Ministère des Mines : Vers une Nouvelle gouvernance dans l’exploitation des ressources minières au Niger

A la recherche des voies et moyens pour une meilleure exploitation des ressources minières au profit des nigériens dans leur ensemble, la nouvelle Ministre des Mines Mme Ousseini Hadizatou Yacouba a inscrit ses activités dans la transparence avec tous les acteurs intervenants dans ce secteur, conformément à la déclaration de politique générale du gouvernement. Une nouvelle gouvernance dans l’exploitation de ces ressources qui ont contribué significativement au développement économique et social du Niger qu’elle a initié en deux directions essentielles. Ainsi dans un premier temps elle a tenu à s’informer auprès des partenaires traditionnels de l’état dans lequel elle a trouvé le secteur afin de capitaliser les acquis d’une part et d’autre part d’instaurer la confiance pour une meilleure gestion de ce secteur qui a toujours focalisé l’attention de l’opinion. Avec la rigueur qu’on lui connait, le principal souci de la ministre Ousseini Hadizatou Yacouba, est de permettre à tous les partenaires du secteur de travailler avec l’Etat sur une base saine dans le cadre d’un partenariat clair et renforcé dès le départ dans lequel les engagements de chaque partie prenante sont bien définis. C’est ce qui a motivé la série de rencontres qu’elle initie à son cabinet dès sa prise de fonction. Une première série d’audiences lui a permis de s’entretenir successivement avec tous les responsables des sociétés minières dont son département ministériel assure l’encrage administrative afin d’échanger avec eux sur leurs activités et ce après avoir rencontré tous les responsables des services du Ministère. L’on retiendra essentiellement les entretiens qu’elle a eus avec les responsables des Sociétés, française ORANO, canadiennes Gold Mayonant, GOVIEX et Global Atomic Fuel pour ne citer que celles-là et les différents directeurs généraux des compagnies minières nigériennes à savoir COMINAK, SOMAIR, SML et SOPAMINE. Toutes ces rencontres ont permis à la ministre des Mines d’être édifiée sur les enjeux liés à l’exploitation minière au Niger et d’avoir des données de base pour planifier ses activités dans le court, moyen et long terme. Par ailleurs suite à la cessation des activités de la COMINAK, la Ministre des mines était le 5 juin 2021 à l’assemblée nationale pour répondre à une question orale à elle adressée par le député Bachir Abdoul Aziz sur le respect des engagements pris par cette société relativement aux droits de ses anciens travailleurs et au traitement de déchets qu’elle a produits dans le cadre de l’extraction de l’uranium depuis sa création.

En réponse à cette question la ministre des mines Mme Ousseini Hadizatou Yacouba a dans un exposé clair et succinct fait aux honorables députés l’économie d’un bref rappel historique des activités menées par la Compagnie minière d’Akouta (COMINAK) dans notre pays depuis sa création le 12 juin 1974 jusqu’à sa fermeture décidée par son Conseil d’administration pour le 31 mars 2021.

La ministre des mines a tenu à rassurer la représentation nationale sur le fait que cette fermeture rendue nécessaire par la conjonction de facteurs aussi bien endogènes (épuisement des réserves) et exogènes (baisse du cours mondial de l’uranium) a été  décidée dans le respect strict de la responsabilité sociétale de la COMINAK à travers un Avant-projet détaillé de réaménagement du site qui principalement :

  • Un volet technique 
  • Un volet social
  • Un volet Sociétal 

La ministre des mines a ensuite précisé qu’un dispositif institutionnel a été mis en place afin de garantir un contrôle permanent de la gouvernance de cet avant-projet détaillé de réaménagement qui prend en charge la situation des sous-traitants locaux , le financement de certains projets par la COMINAK et le démantèlement des infrastructures industrielles  Ce dispositif inclut un comité interministériel, la mise en place d’un comité technique  de suivi avec une déclinaison locale  dans le but de garantir un suivi local de proximité de manière inclusive.

Cet intérêt marqué autour de la fermeture de la COMINAK et du réaménagement de site l’a poussée à envisager un déplacement à Arlit pour, d’une part, constater par elle-même le respect des engagements souscrits par les différents acteurs et, d’autre part, encourager le personnel des deux sociétés minières COMINAK et SOMAIR à être au rendez-vous des résultats escomptés. Ensemble avec les autorités locales et régionales, la Ministre a procédé à une analyse de la chaine aurifère, des défis et perspectives pour la région d’Agadez, reconnue par essence, comme minière.

La Ministre   est aussi allée au-devant des partenaires extérieurs pour leur miroiter les énormes potentialités du socle nigérien (phosphate, fer, acier, etc.) ainsi que des facilités pouvant accompagner les opérateurs afin de booster l’économie nigérienne.

Toutes ces rencontres et les autres activités menées par la ministre des mines, en l’espace de quelques semaines après la mise en place du gouvernement, laissent présager d’une administration des mines au service exclusif de l’intérêt supérieur de notre pays, et ce conformément aux ambitions et aux promesses du Président de la République. Les premiers pas de la ministre Mme Ousseini Hadizatou Yacouba sont de manière indélébile la preuve éloquente de la consolidation des acquis dans le secteur minier afin d’avancer vers des perspectives efficientes qui boosteront la recherche et l’exploitation des richesses du sous-sol nigérien.

Aichatou Kaka  Responsable communication ministère des mines

12 juillet  2021
Source : http://www.lesahel.org/