Interview du Professeur agrégé Brah Souleymane, Spécialiste en Médecine Interne

Interview du Professeur agrégé Brah Souleymane, Spécialiste en Médecine Interne

Mal connue du grand public dans les pays en développement, la médecine interne contribue pourtant dans l’accès des populations à un médecin capable de gérer un patient dans sa globalité. Qu’est-ce que la médecine interne ? Dans quels cas fait-on recours à cette spécialité ? Comment opèrent les Internistes ? C’est autour de ces questions que cet entretien a porté avec le Professeur Brah Souleymane, professeur agrégé du CAMES, Spécialiste en médecine interne, chef du service de Médecine interne à l’Hôpital général de référence (HGR) et enseignant chercheur à la Faculté des Sciences de la Santé de l’Université Abdou Moumouni (FSS/UAM) de Niamey.

Au Niger, on connait les spécialités médicales puisqu’on en fait recourt fréquemment, mais votre domaine – la médecine interne- est peu connue des Nigériens. Alors c’est quoi la médecine interne ?

La médecine interne est une spécialité au carrefour des spécialités d’organe. Elle est la spécialité des démarches diagnostiques difficiles et de la prise en charge des adultes poly pathologiques (plusieurs pathologies associées). Si vous voulez, l’interniste n’a pas un organe dont il s’occupe comme le cardiologue s’occupe du cœur et des vaisseaux ; le pneumologue, du poumon. Elle permet de prendre l’homme sans se focaliser uniquement sur un organe. Selon Fred Siguier «le spécialiste en médecine interne est la contrepartie naturelle de l’excès de spécialisation ; celle-ci est rassurante, intellectuellement confortable et permet à peu de frais d’être le référent scientifique dans un domaine étroit»

Dans quels cas fait-on recours à l’expertise d’un spécialiste de la médecine interne ?

On fait recours le plus souvent au spécialiste en médecine interne ou Interniste en cas de difficulté de diagnostic, de maladies rares, de plusieurs maladies associées et en cas de certaines maladies auto-immunes (il s’agit de maladies au cours desquelles le corps de l’individu produit des anticorps qui attaquent ces propres cellules). Pour ce qui est des maladies auto-immunes, elles n’étaient pas diagnostiquées, il y a une quinzaine d’années. Mais depuis l’arrivée des premiers internistes, elles sont diagnostiquées de plus en plus. Il s’agit de pathologies méconnues comme le Lupus.

«La médecine interne est une des spécialités qui convient le plus aux pays en développement comme le nôtre parce qu’elle donne à la population la possibilité d’avoir accès à un médecin à même de gérer un patient dans sa globalité»

La démarche du Médecin Interniste peut être résumée par cette citation du philosophe français Blaise Pascal qui dit  «puisqu’on ne peut être universel et savoir tout ce qu’on peut savoir sur tout, il faut savoir un peu de tout. Car, il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d’une chose; cette universalité est la plus belle ».

Est-ce qu’il y a une demande en médecine interne au Niger ?

Oui il y a une forte demande. Si vous voulez la médecine interne est une des spécialités qui convient le plus aux pays en développement comme le notre. Cela, parce qu’elle donne à la population la possibilité d’avoir accès à un médecin qui a la possibilité de gérer un patient dans sa globalité.

A-t-on besoin d’équipements spécifiques comme c’est le cas dans les autres branches de la médecine ?

En service de médecine interne on n’a pas besoin de grands équipements. Le matériel classique de consultation suffit pour un interniste. Cependant, il faut préciser que la médecine interne a, pour les de diagnostics difficiles, besoin de moyens d’exploration poussée au laboratoire et en imagerie.

Avec la médecine interne, on est tenté de dire que c’est un retour aux sources où la médecine traite non seulement les maladies du corps mais aussi peut-être celles de l’esprit ?

Exactement ! La base de la médecine est la sémiologie (étude des signes du patient) qui consiste à un bon interrogatoire et un examen physique du patient complet. C’est ce qui est mis en avant dans la médecine interne. On donne de l’importance à nos oreilles ; à nos yeux ; à notre toucher, avant tout bilan complémentaire.

Une question qui vous paraîtra certainement idiote professeur : Est-ce que la médecine interne n’est pas de la sorcellerie ?

Non, ce n’est pas une question idiote ! Si je vous donne de façon caricaturée l’exemple du film ‘’Dr House’’ ! Il s’agit d’un interniste qui pose des diagnostics auxquels personne ne pense. Cela peut faire penser que l’interniste a d’autres ‘’pouvoirs surnaturels’’. Mais en réalité, il écoute, regarde et touche beaucoup plus le patient avec une démarche beaucoup plus rigoureuse et de façon acharnée pour poser des diagnostics difficiles.

Réalisée par Siradji Sanda

18 janvier 2021
Source : http://www.lesahel.org/