Déclaration de la Coalition pour une Alternance Politique (CAP20-21), de l’Alliance des Candidats pour le Changement (ACC), du Front Républicain pour le Changement (FRC) & Alliés


Nigériennes, Nigériens,
Cher(e)s Compatriotes,
Le 20 juillet 2021, la Oumah Islamique a célébré l’Aïd-El-Kébir. Nous implorons Allah, Le Très Miséricordieux, afin qu’Il accepte nos sacrifices, répande sa Grâce sur notre pays et nous gratifie d’un hivernage fécond. Amine !
Nous comprenons aisément les inquiétudes suscitées auprès de nos militantes et militants par le silence observé par notre Coalition après le hold-up électoral perpétré par le régime ayant pour conséquences directes, le déni de démocratie, de justice et de l’Etat de droit dans notre cher pays.

Cher(e)s Concitoyen(ne)s,
Il vous souviendra que, le 18 avril 2021, notre coalition avait rendu publique une déclaration, à la teneur de laquelle, nous dénoncions des multiples pratiques de mauvaise gouvernance du régime de la renaissance.
La situation a hélas empiré avec l’accumulation des scandales financiers, des fautes diplomatiques graves et des choix hasardeux en matière sécuritaire pouvant mettre en péril la souveraineté de notre Nation.
Notre pays est en crise dans presque tous les domaines, et cette situation nous interpelle tous.

Nigériennes, Nigériens,
Cher(e)s Compatriotes,
Depuis le 2 avril 2021, date qui consacre le coup d’État électoral du 21 février 2021, quel bilan peut-on tirer de l’évolution de la situation ?

Au plan sécuritaire,
Les deuils et les épreuves imposés à nos populations n’ont jamais cessé dans toutes les régions touchées par l’insécurité. Cela se remarque malheureusement par les déplacements massifs et forcés des populations et l’intensification des tueries de masse de manière encore plus sauvage, pour cause d’absence de l’Etat dans les zones reculées.
Notre souveraineté, c’est notre liberté dans une justice rendue au nom du peuple, c’est la maîtrise par nous-mêmes de notre système de défense et de sécurité, c’est le mécanisme de protection de notre économie, c’est l’entière propriété sur nos ressources naturelles, c’est également une monnaie émancipée, propre à notre espace communautaire.
La coalition CAP20-21/ACC/FRC et Alliés, tient à rappeler à l’opinion nationale et internationale que seule une politique de défense et de sécurité conçue par les nigériens, acceptée par tous, serait en mesure de venir à bout de l’insécurité que nous vivons aujourd’hui. C’est l’occasion de rappeler que conformément à notre loi fondamentale, tout accord de défense doit au préalable passer par les mailles parlementaires.
Notre politique de défense et de sécurité tiendra compte de qui a un intérêt légitime et mutuellement respectueux avec nous. L’ère du « tutorat » sécuritaire est révolue !

Au plan éducatif,
Depuis plus de dix ans, le régime PNDS a lamentablement échoué dans l’identification des réels maux dont souffre l’éducation au Niger. La politique au même titre que l’éducation, est l’engendrement continu d’une Nation et d’un peuple. L’école publique nigérienne n’est plus le lieu où la Nation se reproduit, elle est plutôt devenue un lieu de business, un guichet parmi tant d’autres, ouverts par les usurpateurs.
Nous avions déjà dénoncé l’absence d’infrastructures scolaires décentes, l’absence de vision de l’éducation de nos enfants, les dysfonctionnements liés à l’insuffisance notoire des ressources pédagogiques et didactiques ainsi que la condition de l’enseignant. Le taux de performance globale au BEPC 2021, environ 20% alors qu’il était de 60% à la prise de pouvoir du PNDS, vient confirmer à ceux qui en doutaient encore, les nombreux témoignages séditieux de l’échec de ce régime.
La coalition CAP 20-21-ACC-FRC et Alliés s’engage à ce que tous ceux qui, à un moment ou à un autre, ont mal géré le système éducatif répondent de ce désastre national qu’est l’échec scolaire au niveau du secondaire.
Il nous faut rebâtir une nouvelle école nigérienne, un nouveau système éducatif, dans lequel, l’échec scolaire soit perçu comme l’échec des gestionnaires du système ; d’où la meilleure formule pour amener tous les acteurs à tirer les conséquences de leurs responsabilités respectives. C’est à ce prix seulement que nous pouvons bâtir une génération compétente pour le Niger de demain.

