Ibou Karadjé n’a-t-il pas été sacrifié pour protéger ceux qui ont dépensé plus de 1300 milliards à la présidence de la République ?

Des informations de certains observateurs parlent d’une initiative de lutte contre le détournement des deniers publics, d’aucuns vont jusqu’à féliciter et louer la dite initiative qui, en réalité, ressemble plus à un plan de ménage après une gestion patrimoniale de plus 1000 milliards à la présidence de la République. Faut-il rappeler qu’en moyenne, le budget annuel de la Présidence s’élève à environ 120 milliards de nos francs, ce qui ferait un total de plus 1000 milliards gérés et dépensés à la Présidence de la République sous le régime du président Issoufou.

Rappelons aussi que les affectations budgétaires à la présidence de la République échappent le plus souvent à l’Assemblée Nationale dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale et même aux institutions chargées de la conformité des dépenses. Aux fins de justificatif, d’infinis et inutiles services et agences sont créés et rattachés à la présidence. Ainsi sont dissipées les colossales sommes affectées à cette institution. Ces services et agences sont comparables à un gouvernement parallèle. Comme dit l’adage, les hommes passent mais que les institutions restent et ont une mémoire. Un jour où l’autre une enquête sera faite, le pot aux roses sera découvert, des coupables identifiés et des sanctions prononcées, il est cyniquement intelligent et hypocrite de faire sa propre inspection, définir soi-même l’ampleur du dégât, identifier ses propres coupables et prononcer soi-même des sanctions. Si le président, lui, échappe à un contrôle et n’est pas politiquement responsable, il y a d’autres, bien plus qu’un simple comptable qui doivent également répondre de leurs actes et de leurs complicités.

Les principaux coordonateurs des activités de la présidence, ce sont les différents ministres Directeurs de cabinet et leurs adjoints. Ibrahim Amadou Moussa dit Ibou éventuel vrai coupable, auteur, co-auteur et complice et parfait bouc émissaire ? Il est victime de sa propre honte et qu’il serve de leçon à tous ceux qui veulent le gain facile, au prix de tout. En effet, ses générosités excessives pour un fonctionnaire d’État sont de nature à créer le doute et à le rendre suspect ! Le travail de maître a été fait pour qu’il soit le parfait bouc émissaire :

1-De nom, il ne semble pas venir de famille qui dispose d’une immunité, de protection et de droit à tout faire.

2- Les stratèges du Pnds, l’ont cyniquement inspiré et encouragé à faire preuve de générosité inégalée, exposée et médiatisée afin de gagner la sympathie des populations.

En un temps record, il est devenu célèbre, pas forcément aimé puisqu’il est devenu un visage connu des escrocs, fraudeurs, coupables vomis et reniés par une écrasante majorité. L’objectif était ainsi atteint : l’élever, puis le laisser tomber. Il sortira peut-être blesser de cette chute. Candidat aux dernières élections locales, dans l’objectif avoué de trôner à la Mairie centrale de Niamey, en lieu et place du locataire d’antan Mouctar Mamoudou. Il n’était un secret pour personne que Mouctar était voué à récupérer Niamey des mains de l’opposition. C’est pourquoi il fut nommé super Haut Commissaire et Président de la Délégation Spéciale (PDS) de la ville de Niamey, où des milliards lui ont été affectés. Il s’est engagé dans une propagande sans mesure, une communication permanente. Malheureusement il a échoué. Pourquoi prendre le risque de le laisser chercher un fauteuil qu’il ne gagnera pas. Le président Issoufou Mahamadou lui a donc créé une nouvelle agence (dont les dessous vont sortir bientôt). Si non, il est évident que ce n’est la fortune supposée, ni l’influence ni l’intelligence de sieur Ibou qui lui ont permis de damner le pion à Mouctar Mamoudou.

Après la victoire contre Mouctar Mamoudou, on lui conseille d’essayer contre Oumarou Moumouni Dogari candidat du Lumana, maître de la ville de Niamey. En créant ainsi une opposition entre Ibou et les militants de ce parti. Si aujourd’hui son arrestation a tant fait couler d’encre, c’est en partie parce qu’il s’est retrouvé dans cette position d’opposition. A la limite cette mise en scène pourrait servir de message aux autres.

Dans tous les cas on n’est pas naïf ! Un jour où l’autre les 1300 milliards dépensés à la présidence doivent être inspectés ! Et la vraie justice châtiera, on l’espère, du peuple !

Selon une source digne de foi de dernière minute, nous apprenons que l’affaire dite ‘’Ibou Karadjé’’ risque de voir son épilogue pour ce mercredi 26 mai 2021, car les vraies raisons de son arrestations sont classées confidentielles. Affaire à suivre…

Yaou