Inauguration de l’arène des luttes traditionnelles de Maradi couplée au lancement de la 1ère édition de la Coupe du Président de la République : Une belle infrastructure pour développer la lutte au Niger

Maradi, la capitale économique dispose désormais d’une spendide arène des Luttes Traditionnelles érigée dans le cadre du programme Maradi Kolliya. L’Etat a investi une somme de plus de deux milliards de FCFA pour  rendre de l’arène des Luttes Yacouba Ango dit Kantou plus coquette. C’est l’une de plus grandes arènes des Luttes Traditionnelles de l’Afrique l’Ouest, dit-on. Et c’est dans ce joyau que la Première édition de la Coupe du Président de la République a été organisée par la Fédération Nigérienne des Luttes de concert avec le ministère de la Jeunesse et des Sports et grâce à l’appui des partenaires.

C’est le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Sekou Doro Adamou qui a procédé à l’inauguration de l’Arène Yacouba Ango dit Kantou et au lancement de la 1ère édition de la Coupe du Président de la République dans une ambiance empreinte de chaleur et de vives convivialités. Cette infrastructure d’une capacité de 5.000 places contribuera sûrement au développement de la lutte traditionnelle dans la région de Maradi et sur l’ensemble du pays en général. Compte tenu de la dimension de l’infrastructure, elle peut abriter des grandes rencontres internationales de luttes traditionnelles. Les populations de Maradi se sont fortement mobilisées en vue de participer à la cérémonie d’inauguration de ce joyau dont la région vient de bénéficier. Les Maradawa étaient surexcités d’assister aux différentes confrontations qui ont été livrées par les célébrités des luttes traditionnelles au Niger.

 Le ministre de la Jeunesse et des Sports a rendu hommage à tous les champions de la région ayant œuvré pour le triomphe de la région de Maradi et à faire vibrer les grandes arènes du pays grâce à leur qualité technique et l’esprit de fair-play. Il a réaffirmé la disponibilité de l’Etat à soutenir les actions visant à promouvoir la jeunesse. Il a aussi rappelé la vision du président de la République en matière des sports et celle du gouvernement contenue dans la Déclaration Générale du Gouvernement. M. Sekou Doro Adamou a noté que cette nouvelle infrastructure ouverte au public offre un maximum de confort pour la pratique des sports. Il a appelé la FENILUTTES à tout mettre en œuvre  pour améliorer les prestations des lutteurs du pays tant au plan national qu’international. Parlant de la 1ère édition de la Coupe du Président de la République, SE Mohamed Bazoum, le ministre de la Jeunesse et du Sport a rappelé que le fondement de la lutte traditionnelle au Niger repose essentiellement sur la cohésion sociale et le renforcement de l’unité nationale.

Pour sa part, le président de la FENILUTTES, M. Oufana Moussa, après le rappel historique du la lutte traditionnelle au Niger, s’est félicité de l’importance que l’Etat accorde à ce sport. Les rencontres de luttes traditionnelles offrent l’occasion à la FENILLUTES de véhiculer les messages de la paix et de la cohésion sociale, a-t-il dit. En effet, il a souligné que la fédération a choisi 32 lutteurs soit 4 lutteurs par région pour la tenue de la rencontre. Il a par ailleurs annoncé la tenue de la 42ème édition du Sabre à Niamey en Décembre prochain. D’ores et déjà l’Etat a pris toutes les dispositions pour que le rendez-vous de Niamey réponde aux attentes de tous les acteurs de la lutte traditionnelle au Niger et les amateurs de la lutte qui attendent ce moment important du sport roi.

Ce sont les meilleurs lutteurs du pays qui ont été  sélectionnés pour leurs qualités technico tactiques pour impressionner le public et assurer des prestations. Les lutteurs issus de toutes les régions du pays ont été répartis en deux groupes afin d’éviter que les lutteurs de la même région s’affrontent. Le groupe A était composé des lutteurs des régions de Maradi, Niamey, Tahoua et Tillabéry, tandis que le groupe B comprenait les régions d’Agadez, Diffa, Dosso et Zinder.

 Laouali Souleymane Envoyé Spécial(onep)

21 juin 2021
Source : http://www.lesahel.org/