Football : Qui cherche la tête de Djbrilla Hima Hamidou dit Pelé ?

 Football : Qui cherche la tête de Djbrilla Hima Hamidou dit Pelé ? Dans une déclaration rendue publique, il y a quelques jours, des guignols soi-disant dirigeants de clubs de football de Zinder reprocheraient au président de la FENIFOOT, ‘‘son ingérence partisane dans la vie de leurs associations’’. Selon la même source, une pétition a été lancée ‘‘pour prouver aux Nigériens le degré chaotique de la gestion peu orthodoxe du président de la FENIFOOT depuis son élection’’. Toute cette lamentable sortie médiatique était un tissu de contre-vérités grotesques, d’amalgames terribles et une exhibition monstrueuse de la haine contre l’un des dirigeants du football nigérien les plus marquants de l’histoire de ce sport dans notre pays. D’un niveau intellectuel qui sent ‘’Katako’’ de Niamey ou ‘’Kassoua dolé de Zinder’’, cette déclaration est proprement indigne de la part de gens qui se disent au service du football, un sport noble et rassembleur. Elle n’honore ni ceux qui l’ont rendue publique, ni ne rend vraiment service au football zindérois dans son ensemble, connu jadis pour avoir constitué un vivier important de talents éclos qui ont fait, par le passé, la fierté du Mena des années 80, avec des joueurs emblématiques comme Lawan Didi, le puissant ailier-droit du Mena de cette époque, ou encore Sani Matias, Sani Zembla, Manouri Dodo dit Zimako, Laxassi Mohamed, la liste étant loin d’être exhaustive, nous nous en limitons à ces joueurs exceptionnels de leur époque.

Colonel Pelé, ce grand bâtisseur et rassembleur

Vous l’aurez sans doute compris, celui qu’on accable et charge de tous les maux et mots du football zindérois n’est autre que le Colonel-major, Djibrilla Hima Hamidou, alias Pelé, ce grand défenseur et promoteur du football régional, celui qui a fait en sorte que ces clubs de l’intérieur ne disparaissent pas, faute de ressources financières et matérielles pour survivre dans un contexte de mutation profonde du football, aussi bien au niveau international qu’au plan national. En effet, en plus d’avoir permis la survie financière des clubs de l’intérieur du pays, en leur accordant, annuellement, des subventions, Colonel Pelé est aussi entré dans la grande histoire du football régional en dotant ces régions de pelouses de jeu de dernière génération et des rénovations en profondeur des tribunes et des vestiaires aux normes continentales.

Au plan national, Colonel Pelé est une référence dans l’histoire du foot nigérien. En effet, par sa grande ambition de porter au firmament le foot nigérien, il a su mobiliser aussi bien les autorités nationales que le public sportif autour du football nigérien, notamment autour de l’équipe nationale, le Mena. Ce qui a eu pour conséquence immédiate une Coupe de l’intégration de l’UEMOA remportée en 2010 à Niamey. Cette même détermination de Pelé a conduit le Mena, en 2011, au Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) qui s’est déroulé au Soudan. Sur les bords des deux Nil, le Mena a fait un parcours impressionnant, avant de quitter la compétition en quart de finale à Ondurman devant l’équipe hôte du Soudan. De retour de Khartoum, Pelé et son staff ont continué le travail de promotion de notre football. En 2012, l’équipe nationale se qualifie pour la première fois de son histoire à une phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en battant sur les installations du Stade Général Seyni Kountché, l’Egypte, septuple champion d’Afrique, et les Bafana-Bafana d’Afrique du Sud. Une année plus tard, le Mena réédite l’exploit d’une seconde participation à la CAN en Afrique du Sud. Avec cette deuxième participation à la CAN, le Niger entre définitivement dans la cour des grands. En février dernier, le Mena était encore présent au Championnat d’Afrique des Nations 2016 organisé au Rwanda. En février et mars 2015, le Niger a brillamment organisé la 11ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 17 ans. Un succès qui a poussé la CAF à confier à notre pays l’organisation de la CAN U-20 de 2019. Ce sont là autant de prouesses qui justifient amplement la candidature du président de la FENIFFOOT au Conseil de la FIFA. En cas de succès de Pelé à ces élections, le Niger sera valablement représenté au plus haut niveau du football mondial par un vrai artisan de la réussite de son football aux niveaux africain et international. En 2016, le comité exécutif de la FENIFOOT a même décidé de transmettre la candidature du Colonel Major Djibrilla Hima Hamidou dit Pelé, au poste de membre du Conseil de la FIFA à l’élection du 29 septembre 2016 au Caire, compte tenu de ses compétences. Cette instance est un organe non-exécutif de surveillance et de stratégie qui définit la vision de la FIFA et du football mondial. Rappelons aussi que, c’est en juillet 2017, que le Colonel Pelé, a été réélu président du Comité exécutif de la FENIFOOT pour quatre ans à Maradi, avec 101 voix contre, 26 pour son challenger Amadou Salifou Mayaki. Depuis tout ce temps, le Président de la FENIFFOOT œuvre pour une construction du football nigérien en l’ouvrant à tous et partout ; le renforcement des performances et la compétitivité du football nigérien à travers l’organisation des championnats, la formation des talents ; promouvoir le rôle éducatif et la pratique du football en associant tous les acteurs au projet fédéral et à son développement en mettant en place les conditions d’un véritable échange pour instaurer une gouvernance participative. « Ça fait plus de 50 ans de participation aux compétitions de la Confédération Africaine de Football (CAF) et de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), que le Niger n’a pas réussi à se qualifier pour les phases finales d’une compétition majeure. Cela s’est réalisé sous le mandat de Pelé », dira un supporteur du football nigérien. « Le Chef de l’Etat fait confiance à tous les acteurs du sport nigérien du fait qu’ensemble nous pouvons construire une véritable nation sportive », a déclaré M. Moctar Kassoum, à Maradi lors de l’élection du Colonel Pelé à la tête de la FENIFOOT. Comme quoi ce n’est pas facile d’avoir la tête d’une tête bien faite ! Surtout si cette tête se surnomme Pelé, ça ne s’invente pas, voyez-vous ! Mais, il faut de tout pour faire un monde, y compris avec des imbéciles heureux !

13 août 2020
Source : Match