POLITIQUE : Les dessous de la nomination d'Ouhoumoudou Mahamadou

Après le coup d'Etat électoral perpétré par le PNDS Tarayya contre la volonté du peuple nigérien souverain, avec le soutien ferme de Issaka Souna et sa CENI, les nigériens ont appris, sans grande surprise, la nomination du sieur Ouhoumoudou Mahamadou au poste de Premier ministre. Mais que serait la principale raison de son choix ?

C'est la question que beaucoup de partisans de la continuité, autrement les soutiens de Bazoum Mohamed, se posent. Car pour eux, le sieur Ouhoumoudou ne se serait pas assez mouillé pour le couronnement du holdup électoral. Mais, pour une source interne au PND,S ce que beaucoup ignorent dans le parti, c'est qu'à un certain moment, il aurait été question de substituer à Bazoum Mohamed Ouhoumoudou Mahamadou pour porter le flambeau du PNDS à l'élection présidentielle. Ce débat aurait eu lieu au soir du dimanche 6 décembre 2020 à la présidence avant la sortie de l'arrêt n° 10 /CC / ME du 08 décembre 2020. A cette date, la dernière requête déposée à la Cour Constitutionnelle par Abdoul Kadri Alpha avait failli faire basculer la donne. Selon notre source, Issoufou Mahamadou à l'époque, président de la République, avait senti le danger lorsque la Cour Constitutionnelle, dans ses recherches, avait retrouvé, dans ses archives, le certificat de nationalité n°140/ 85 que Bazoum Mohamed contestait lui appartenir. La panique était donc totale. Pour parer au plus pressé, selon notre source, Issoufou Mahamadou aurait rencontré les deux, c'està- dire, Ouhoumoudou Mahamadou et Bazoum Mohamed dans son bureau pour discuter avec eux de la conduite à tenir. Car, la Cour risquait d'invalider la candidature de Bazoum Mohamed. Il fallait songer à son remplacement. Selon notre source, à cet effet, Issoufou Mahamadou aurait demandé à Ouhoumoudou de se préparer. Cette réunion n'aurait pas duré. Car Bazoum Mohamed se serait fâché et aurait dit à Issoufou Mahamadou que cette alternative ne l'agréait pas. Il faut à tout prix qu'il soit dans la course. Ce qui aurait amené Issoufou Mahamadou à continuer à le soutenir. Et la Cour a validé sa candidature par arrêt n° 10 /CC/ME du 08 décembre 2020. Le lendemain, Ouhoumoudou Mahamadou est parti dans son Tahoua natal pour battre campagne pour les élections législatives et consécutivement pour autres choses. Quant à Bazoum Mohamed, il s'est rendu à Maradi avec sa kyrielle de micro partis politiques qui le soutiennent.

Qui est Ouhoumoudou Mahamadou ?

Il fait partie du cercle fermé de la galaxie rose. Il est également considéré comme étant le plus grand bailleur de fonds lorsque le parti était dans des difficultés existentielles. C'est pourquoi, il est toujours promu à des postes de responsabilité. Ministre des finances de 2011 à 2013, il a été pris la main dans le sac dans une affaire de tricherie. Dans cette affaire, il a violé l'article 52 de la Constitution pour s'arroser le droit de faire ce que bon lui semble.

Avec l'indignation générale que l'affaire a suscitée, il a été limogé du gouvernement. Avant d'être récupéré ailleurs comme directeur général de la BIA. Grand partisan du népotisme, Ouhoumoudou Mahamadou aurait fait recruter dans cette banque plusieurs militants de son parti le PNDS ainsi que des parents. Après son séjour à la BIA, il a été nommé directeur de cabinet du président de la République. Poste qu'il occupe jusqu'en décembre 2020. Son séjour au cabinet du président de la République a été également marqué par des pratiques aux antipodes des bonnes moeurs de gouvernance. Cela pour avoir fait nommer ses parents à la tête de certains postes '' juteux ''. A l'exemple du Fonds d'entretien routier(FER). En plus, son nom a été cité dans d'autres scabreuses affaires. Comme dans celle de permis biométrique aux côtés du nom de Daniel Mukuri contre Haroun Print.