Lancement du 4ème Colloque International de la Filière Art et Culture de l’Université Abdou Moumouni / «Art et environnement : (mieux) habiter la ville», thème retenu

L’espace Art et Culture de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) abrite, depuis le 11 février dernier, le 4ème Colloque International organisé par la Filière Art et Culture (AC-LAC) de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey. Au cours de ce colloque, placé sous le thème : «Art et environnement: (mieux) habiter la ville», plusieurs activités en lien avec l’art et la culture sont au menu de l’agenda. En effet, ce colloque est un cadre de réflexions et d’échanges dans le domaine de l’art et de la culture. C’est le Vice-recteur, chargé des affaires académiques de l’UAM, Pr. Malam Chaibou Mahamadou qui a présidé la cérémonie de lancement officiel de ce 4ème colloque en présence du représentant du Doyen de la FLSH M. Ibrahim Yahaya, de la coordinatrice de la Filière Art et Culture (AC-LAC) Pr. Antoinette Tidjani Alou et plusieurs invités.

C’est avec un sentiment de joie et une émotion vive que la coordinatrice de la Filière Art et Culture (AC-LAC) Pr. Antoinette Tidjani Alou s’est adressée au public venu pour la circonstance. «A vous tous présents venus de la ville de Niamey et de vos diverses activités et vous tous, chers invités conférenciers venus de vos vies, de vos villes et de vos pays respectifs. Je n’ai pas besoin de qualification pour vous faire savoir combien vous m’êtes précieux, combien je croix en vous et à ce que vous portez en vous, en ce vous portez pour demain pour le Niger, le Mali, le Togo, le Bénin, le Tchad, le Burkina Faso», a-t-elle déclaré. S’adressant aux étudiants, Pr. Antoinette affirme que l’avenir du Niger, de l’Afrique du monde entier repose sur les jeunes. «C’est pour moi une joie et un privilège de vous former avec toute l’équipe des enseignants de la Filière, nationaux et internationaux que je salue de toute mon affection. Le futur du Niger, de l’Afrique du monde ce sont les jeunes», estime-t-elle.

Pour le Vice-recteur, chargé des affaires académiques de l’Université Abdou Moumouni de cette manifestation scientifique est devenue désormais une tradition qui se perpétue agréablement au bénéfice de toute la communauté scientifique et universitaire. Ainsi Pr. Malam Chaibou Mahamadou a indiqué que l’université se réjouit de cette initiative (le colloque) de la filière Art et Culture, combien louable «preuve d’un dynamisme et d’une vivacité scientifique de notre institution. Nous nous inscrivons dans la droite ligne de cette action que nous saluons puisqu’elle participe pleinement à la construction des compétences dans nos universités», a déclaré le Vice-recteur avant de préciser que le thème de ce colloque est un sujet d’actualité fort intéressant qui comporte des enjeux scientifiques et sociaux sans président. «Comme nous le savons, la ville façonne le monde. La ville constitue un ensemble dynamique qu’il faut étudier sous plusieurs angles. L’université ne peut être donc, en marge de ces réflexions. C’est pourquoi, dans le cadre de ce colloque, les participants tenteront de répondre à plusieurs questions. L’art et la culture doivent permettre de relever certains défis pour ce qui peut être la ville de demain, la ville durable, une ville qui accueille dignement les populations et ses activités. Une ville économiquement viable socialement vivable et respectueuse de l’environnement. Je puis vous assurer l’accompagnement sans réserve du Rectorat qui continue de jouer pleinement sa partition afin de conforter davantage l’université Abdou Moumouni dans sa posture de vecteur stratégique de développement du Niger», a fait savoir Pr. Malam Chaibou Mahamadou.

Auparavant, le représentant du Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH), M. Ibrahim Yahaya s’est appesanti sur le rôle que la Filière Art et Culture joue dans la valorisation de l’art et de la culture. La Filière Art et Culture dit-t-il, qui existe au sein du département de Lettres Art et Communication est appelé à grandir et à s’ouvrir afin de devenir un pole d’excellence régionale des arts et cultures en partenariat étroit avec des homologues en Afrique et ailleurs. «J’ai le plaisir de dire que cette Filière est d’ores et déjà celle de la faculté dans son ensemble et celle de l’Université tout entière. L’Université Abdou Moumouni inscrit sa raison d’être dans la résolution à accompagner les efforts de développement et du rayonnement national en mettant à la disposition de notre pays des futurs cadres compétents dans tous les domaines y compris ceux qui sont essentiels pour l’art et la culture. Dans cette perspective, notre université a fait de la professionnalisation, de la diversité des offres et de la pertinence des axes stratégiques majeurs, de son plan de développement», a dit le représentant du Doyen de la FLSH.

Peu après le lancement du colloque, les participants ont suivi la conférence inaugurale animée par Mme. Emma Marilyn Douala Bell, présidente exécutive de Doual’Art, Douala (Cameroun). Rappelons que ce colloque a débuté le 11 février dernier avec une excursion (parcours guidé) dans la ville de Niamey afin de permettre aux participants venus de divers horizons de découvrir plusieurs lieux de mémoire, des espaces et centres culturels, des fermes et jardins, les berges du fleuve, etc. Cette exclusion qui a sillonné la ville de Niamey a été guidée par le Pr. Moutcho Henry Kokou. Les activités du colloque se poursuivent jusqu’au 13 février.

Abdoul-Aziz Ibrahim Souley(onep)

13 février 2020
Source : http://www.lesahel.org/