L’air du temps : Ces ‘’enfants gâtés’’ qui sèment la terreur….

Il y a à peine un mois de cela, dans cette même rubrique, nous tirions la sonnette d’alarme sur le réel danger que représentent les crâneries des jeunes chauffards au volant de ces grosses cylindrées qu’ils appellent ‘’Merco’’ ou ‘’Benz’’. On a tous vu ces chauffards, pour la plupart de petits enfants, roulant à tombeaux ouverts et au mépris de toutes les règles de la prudence, dans les rues et les ruelles de la capitale.  Si vous avez déjà été témoin, ne serait-ce qu’une seule fois, du rodéo infernal auquel s’adonnent les conducteurs de ces bolides lancés comme des fusées dans un concert de vrombissements de moteur et de pétarades, alors vous avez une idée claire du péril qu’il y a en la demeure.

L’on a prévenu et d’autres voies se sont élevées dans les quartiers pour désapprouver, mais rien n’y fit. Non seulement le phénomène du ‘’jeu de la mort’’ continue à Niamey, mais aussi il fait de nouveaux émules en s’étendant aux plus petits qui n’ont même pas l’âge de toucher au volant. Et même la police de la circulation routière, censée combattre ce phénomène, semble désemparée et dépassée face aux agissements des jeunes, tout aussi insouciants qu’arrogants.

Et voilà que, mercredi passé, l’irréparable se produisit quelque part vers le quartier Sonuci. Un enfant au volant d’une de ces furieuses ‘’Benz’’ perdit le contrôle de la voiture et fonça sur un groupe de personnes en percutant d’emblée six d’entre elles. Le bilan de ce tragique accident qui n’a pas fini de faire le buzz sur les réseaux sociaux se chiffre à deux morts sur le champ et quatre blessés graves. Et pour exprimer son ras-le-bol, la foule a vite fait de saccager ‘’l’arme du crime’’ que représente la voiture en la mettant en charpies. C’est assurément la tragédie de trop ! Car, avant cet accident mortel, bien d’autres du genre ont été enregistrés à Niamey. Pire, dans la plupart des cas, les crimes sont restés impunis pour des raisons diverses.

A vrai dire, ce comportement irrédentiste de ces jeunes chauffards, que certains n’hésitent pas à surnommer ‘’enfants gâtés’’, n’est autre que la conséquence directe d’une fuite de responsabilité de la part de certains parents face à leur devoir impérieux de bien éduquer leurs enfants en tâchant de les orienter vers le droit chemin. Ainsi, sous prétexte de chouchouter leurs fils, on leur offre les clés d’une luxuriante et puissante voiture comme pour les inviter à aller frimer dans les rues de Niamey, sans mesurer tout le poids des responsabilités que cela implique en termes de danger pour l’enfant lui-même, et pour les autres.

Fort de l’adage selon lequel ‘’qui aime bien châtie bien’’, nous invitons certains parents à revoir leur copie en se disant qu’on peut bien aimer et mignoter son fils sans le ‘’gâter’’, au vrai sens du mot. Car, ce qu’ils semblent ignorer, c’est qu’un beau cadeau de papa ou de maman peut devenir un pire cauchemar, une vraie ‘’machine à tuer’’, pouvant conduire le ‘’petit prince’’ directement en prison, ou carrément …à alahara !  Dieu nous-en garde !...

Assane Soumana

16 juillet  2021
Source : http://www.lesahel.org/