Cher(e)s Compatriotes,
Dans la déclaration du 18 avril 2021, notre coalition s’était déjà prononcée sur le coup d’État électoral du 21 février 2021 en ces termes, je cite : « La Coalition CAP20-21/ACC/FRC et Alliés ne reconnait pas l’élection de Bazoum MOHAMED à la Présidence de la République du Niger ».
Cette position, nous la maintenons sans ambiguïté aucune. Pour faire corps, le Conseil du Candidat Mahamane OUSMANE a introduit un recours auprès de la Cour de Justice de la CEDEAO aux fins de constater et condamner les multiples violations de ses droits dans le traitement du dossier des élections présidentielles du 21 février 2021, par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et la Cour Constitutionnelle. En dépit du contexte, nous avons foi dans l’issue favorable de cette requête.
En ce qui concerne particulièrement la situation des personnes injustement privées de leur liberté suite à la proclamation des résultats biaisés de l’élection présidentielle du 2eme tour du 21 février 2021, la coalition CAP20-21/ACC/FRC et Alliés a pu constater des manœuvres de diversion et de blocage dans les procédures judiciaires, retardant indûment la libération des détenus politiques. Nous avons à cet effet, saisi la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) de ces abus et dérives autoritaires.

Cher(e)s Compatriotes,
Au plan diplomatique, la Coalition CAP20-21/ACC/FRC et Alliés soutient les légitimes efforts du peuple frère du Mali visant à s’affranchir de toute pesanteur extérieure négative sur les questions de défense et de sécurité de leur pays.
La Coalition s’indigne que Monsieur Bazoum MOHAMED, en mal de légitimité, s’autorise à plaider l’illégitimité des courageux dirigeants actuels du Mali auprès de la communauté internationale, alors que lui-même est parvenu au pouvoir par un coup d’État électoral. Par la même occasion, la Coalition s’honore de la réaction diplomatiquement correcte et fraternelle des autorités maliennes qui replace au bon ton, les liens ancestraux entre nos deux peuples.

Cher(e)s Compatriotes,
Au regard de la gravité de la situation et aussi des faits dont vous avez connaissance,
la coalition CAP20-21/ACC/FRC et Alliés :
 
1. Demande à ses militants de rester vigilants quant aux manœuvres de diversion menées par le sieur Bazoum Mohamed dans sa quête de légitimité. Il s’agit d’ubuesques opérations de charme et de communication, car comme le dit un proverbe de chez nous : « le séjour d’un tronc d’arbre dans une rivière, ne le transformera jamais en caïman » ;
 
2. S’inquiète de la dégénérescence progressive du système éducatif nigérien, et prend à témoin l’opinion publique sur la responsabilité manifeste du régime de la renaissance dans la baisse drastique du niveau de nos enfants à l’école ;
 
3. Exige la libération immédiate et sans conditions de tous les prisonniers politiques, à savoir : l’Autorité Morale du MODEN/FA/LUMANA-AFRICA SE Hama AMADOU, le Président Abdou Mamane Lokoko, le Général à la retraite Moumouni Boureima, Monsieur Seydou Tahirou Mayaki, Monsieur Anas Djibrilla de Debout-Niger-Debout et de toutes les personnes arbitrairement arrêtées dans le cadre de la crise postélectorale née du coup d’État électoral du 21 février 2021 ;
 
4. Réaffirme son soutien ferme et indéfectible au Président élu, S.E. Elh Mahamane Ousmane. Dans ce cadre, elle prendra toutes initiatives tendant à restaurer la vérité sortie des urnes ;
 
5. Invite ses militantes, militants, sympathisantes et sympathisants à se tenir prêts pour des mots d’ordre de mobilisation et de lutte à venir.
 
Vive le Niger !
Vive la République !
Vive la Démocratie !
 
Faite à Niamey, le 27 juillet 2021