Elections présidentielles : Présentation du rapport d’analyse sur la pertinence écologique des programmes des candidats

Les projets de sociétés que proposent les candidats aux élections présidentielles de 2020-2021 au Niger ont fait l’objet d’une analyse sur leurs aspects relatifs à la prise en compte des questions environnementales. Par cette initiative à caractère démocratique et citoyenne, première du genre, ayant permis d’évaluer et de classer la «pertinence environnementale» de quelques 14 programmes politiques disponibles, le Scouts du Niger, en partenariat avec le Centre d’études économiques et sociales de l’Afrique de l’ouest (CESAO) et l’Organisation pour l’environnement et le développement durable (OEDD), entend promouvoir la dimension écologique du développement dans les politiques présidentielles. Le rapport de ladite analyse a été rendu public, jeudi 24 décembre dernier à Niamey, à travers une conférence de presse.

Présentant le rapport de l’analyse, l’un des six experts qui ont étudié les aspects écologiques des seuls 14 programmes reçus, M. Mounkaila Goumandokoye, par ailleurs Secrétaire exécutif de OEDD a d’abord indiqué que le classement par degré de pertinence a été établi selon des critères objectifs bien définis. Il s’agit notamment de l’alignement des actions envisagées aux dispositions constitutionnelles relatives à l’environnement (Articles 35, 36, 37 et 149); de l’éco-sensibilité de ces actions; de la pertinence de la mesure des opportunités, défis et enjeux environnementaux dans les programmes et du suivi de la mesure de la performance du programme.

Ce faisant, c’est le programme du parti RANA’A qui vient en tête du classement, avec une très bonne prise en compte de l’environnement. Viennent ensuite dans la même catégorie de bonne prise en compte de l’environnement, les partis: MNSD NAssara, MPN Kishinkassa, PNDS Tarraya, PJP Doubara et SDR Sabouwa. Le programme du MPR Jamhouriya et celui du PS Imani sont classés dans la catégorie à faible pertinence. Il faut retenir qu’en amont et durant les 7 jours d’exercice d’évaluation des programmes présidentielles, bien que ce soit pendant la campagne, la majorité des partis qui aspirent diriger le pays n’avaient rendu disponibles et accessibles leurs programmes. Tout laisse à croire qu’ils n’en avaient pas véritablement. Cependant, en s’intéressant aux messages audio-visuels de l’UNPP Incin Africa, du RPP Farila et du RDR Tchangi, les experts ont jugé que ceux-ci comportent des orientations pertinentes sur la prise en compte de l’environnement. Il ressort aussi que les contenus des messages écrits ou documents de vision des partis ANDP Zama Lahia, RSP A’Adili et NIGERENA ne permettent pas de formuler des jugements de valeur sur leurs pertinences environnementales.

L’engagement des politiques par rapport aux questions environnementales est pleinement nécessaire d’autant que l’environnement constitue l’une trois dimensions sine-qua-none du développement durable, avec le bien-être social et la croissance économique. 

Peu avant la présentation du rapport de l’analyse, M. Issifou Alfaga Abdoul Kader, commissaire régional adjoint au Scouts de Niamey a d’abord souligné que les motivations derrière cette initiative s’inscrivent dans leur mission civique, écologique, en droite ligne avec les idéaux de leur organisation. Il a ensuite indiqué que l’un des objectifs chers au scoutisme c’est celui de mobiliser l’ensemble des concitoyens à être conscients au défi de notre temps qui est relatif à la question de l’environnement, afin d’œuvrer pour des solutions appropriées.

«Des questions environnementales nous tiennent à cœur. Et c’est dans ce sens que le CESAO n’a hésité à aucun moment à répondre favorablement à cette sollicitation. C’est le lieu pour nous de féliciter le Scouts et l’OEDD», a dit pour sa part le secrétaire général du CESAO, M. Issaka Siddo, selon qui, le CESAO dans tous ces programmes, ainsi que dans toutes ces interventions prend en compte les questions relatives à l’environnement. Le Secrétaire général ajoute que c’est dans cet esprit que le CESAO a mené un certain nombre d’activités dans la région notamment au Niger et au Burkina Faso. M. Issaka Siddo soutient que cette initiative est une opportunité pour interpeller et les autorités actuelles et les autorités futures et tous ceux qui aspirent à diriger ce pays quant à l’importance à accorder à la protection de l’environnement, dans ce contexte de mondialisation et du changement climatique.

 Ismaël Chékaré(onep) et Chérifatou Adamou H. Dourbi

30 décembre 2020
Source : http://www.lesahel.org/