Conférence finale du Projet «Adaptation au changement climatique, Développement agricole pour la sécurité alimentaire» : Echanges sur les outils développés pour la gestion du risque d'inondation au Niger

La ministre de la Fonction Publique et de la Reforme Administrative, Mme Ataka Zaharatou Aboubacar assurant l’intérim du ministre des Transports a présidé hier matin à Niamey, l’ouverture des travaux de la conférence finale du Projet «Adaptation au changement climatique, Développement agricole pour la sécurité alimentaire», ANADIA phase II. Ce projet mis en œuvre par la Direction de la Météorologie Nationale en collaboration avec plusieurs autres institutions est financé par l’Agence italienne pour la Coopération au développement. Durant deux jours, différents sujets seront exposés par les experts du domaine de l'hydrométéorologie du Niger et de l'Italie. Les travaux portent aussi sur l'évaluation indépendante des effets du projet.

ANADIA est mis en œuvre au Niger par la Direction de la Météorologie Nationale en collaboration avec plusieurs autres Institutions étatiques nigériennes notamment la Direction de l’Hydrologie Nationale, la Direction Générale des Ressources en Eau du Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement, la Direction des Statistiques Agricoles du Ministère de l'Agriculture, la Cellule de coordination du système d'alerte précoce, CC/SAP et du Conseil National de l'Environnement pour un Développement Durable (CNEDD). La mise en œuvre de ce projet est faite avec le soutien du Centre National de recherche italien (CNR) à travers l'Institut de Bioéconomie (IBE) d’Italie qui coordonne le projet au niveau international et l'Université Polytechnique de Turin (Italie) qui en est le bras scientifique.

Dans sa 2ème phase, ANADIA, à travers une approche de recherche et formation pour le développement, a permis de développer, tester et mettre en œuvre des outils pour la gestion du risque d'inondation au Niger. Il s'agit notamment de l'assistance agrométéorologique aux producteurs, du Système Local d'Alerte Précoce aux Inondations de la Sirba (SLAPIS) qui est opérationnel depuis 2019, de la mise en place des Plans Villageois de réduction du risque climatique et l'élaboration d'une Base de données numérique sur les impacts des inondations au Niger.

A l’ouverture des travaux, la ministre des Transports par intérim a déclaré que l’assistance Agrométéorologique aux Producteurs Ruraux est un outil efficace pour la réduction des risques climatiques sur l'agriculture mais aussi pour valoriser les opportunités que la variabilité climatique offre en cas d'année excédentaire. «C'est un processus qui a permis de renforcer la collaboration entre les différents niveaux étatiques et dont les autorités locales se sont appropriées», a ajouté Mme Ataka Zaharatou Aboubacar. Pour la ministre, cette activité mérite d'être mise à l'échelle et mise en œuvre de façon durable comme une activité régalienne de la Météo Nationale. Mme Ataka Zaharatou Aboubacar a précisé que le SLAPIS est un exemple de valorisation des connaissances scientifiques et locales intégrées avec des outils techniques et technologiques au profit des communautés locales qui sont parties prenantes à travers leur implication directe à cette initiative. «Sa mise en œuvre effective, l'année passée, a contribué à prévenir les populations riveraines de la Sirba mais aussi de la Ville de Niamey sur l'occurrence et les hausses des niveaux des crues, aidée en cela par les prévisions d'alerte de la Direction de la Météorologie Nationale», a-t-elle indiqué.

Auparavant, le ministre de l’Agriculture, Dr Alambedji Abba Issa a rappelé que la Stratégie de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle et de Développement Agricole Durable, l'Initiative 3N «les Nigériens Nourrissent les Nigériens» ont été adoptées et mise en œuvre depuis 2012 pour sortir définitivement le Niger des conséquences désastreuses des aléas climatiques et du cycle infernal des famines et garantir les conditions d'une pleine participation des populations. Selon le ministre de l’Agriculture, il s'agit de manière spécifique de renforcer les capacités nationales de productions alimentaires, d'approvisionnement et de résilience face aux crises alimentaires et aux catastrophes».

Pour sa part, la représentante de l’ambassade d’Italie au Niger a dit que cette initiative, fruit d’une décision conjointe du gouvernement italien avec celui du Niger, témoigne de la volonté italienne d’accompagner le Niger dans un important domaine qui est celui de la préservation des catastrophes environnementales dans lequel l'Italie et le Niger doivent relever des défis communs. Selon la représentante de l’ambassade d’Italie au Niger, la prévention des urgences humanitaires s'inscrit dans le cadre plus vaste des relations bilatérales entre l'Italie et le Niger qui a pu se consolider ces dernières années grâce également à l'ouverture de l'Ambassade d'Italie à Niamey en février 2017.

 Mamane Abdoulaye(onep)

15 juillet  2021
Source : http://www.lesahel.org/