Insécurité au Niger : Issoufou Mahamadou laisse un Niger déchiré par l'insécurité

Le Business lucratif de certains Nigériens, tapis au sommet de l'Etat, n'est pas prêt de s'estomper. La page de massacres de soldats mal équipés et/ou équipés d'armes et munitions défectueuses est manifestement fermée par ceux qui tirent les ficelles de ce business au profit d'une nouvelle page, tout autant tragique pour le Niger. C'est celle d'exécutions sommaires de citoyens. En l'espace d'une semaine, ce sont plus de 200 citoyens nigériens qui ont été exécutés. Sans que cela fasse frémir, pour le moins du monde, le chef de l'Etat qui, à chacune de ces tragédies (à Banibangou et à Tillia), ne s'est pas gêné de prendre l'avion pour aller à l'étranger. Dans le premier cas, il est allé à Abuja pour livrer, à domicile, une médaille qu'il dit avoir décerné au président nigérian, Mohamed Buhari. Dans le second cas, il s'est envolé pour Abidjan, on ne sait encore pourquoi. Ces actes, posés sans état d'âme par Issoufou Mahamadou ne peuvent être interprétés que comme un mépris aux populations nigériennes qui, si l'on s'en tient à son comportement, peuvent mourir par centaines. Ce n'est pas sa préoccupation. Sa préoccupation, c'est lorsqu'un Français trouve la mort. En France ou au Niger, c'est pareil. Les Nigériens l'ont ainsi vu aller en France se recueillir sur les corps de cinq soldats français morts. Dans son pays, il n'a jamais montré autant de compassion et de solidarité.

Issoufou Mahamadou va bientôt s'en aller, laissant le Niger déchiré par l'insécurité et l'impunité pour les auteurs, co-auteurs et complices des détournements des fonds dédiées à l'armement des Forces armées nationales.
Laboukoye