Rencontre sur la prise en compte de la coopération transfrontalière dans le Projet de stabilisation du Liptako Gourma : Multiplier les chances de réussite du Programme

L’Autorité de développement intégré des Etats du Liptako-Gourma (ALG) a organisé le jeudi 8 juillet 2021 à Niamey, avec l’appui financier du PNUD, une rencontre sur la prise en compte de la coopération transfrontalière dans le projet de stabilisation du Liptako Gourma. C’est le Secrétaire général du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Saidou Halidou qui a présidé l’ouverture des travaux en présence de l’ambassadeur de l’Allemagne au Niger, de la Représentante résidente du PNUD et des responsables des structures en charge des questions de frontières du Burkina Faso, du Mali et du Niger.

Durant deux jours, les participants venus du Burkina Faso, du Mali, du Sénégal et ceux du Niger ont mené des discussions sur les responsabilités de chacun, surtout dans la zone du Liptako-Gourma pour éviter la dispersion des interventions.

A l’ouverture des travaux, le secrétaire général du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation a précisé que la rencontre de Niamey a pour objectif global d’intégrer les initiatives de coopération transfrontalière dans la mise en œuvre du Programme de stabilisation de la région du Liptako-Gourma. Il s’agit dans le cadre de ce processus, qui se veut particulièrement participatif, de prendre en compte la coopération transfrontalière aussi bien dans sa dimension stratégique, que dans sa dimension opérationnelle. «J’ai le plein espoir qu’à l’issue de ces travaux, nous atteindrons les objectifs fixés et les résultats attendus des présentes assises», a dit M. Saidou Halidou.

Pour sa part, le secrétaire exécutif de l’Autorité de développement intégré des Etats du Liptako-Gourma (ALG), M. Saidou Oua a souligné que la prise en compte de la coopération transfrontalière dans le mécanisme de stabilisation est une des récommandations de l’atelier technique sous régional organisé du 15 au 16 mars 2021 à Ouagadougou, dans le cadre de la mise à l’échelle de la stabilisation de la région du Liptako Gourma.

Comme le précise la convention de l’Union Africaine sur la coopération transfrontalière ratifiée par les trois Etats membres de l’ALG, les activités de coopération transfrontalière sont mises en œuvre par les collectivités territoriales ou  par des groupements. Il se trouve que la région du Liptako Gourma malgré un contexte sécuritaire difficile est un vrai champ géopolitique d’expérimentation de la coopération transfrontalière dont les élus sont invités à la présente rencontre.

«Il nous faut également tenir compte des structures étatiques d’encadrement et d’appui conseil à la coopération transfrontalière que sont la direction nationale des frontières du Mali et les secrétariats permanents des Commissions nationales des frontières du Burkina Faso et du Niger qui sont les chevilles ouvrières de la mise en œuvre des politiques et ou stratégies de gestion des frontières», a expliqué le secrétaire exécutif de l’ALG.

Par ailleurs, M. Saidou Oua a assuré que le secrétariat exécutif de l’ALG est résolument engagé à contribuer à faire du Liptako Gourma un espace apaisé et sécurisé aux cotés de ses Etats membres et des partenaires techniques et financiers. «C’est la raison pour laquelle, très tôt il a perçu la valeur ajoutée de la coopération transfrontaliere considérée tant au niveau régional que continental comme un instrument de prévention structurelle des conflits, un moyen de gommer les effets frontières dans une perspective d’intégration régionale, de gérer en commun des problèmes partagés et d’améliorer les conditions de vie des populations des espaces transfrontaliers», a-t-il précisé.

La Représentante  résidente du PNUD au Niger, Mme Diana Louise Ofwona, a souligné que la présente rencontre est une opportunité de clarifier l’approche stabilisation et de bénéficier des leçons acquises à travers la stabilisation du Bassin du Lac Tchad. «Depuis 2012, la région du Liptako-Gourma subit les vagues d’attaques des groupes terroristes et des groupes criminels organisés. Ce qui a fait de la zone l’épicentre de la crise au Sahel», a-t-elle dit.

Quant à l’ambassadeur d’Allemagne au Niger, SE. Hermann Nicolai, il a souligné que son pays accompagne toujours ses partenaires notamment les pays comme le Mali, le Burkina Fasso et le Niger dans la coopération économique, et militaire. «L’Allemagne s’est également engagée à soutenir les efforts du PNUD d’introduire des facilités régionales dans la région du Lac Tchad et le Liptako- Gourma», a-t-il indiqué.

Yacine Hasssane(onep)

12 juillet  2021
Source : http://www.lesahel.org/