Après avoir acquis le ralliement de deux candidats malheureux du premier tour : Le PNDS-TARAYYA aura-t-il l’élégance de respecter les votes des Nigériens au second tour ?

Après avoir acquis le ralliement de deux candidats malheureux du premier tour : Le PNDS-TARAYYA aura-t-il l’élégance de respecter les votes des Nigériens au second tour ?

Ainsi que l’ont rapporté divers témoignages, parfois même des coupables, plusieurs actes de corruption, des votes multiples et même des braques des urnes ont été caractérisé le premier tour de l’élection présidentielle du 27 décembre dernier. La plupart de ces actes ont été attribués, à tort ou à raison, au Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-TARAYYA) dont des militants ont, de fois, été même filmés en train de commettre certains de ces actes. A l’époque, bien des Nigériens ont condamné ces actes attentatoires à la démocratie et à la liberté des électeurs de choisir les personnes qu’ils veulent à travers les urnes. Mais certains Nigériens ont, tout de même, tenté d’expliquer que si le PNDS TARAYYA est arrivé à faire recours à des tels actes, c’est parce qu’il était gagné par la peur de perdre le pouvoir, alors que beaucoup de ses responsables sont impliqués dans des affaires de mauvaise gestion par rapport auxquelles ils pourront être inquiétés par de nouveaux dirigeants.

Aujourd’hui, nombreux sont encore les Nigériens qui craignent la réédition des actes graves qui ont caractérisé le premier à l’occasion du scrutin du 21 février. Mais, d’autres Nigériens pensent qu’après avoir obtenu le soutien de plusieurs candidats malheureux du premier tour à son candidat – dont Seïni Oumarou et Albadé Abouba, arrivés troisième et quatrième – le PNDSTARAYYA doit avoir une certaine assurance de pouvoir remporter le second tour de la présidentielle. Selon ces Nigériens, le parti de Bazoum Mohamed aura, cette fois-ci au moins, l’élégance de respecter les choix des Nigériens dans les urnes afin d’offrir une victoire propre à son candidat. Si le PNDSTARATTA oeuvre pour un scrutin transparent et honnête le 21 février, c’est aussi et surtout le Président de la République Issoufou Mahamadou qui en sera fier, lui qui peut se targuer partout d’avoir fait deux mandats au pouvoir et d’avoir organisé des élections propres avant de se retirer. Le Niger, l’Afrique et le monde entier lui en seront reconnaissants.

Hamidou Bello