Dissipation des fonds destinés aux soins de santé de l'ambassadeur Hassan Kounou : L'ambassade du Niger en France au centre du scandale

Dissipation des fonds destinés aux soins de santé de l'ambassadeur Hassan Kounou : L'ambassade du Niger en France au centre du scandaleAvec l'escarpolette de la mauvaise foi ou manipulé à outrance pour une communication sans fond véritable, le ministre porte-parole du gouvernement, le sieur Abdourahamane Zakaria, a laissé entendre que le gouvernement n'a nullement bloqué ou refusé de payer les frais de santé de l'ambassadeur Hassan Kounou. Un communiqué tonitruant auquel la dame Kounou a réagi promptement en recadrant le porte-parole du gouvernement qui a tout de même eu le temps de découvrir le voile que son communiqué alambiqué a soulevé du côté de la représentation diplomatique du Niger à Paris. De fait, après recoupement des informations dont le journal Les Courriers a pu disposer, des choses tordues ont dû se passer du côté de l'ambassade du Niger en France. Le relevé des versements effectués au profit de l'hôpital Georges Pompidou par la société d'assistance médicale Evadeo Pro fait ressortir des paiements étalés sur 26 mois, entre le 19 octobre 2017, soit 12 jours après l'évacuation de l'ambassadeur Kounou, et le 6 mars 2018. Les montants versés à l'hôpital varient de 45 667,55 euros à 10, 80 euros (le versement de mars 2018). Le relevé des versements effectués à l'hôpital Georges Pompidou établi, le 12 juillet 2018, fait mention d'un impayé de 57 119, 82 euros, soit près de 40 millions de francs CFA. Ce montant impayé est à la base des misères de santé de l'ambassadeur Kounou. Il est également la motivation de la nervosité, voire l'agacement, affiché dans cette affaire par l'ambassadeur Ado Elhadji Abdou, et l'attaché médical du Niger en France. Pourquoi sont-ils si remontés contre la dame Kounou qui ne cherche qu'à vérifier pourquoi l'hôpital Georges Pompidou se plaint-il d'impayés alors que l'État du Niger a transféré les montants afférents aux deux premiers devis ? La démarche de la dame Kounou pour comprendre et trouver des solutions urgentes à l'état de santé de son mari qui se dégrade de jour en jour, est assimilée à une volonté de nuire, voire à de la méchanceté naturelle. Dans un échange téléphonique qu'elle aurait eu avec le ministre de la Santé et dont Les Courriers a eu écho, madame Kounou aurait largement expliqué à Illiassou Maïnassara les comportements anachroniques et fortement déplacés dont l'ambassadeur et l'attaché médical ont fait montre dans la gestion de ce dossier sensible. Alors qu'ils rabrouent la dame Kounou pour sa volonté affichée de voir clair dans ce dossier trouble, Ado Elhadji Abdou et l'attaché médical du Niger en France laissent la société Evadeo Pro à l'écart d'une affaire qui l'implique pourtant au premier chef. Pourquoi n'a-t-elle pas versé l'intégralité des montants dus à l'hôpital Georges Pompidou ? L'ambassadeur et l'attaché médical ont certainement des choses à révéler. La quarantaine de millions non parvenus à l'hôpital Georges Pompidou et pour lesquels les traitements médicaux que nécessite l'état de santé de l'ambassadeur Kounouont été suspendus, a certainement pris une destination qu'ils doivent connaître.

Le gouvernement nigérien savait parfaitement à qui appartenait le compte bancaire indiqué pour le virement des frais de santé de madame Kounou.

Le déballage fait sur la place publique par le ministre porte-parole du gouvernement a eu certainement le mérite de soulever un coin de voile sur des pratiques douteuses qui ont cours du côté de la représentation diplomatique du Niger en France. Son communiqué a également eu un effet boomerang, révélant à la face du monde la mauvaise foi d'un gouvernement vis-à-vis d'un de ses diplomates tombé malade en cours de mission. Abdourahamane Zakaria a notamment indiqué à propos de la prise en charge sanitaire de la dame Kounouque " c'est au moment où le Trésor national s'apprêtait à transférer les 34 000 000 francs CFA dans le compte bancaire de Evadeo-Pro France, que les agents se sont rendus compte qu'il s'agit d'un autre compte bancaire et non celui de Evadeo-Pro France, mais l'entête du devis porte le nom d'Evadeo-Pro France. Il est tout à fait normal que ce transfert soit suspendu afin de procéder à des vérifications ". Par ces propos sibyllins, le porte-parole du gouvernement laisse entendre qu'il y a quelque chose qui cloche et qu'il va falloir vérifier s'il ne s'agirait pas d'un acte de détournement. En réalité, le gouvernement nigérien est bien informé du changement de compte bancaire. Non seulement il est parfaitement informé du changement de compte bancaire, mais il sait également que le nouveau compte bancaire indiqué est celui de l'ambassade du Niger en France. Dans une lettre datée du 16 juillet 2018 et adressée au directeur de l'ordonnancement, de la vérification et de l'apurement au ministère des Finances, le directeur des Ressources financières et du matériel (DRFM) du ministère de la Santé a formellement informé les régies financières nigériennes que " le nouveau bénéficiaire à prendre en compte est l'ambassade du Niger et non Evadeo-Pro ". Des dispositions sur lesquelles la dame Kounou a d'ailleurs largement communiqué avec les autorités nigériennes, tant au ministère de la Santé qu'au ministère des Affaires étrangères. La polémique soulevée par le communiqué du gouvernement n'est pas près de prendre fin. Pendant ce temps, l'état de santé de l'ambassadeur du Niger au Sénégal se dégrade. Laissés à eux-mêmes, ballotés entre l'ambassade du Niger en France et la société Evadeo-Pro qui dort pour le moment sur le secret de ces millions disparus, le malade Kounou et son épouse sont dans le désarroi. Et l'on craint le pire pour la santé de l'ambassadeur.
Affaire à suivre.

Dissipation des fonds destinés aux soins de santé de l'ambassadeur Hassan Kounou : L'ambassade du Niger en France au centre du scandale

Dissipation des fonds destinés aux soins de santé de l'ambassadeur Hassan Kounou : L'ambassade du Niger en France au centre du scandale

Laboukoye

02 septembre 2018
Source : LES COURRIERS

Imprimer E-mail

Economie