en conseil des ministres qu'ils initient un projet de contrat afin d'équiper conséquemment les forces armées maliennes, ils se trouvaient bloqués par le président de la transition et son premier ministre.

En fins stratèges, ils ont passé outre, ils ont ficelé un projet de commande d'armements militaires pour inverser l'équilibre de force avec les Djihadistes et les autres mouvements des rébellions, lourdement armés par une puissance ex colonisatrice.

Le président de la transition à l'occasion d'un sommet France- Afrique, en France, a dévoilé le secret défense du Mali à la France.

De retour au Mali, il a procédé à un large remaniement du gouvernement sans consulter les militaires en violant ainsi la charte de la transition.

En réalité cette troisième crise a été provoquée par le président de la transition qui a agit contre les intérêts du Mali.

Ce qui devrait arriver arrivait.

Le Colonel Assimi Goïta et ses compagnons d’armes, en concertation avec la société civile ont pris leurs responsabilités pour sauver le Mali, et le reste de la sous-région du SAHEL de la déstabilisation savamment organisée avec la complicité de certains chefs d'Etat africains, chevaux de troie d'une puissance excolonisatrice.

Une analyse critique sérieuse de la situation du Mali est plus que nécessaire avant de prendre une position opportuniste.

C'est un grand enjeu qui se dessine au SAHEL.

La France n'a pas d'amis, le général De Gaulle l'avait dit, elle n'a que des intérêts à défendre.

Si le Mali tombe dans la déstabilisation telle que dessinée par certains stratèges d'une puissance ex colonisatrice, tout le reste du Sahel suivra.

Ce qui s'est passé au Tchad avec la disparition du Maréchal du TCHAD Idriss DEBY ITNO, procède du même scénario.

La junte militaire malienne pour le moment cherche à s'armer et changer d'alliance, pour bouter les terroristes et autres cessionistes hors de son territoire.

Les militaires maliens savent ce qu'ils font, ils ont besoin du soutien indéfectible de toute l'Afrique pour mettre en échec ce sinistre projet de la balkanisation du Sahel.

Faisons donc très attention aux jugements hâtifs sur la junte militaire malienne.

À bon entendeur salut !

Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI.