Affaire Bolloré : Le Niger doit s’inspirer de l’exemple béninois !

Il vous souviendrait qu’un litige a opposé le géant de la logistique française, le groupe Bolloré et celui dénommé Pétorlin de Samuel Dossou du bénin, sous la gouvernance de Yayi Boni. Ce dernier avait soutenu le groupe Bolloré et le groupe béninois avait porté l’affaire devant les juridictions compétentes en la matière. Apres une longue procédure judiciaire, le dernier rempart pour le géant Français et ses valets locaux fut alors la cour suprême. Ainsi, la Cour suprême du Bénin a finalement rejeté le pourvoi en cassation du groupe français Bolloré qui voulait récupérer la partie béninoise du projet de chemin de fer devant relier Abidjan à Cotonou en passant par Niamey et Ouagadougou au Burkina Faso.

Ce contentieux opposait notamment Bolloré (Africa Logistics), l'État béninois et l'homme d'affaires béninois Samuel Dossou Aworet, concurrent de Bolloré sur ce projet baptisé "Épine d’orsale.
Rappelons-le, le groupe Pétrolin, initiateur du projet “Épine Dorsale” avait remporté en 2008 l’appel d’offre international de la construction d’une infrastructure ferroviaire lancé par le Bénin et le Niger et reliant les deux Etats.


Mais en 2013, le gouvernement du président Yayi Boni avait retiré au groupe Petrolin ledit projet pour le remettre à son concurrent direct, le groupe français Bolloré.
Selon le gouvernement, le groupe béninois ne justifiait pas de moyens suffisant pour exécuter un projet d'une telle ampleur. Petrolin avait alors contesté cette décision en justice, obtenant gain de cause en appel en novembre 2015, obligeant le groupe Bolloré et l'État béninois à porter l'affaire en cassation, devant la Cour suprême. « Bolloré doit se mettre à l'écart" » a estimé l'avocat de Petrolin. "L'État béninois ne doit plus concéder le même projet à une autre société". Voilà alors un exemple qui devra nous inspirer au Niger. En d’autres termes se servir de l’exemple béninois et arrêter de liquider la souveraineté du pays déjà peu confortable, au regard de nombreuses conventions qui maintiennent encore le pays sous une sorte de colonisation maquillée. C’est dire que les dirigeants Béninois sont courageux et dignes puisqu’ils savent dire non aux intérêts de leur ancien colonisateur.
Bravo au peuple béninois et à ses dirigeants pour ce geste combien patriotique !
DAN MAGOULI

14 octobre 2017
Source : L' Actualité