Le Directeur de l’Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : «Chaque direction technique a un plan annuel d’activités qui incorpore la période des concours et l’examen du BTS d’Etat» déclare M. Ousmane Douka Soumaila

Monsieur le Directeur Général, les examens du BTS d’Etat ont commencé depuis hier, pouvez-vous rappeler à nos lecteurs, le processus qui a abouti à cette étape ?

Pour rappel, cette année, les candidats composeront dans 19 filières ; ils sont repartis dans quatre (4) centres à savoir Maradi, Niamey, Tahoua et Zinder. Les candidats ont eu jusqu’au 13 juillet pour déposer leurs dossiers. Les épreuves de pratique informatique ont eu lieu en début août. C’est donc les épreuves écrites et orales ainsi que les travaux en ateliers qui ont commencé hier 27 août.

En amont, les directions techniques ont travaillé d’arrache-pied, chacune en ce qui la concerne et sous la supervision de la direction générale, pour une bonne organisation de la session 2018 à l’instar des sessions précédentes. C’est ainsi que la Direction des Examens et Concours du Supérieur (DECS) a imprimé les formulaires d’inscription et mis à la disposition des écoles et instituts de formation professionnelle et technique de Niamey comme ceux de l’intérieur du pays et aux candidats libres. Les formulaires ont été placés au niveau de l’ONECS, à Niamey, et à l’intérieur du pays auprès de nos points focaux sis dans les universités de région.

Peut-on avoir une idée de l’organisation que vous mettez en place pour gérer l’avant et l’après examen ?

Chaque direction technique a un plan annuel d’activités qui incorpore la période des concours et l’examen du BTS d’Etat. Ainsi, des comités sont mis en place avec des consignes précises liées à l’organisation soit d’un concours ou l’examen du BTS d’Etat ; avant, pendant et après l’examen ou concours.

Qu’en est-il des frais d’inscription aux examens qui ont été rehaussés ?

Cette situation est le fruit d’un consensus entre tous les partenaires à savoir: structure estudiantine, syndicats d’enseignant du privé et du public, associations de promoteurs d’établissements d’enseignement supérieur privés et organisations de la société civile, au niveau du conseil d’administration. Après des débats enrichissants relatifs à la situation financière de l’ONECS, tout ce monde est arrivé à la conclusion que l’Etat a déjà consenti d’énormes efforts en ce qui concerne la subvention allouée à l’ONECS. Aussi, à l’unanimité tous ceux qui étaient présents à ce conseil d’administration ont estimé que leurs différentes structures doivent apporter leur appui pour permettre à l’ONECS de pouvoir remplir sa mission. C’est ainsi que la formule de rehaussement des frais d’inscription des candidats et la contribution des établissements ont été retenues.

Je vous surprendrais, peut être, en disant que les différents montants fixés ont été proposés par les représentants des structures d’étudiants, d’enseignants et de promoteurs d’établissements. Le Conseil d’Administration n’a fait qu’entériner leurs propositions et transmettre les projets d’arrêtés relatifs à ces nouvelles mesures au Ministre de tutelle.

Après, si au niveau de ces différentes structures certains ont estimé ne pas reconnaitre les engagements pris par leurs représentants légalement mandatés à ce conseil, je vous laisse apprécier vous-même la valeur morale et même juridique de cette attitude. En faisant passer ces nouvelles mesures à la télévision nationale, au journal le sahel et à la radio nationale, c’est pour que tout le monde soit témoin.

L’innovation SMART ADMIN que vous avez conçue vous a permis de remporter l’année dernière le « Prix HIKIMA », Prix Nigérien de l’Innovation du Service Public mis en place par le HCME et l’AFD. Est-ce que cette application intervient dans l’organisation de vos concours ?

Absolument ! C’est d’ailleurs sa fonction fondamentale. En effet, l’idée, c’est d’avoir un instrument qui nous permet de sécuriser les examens en minimisant les risques de fraude, de garantir une certaine transparence et l’équité. C’est ainsi que le logiciel compile lui-même les notes de chaque candidat, calcule automatiquement les moyennes de chacun et génère en sortie le procès verbal de délibération, la liste des admissibles et enfin le relevé de notes de chaque candidat. Le résultat de chaque candidat lui est instantanément transmis par SMS où qu’il soit sur le territoire national ou même à l’extérieur. Le dispositif est ainsi verrouillé, rendant impossible toute autre manipulation. En outre, l’innovation SMART-ADMIN nous a permis de résoudre le problème de la lourdeur du processus de dépôt des dossiers par la possibilité de l’inscription en ligne. Le problème de communication avec les candidats a également été réglé. Les étudiants peuvent avoir toutes les informations dont ils ont besoin sur notre site web, sans se déplacer.

C’est d’ailleurs les derniers développements de SMART ADMIN qui nous ont permis le 7 juillet dernier de remporter le 2ème Prix Panafricain du Service Public. Nous sommes satisfaits de constater que certaines structures nationales en charge d’organiser des examens et concours ont commencé à s’en inspirer.

Réalisée par Oumarou Moussa

 28 août 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Interview