Abdoulaye Sanda Maiga et toutes ses distinctions : Le tout se résume aux efforts de l’homme

De distinction en distinction, l’histoire des grands hommes s’écrivent en lettres d’or.
Il est vrai qu’au Niger certaines personnes se démarquent des autres suivant une vision éclairée de forger l’excellence dans des domaines où l’Etat a fait plus que miser car le développement à la base doit être une priorité pour tous.

C’est pourquoi il faut avoir en vue les œuvres du Directeur général de l’institut pratique de santé publique IPSP, Abdoulaye Sanda Maiga qui a fondé la première école de santé au Niger, un domaine qu’il a su développer en le rendant plus prometteur aux professionnels qui se font employer grâce à la crédibilité des diplômes délivrés par cette école mais aussi la conscience professionnelle avec laquelle les élèves et les étudiants sont formés.

C’est dire qu’Abdoulaye Sanda Maiga ne se contente pas seulement des revenus financiers que son établissement lui procure, il vise bien des plans d’intégration socio-économique qui vont de la formation de qualité à la disponibilité d’agents consciencieux capables de servir l’Etat dans ses priorités inconditionnelles.

On peut donc dire, sans le risque de se tromper, que sa vision est perçue par tous ceux-là lui décernant des trophées et témoignages de satisfaction qu’il mérite à voir son courage et son abnégation faisant de lui un bon modèle à copier, et même s’il reste le meilleur dans ce domaine il ne faut pas perdre de vue l’influence combien enthousiaste qui motive d’autres à lui emboiter le pas.

Abdoulaye Sanda Maiga en bon altruiste n’est pas du genre à envier les autres car, pour lui seul un mouvement d’ensemble des promoteurs d’écoles privées réussirait à changer certaines mentalités rétrogradées.

L’on se rappelle de l’initiative de la rencontre des grandes écoles et entreprises du Niger dont il est membre fondateur, Sanda Maiga a pensé ici à la création d’un cadre des patrons des écoles qui souhaitent faire prévaloir leurs contributions au renforcement de l’économie nationale sans laquelle aucun établissement privé ou public ne peuvent subsister.

Il faudrait alors rompre avec toute affiliation à des syndicats ou associations des fondateurs d’écoles privées qui en réalité n’honorent pas ceux de son rang, puisque ces écoles privées ont besoin de manifester leurs progrès qui, à notre foi, doivent leur servir de visibilité s’il est vrai que personne ne souhaiterait fréquenter un établissement fuyant la législation.

Pour ce qui est du Re-GEEN, Sanda Maiga et ses camarades membres ont décidé de s’affilier à la chambre du commerce et le patronat du Niger.

Pour revenir aux multiples distinctions que son école IPSP reçoit très souvent, il faut dire que c’est le fruit des résultats palpables et démontrables que lui vaut cet honneur.

N’a-t-il pas bien vu son chemin à parcourir lorsqu’il dit ne jamais se contenter d’être bon, mais d’être le meilleur ?

Il est bien quelqu’un qui sait où il va et il se donne les moyens nécessaires pour y parvenir.

ISSA MOUSSA

26 mai 2018
Source : http://nigerdiaspora.net/

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...