Interview

Mme Amina Moussa, Directrice de l’ANAJJ : «Les bénéficiaires de l’assistance judiciaire sont les personnes vulnérables et les indigents»Dans le but de faciliter l’accès aux services de la justice à l’ensemble des citoyens et particulièrement aux plus vulnérables, les autorités du Niger, ont mis en place, le 14 Décembre 2011, une Agence Nationale de l’Assistance Juridique et Judiciaire en abrégé (ANAJJ). Pouvez-vous nous présenter cette agence que vous dirigez ?

Je vous remercie de l’opportunité que vous m’offrez de parler de l’Agence Nationale d’Assistance Juridique et Judiciaire (ANAJJ) que j’ai l’honneur de diriger.

Au Niger, toutes les études menées dans le cadre de la politique sectorielle du Ministère de la Justice ont permis de mettre en exergue le fait que l’accès à la justice était non équitable et non universel. Les principales causes relevées sont l’inadaptation du cadre juridique, l’éloignement des juridictions, le langage trop technique utilisé par les acteurs judiciaires, le coût des procédures, l’analphabétisme des populations, la concentration des avocats dans la capitale, la non mise en place des fonds prévus pour l’aide judiciaire. Pourtant l’accès au droit, à l’aide juridictionnelle ou tout simplement à la justice, a toujours été une préoccupation pour les autorités. C’est ainsi que dans le cadre de la réforme de son système judiciaire, en vue de renforcer la démocratie et l’Etat de droit, le Niger, sous l’impulsion des autorités de la 7ème République, a adopté la loi n°2011-42 du 14 décembre 2011 fixant les règles applicables à l’assistance juridique et judiciaire. C’est dans cette dynamique, et sur la base d’une étude menée sur l’accès à la justice, que fut créée, par la même loi, un établissement public à caractère administratif dénommé Agence Nationale de l’Assistance Juridique et Judiciaire (ANAJJ).

Cette administration de mission est chargée de gérer le dispositif d’assistance juridique et judiciaire au profit de certaines catégories de personnes, notamment les plus vulnérables. L’ANAJJ, comme tout établissement public à caractère administratif dispose de deux organes légaux essentiels : le conseil d’administration avec des attributions classiques et un organe exécutif à deux branches à savoir la direction générale dont le siège est à Niamey et les bureaux locaux d’assistance juridique et judiciaire à Agadez, Arlit, Diffa, Dosso, Konni, Maradi, Niamey, Tahoua, Tillabéry et Zinder.

Imprimer E-mail

Interview