Conférence régionale sur le rôle des acteurs locaux sur les projets structurants du G5-Sahel : Pour la mise en œuvre des actions rapides dans les zones fragiles prioritaires

Des acteurs locaux (élus, administrations déconcentrées et opérateurs, etc.) issus des pays membres du G5-Sahel prennent part à Niamey aux assises de la Conférence régionale sur le rôle des acteurs locaux dans la mise en œuvre des projets structurants du G5-Sahel. Financée par la Fondation Konrad Adenauer, cette conférence a pour but d'élaborer la cartographie des acteurs locaux à travers leur identification, la connaissance de leurs domaines d'intervention et leurs mobilisations comme partenaires de mise en œuvre des projets dans l'espace du G5 Sahel. Cela devrait permettre aux partenaires techniques et financiers du G5 Sahel et des ONG internationales de disposer d'une base de données des acteurs dans le cadre des financements et de mise en œuvre des projets dans les pays membres.

 L’ouverture des travaux de cette Conférence régionale de trois jours a été faite par le Chef du département Infrastructure du G5-Sahel, M. Mikailou Sidibé. En s’adressant à l’assistance lors de la cérémonie, M. Mikailou Sidibé a rappelé que le G5 Sahel, dont la Convention de Création a été signée le 19 décembre 2014, est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de sécurité et de développement. A ce titre, il s'est doté d'un document stratégique dénommé Stratégie pour le Développement et la Sécurité (SDS) assorti d'un plan d'actions appelé Programme d'investissements prioritaires (PIP) dont la première phase couvre la période 2019-2021. Le PIP contient des projets régionaux et nationaux concernant les zones frontalières des trois fuseaux du G5 Sahel: Ouest (frontière Mauritanie Mali), Centre (Mali, Burkina Faso-Niger) et Est (Niger-Tchad). En outre, tirant leçons des difficultés constatées dans la mobilisation des financements assez lourds pour les projets du PIP, M. Mikailou Sidibé a expliqué que le G5 Sahel a entrepris un changement de paradigme dans la méthode et les modes opératoires. C'est ainsi que le Cadre d'actions prioritaires intégré (CAPI) a été mis au point et approuvé par la Conférence des Chefs d'Etat. « Le CAPI qui matérialise l'approche territoriale intégrée du G5 Sahel ambitionne d'identifier des actions rapides, réalistes, mesurables et flexibles à mener sur les volets sécurité et développement dans les zones fragiles prioritaires, élargis à la dimension humanitaire, à la gouvernance et à la réconciliation. Il s'inscrit dans un cadre organisé autour des fonctions stratégiques clés, en tenant compte des contextes spécifiques à chacun des Etats en général et à chaque zone prioritaire, à savoir : l'anticipation, la protection et la prévention. Plusieurs principes directeurs guident notre action sur le terrain dont l'appropriation; la cohérence et coordination des programmes et actions prioritaires; la durabilité; la mutualisation des ressources et la redevabilité », a expliqué le Chef du département Infrastructure du G5-Sahel.

Le représentant du directeur régional de la  Fondation Konrad Adenauer, M. Yaciuba Berthe a pour sa part, saisi l’occasion pour présenter brièvement la Fondation.  Ainsi, a-t-il expliqué, la Fondation Konrad-Adenauer est une structure de la République Fédérale d'Allemagne qui contribue activement à la coopération internationale et au développement. « Je voudrais tout simplement dire que nous sommes une fondation politique allemande qui travaille dans la sous-région depuis plusieurs années. Depuis 2018, nous avons un programme basé à Bamako qui s’occupe de la coopération régionale et qui travaille avec le G5-Sahel. Et dans ce cadre, nous avons mis en œuvre pas mal d’initiatives », a notifié le représentant de la  Fondation Konrad Adenauer.  

 Abdoul-Aziz Ibrahim(onep)

16 juin 2021
Source : http://www.lesahel.org/