ANDP Zaman Lahiya Les « dankooli » de la politique au Niger

ANDP Zaman Lahiya Les « dankooli » de la politique au Niger

Depuis l’annonce du soutien de l’ANDP à Bazoum Mohamed, le candidat de la continuité, c’est la récrimination, la désapprobation et le refus de s’aligner derrière la décision. Aujourd’hui, selon une source interne, le parti est dans une situation d’implosion totale. Cela, du fait de l’inconséquence de ses dirigeants qui auraient marchandé leur âme pour quelques billets de banque. À Dosso, le fief du parti, le choix porté par le bureau politique sur le poulain d’Issoufou Mahamadou au second tour, est accueilli avec froideur et déception, voire, révolte. C’est pour quoi, des voix s’élèvent pour vomir cette décision jugée inacceptable et contraire aux valeurs qui fondent l’ANDP Zaman Lahiya. Selon notre source, une déclaration sera rendue, bientôt, pour fustiger le comportement du président du parti et appeler les militants à ne pas suivre le mot d’ordre du bureau politique. Du reste, un appel républicain sera lancé à partir de Dosso pour rejeter la décision du bureau politique et demander aux militants de sortir massivement le 21 février pour voter le candidat du changement.

Une démarche accueillie par l’opinion comme étant un acte patriotique qui restera dans les annales de l’histoire du Niger. Depuis la disparition du père fondateur, l’ANDP Zaman Lahiya s’est abimée du fait du comportement opportuniste et la vision alimentaire de ses nouveaux dirigeants. Le parti est devenu un appendice du PNDS. C’està- dire, une formation politique qui peine à s’affranchir du diktat des seigneurs du parti rose. Les dirigeants, avec leur comportement prébendier, ont toujours préféré aliéner le parti au profit de leur ventre. Ils ont abandonné la morale pour des broutilles qui n’honorent guère. C’est dans cette situation de vendu que l’ANDP se trouve. Il ya quelque temps, certains de ses responsables ont été accusés de trafic de devises étrangères, de drogue et d’être trempés dans des scandales miniers. Malgré tout, ils continuent à s’aliéner derrière ceux qui les humilient et les regardent avec dédain. Mais, comme la pratique de la politique alimentaire est devenue une constance chez eux, ils ont perdu toute vision pour le Niger.

Ces prébendiers politiques ne cherchent qu’à remplir la ventre. Ils sont devenus des « dankooli » de la politique au Niger. C’est la prostitution politique qui prend le pas sur l’honneur et la fierté. C’est cette perturbation du real-politique qui a motivé le départ massif de cadres du parti pour d’autres horizons politiques pour conserver leur fierté. Et, selon plusieurs sources internes à l’ANDP, Moussa Barazé aurait bien réussi son coup. Avec ses complices, ils auraient gagné le jackpot. Car le zaki du PNDS leur aurait craché beaucoup d’argent. C’est ce comportement d’indignité politique qui a révolté les militants et pousse le parti vers la décrépitude.

Une décadence certaine avec le refus des militants de se soumettre aux enchères politiques. Le rejet du choix du bureau politique de soutenir Bazoum Mohamed est catégorique à Dosso. Car, ensemble, les militants de Dosso ont décidé de s’inscrire sur le registre des Nigériens soucieux du devenir de leur pays. Ils préfèrent rester dans la pauvreté avec leur dignité que d’être riches dans l’assujettissement. Ensemble donc, ils ont décidé d’accompagner le changement dans sa marche irréversible. Un réel coup dur pour Barazé et ses camarades qui se seraient vendus.

A.S

Lire aussi  >>> Moussa Barazé et Mounkaila Issa se rencontrent à la mangeoire

C’est lamentable, la honte et un manque de fierté. C’est l’expression qui est sur toutes les lèvres à Dosso. Une ville fondée sur des valeurs intrinsèques qui font la fierté de ses enfants.

Ces valeurs sont, aujourd’hui, malmenées et outragées par certains de ses fils qui préfèrent rater le rendezvous de l’histoire pour happer quelques billets de banque jetés à leur figure. Parmi ceux –ci, on cite à Dosso, Moussa Barazé et Mounkaila Issa. Deux hommes qui ont manqué de tact pour survivre politiquement. Ils ont préféré succomber aux liasses de billets que d’avoir un sursaut patriotique pour répondre aux aspirations profondes du peuple nigérien. Pour eux, c’est l’intérêt personnel qui compte. L’intérêt du Niger et de son peuple, ils s’en moquent. L’acte qu’ils ont posé bourdonnera toujours dans leur conscience et les empêchera de dormir. Cela, pour avoir pris la décision de participer au complot politique contre le Niger. Au lieu de chercher à éviter au Niger, le chaos, ils ont décidé de participer au pillage des deniers publics, à la mise à sac des ressources naturelles, à la paupérisation des masses laborieuses et procéder à la mise à mort du pays. Mais, comme Dieu, le Tout Puissant fait toujours bien les choses, le bateau de la renaissance chavirera avec eux, Incha’Allah, le 21 février 2021.

AS