Cadeaux fiscaux et arrangements obscurs : La DGI, Airtel Niger, E_Tones et les impôts du Niger

Cadeaux fiscaux et arrangements obscurs : La DGI, Airtel Niger, E_Tones et les impôts du NigerLes millions du silence ! 400 millions pour l'un, 200 millions pour les autres. Un beau pactole gagné " sans rien faire " pratiquement. Sans rien faire d'autre que de permettre que l'État du Niger soit grugé de dizaines de milliards. Grâce aux pouvoirs conférés par l'État ! L'affaire de l'externalisation de certaines activités liées à l'exploitation de la licence d'Airtel Niger a fait d'heureux gagnants dont le journal Les Courriers a reçu notification des identités. À titre de rappel, les experts commis par Airtel Niger ont évalué les droits et taxes à plus de 32 milliards de francs CFA, mais le ministre des Finances a unilatéralement arrêté le montant de 10 milliards pour solde de tout compte. Un montant qui a été réparti en droits de douanes, de taxes et autres droits de mutation, sur instruction du ministre des Finances. Une procédure frauduleuse qui a délesté l'État de plusieurs milliards et enrichi les comptes bancaires de quelques individus véreux. Selon le document, dont Les Courriers a obtenu copie, le protocole d'accord signé entre Airtel, la Direction générale des douanes (DGD), la DGI, et approuvé par le ministre des Finances de l'époque, date du 28 juillet 2018. Que s'est-il passé entre cette date et juillet 2018 ? Mystère et boule de gomme ! Cependant, Les Courriers a découvert dans ses investigations qu'Airtel Niger n'est pas l'unique bénéficiaire de cette opération frauduleuse. Une société, du nom d'E_Tones, a vu le jour, presque miraculeusement dans la perspective de l'externalisation entreprise par Airtel Niger. C'est cette société, dont le siège se trouve au quartier plateau, dans une maison de feu Abdou Insa, qui a hérité des pylônes d'Airtel Niger. L'identité des promoteurs n'est pas encore connue du journal Les Courriers.

Mais, de source fiable, la société E_Tones a fait l'objet d'un redressement fiscal de 11 milliards dont elle ne s'est pas encore acquittée. Pourquoi une société qui brasse des milliards refuse de payer ses impôts ? Du côté des régies fiscales, des indiscrétions indiquent qu'il s'agit d'une société intouchable que l'administration fiscale ne peut bousculer. Ainsi, outre les 600 millions de francs CFA échoués dans l'escarcelle de certains "rapetous" et les milliards d'Airtel Niger passés pour pertes et profits, 11 milliards dus à l'État du Niger sont toujours en souffrance auprès d'E_Tones. La DGI, qui talonne, sans pitié, les médias mal-pensants, est décidément mal barrée. Elle multiplie à volonté les cadeaux fiscaux et accumule les actes de discrédit. L'affaire des 600 millions, distribués à quelques caïds du réseau mafieux éclate à un moment où des bruits, de plus en plus formels, font mention du statut informel du directeur général des Impôts. Asssane
Demba Ndiaye est-il, oui ou non, lié à l'administration fiscale par un contrat en bonne et due forme ? Selon des informations dignes de foi, les révélations du journal ont fait l'effet d'une bombe au sein des régies fiscales. Tenue, à la suite de la publication des articles " Les millions du silence " et " Quel est le statut actuel du directeur général des impôts ? ", une réunion de crise a envisagé toutes les options. Asssane Demba Ndiaye, qui n'aurait aucun contrat valide avec l'administration fiscale, a été très secoué par l'affaire, à la fois par la découverte de son statut actuel et par cette histoire de 200 millions qu'il n'a pas encore décidé d'éclaircir afin de punir les agents impliqués. Nous y reviendrons !

Laboukoye

02 septembre 2018
Source : LES COURRIERS

Imprimer E-mail

Economie