Session de formation DCAF /CNESS : Développer les connaissances des participants sur l’importance de la GRSS /PEV

Le centre national d’études stratégiques et de sécurité (CNESS), en partenariat avec le centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF), a organisé hier matin une session de formation sur la contribution de la gouvernance et la réforme du secteur de la sécurité (G-RSS) à la prévention de l’extrémisme violent (PEV). Cette formation a pour objectif global de développer les connaissances et les compétences des participants en gouvernance et réforme du secteur de la sécurité (GRSS) en lien avec la prévention de l’extrémisme violent (PEV) afin qu’ils contribuent, par leurs travaux et conseils, à l’amélioration de la sécurité humaine au Niger et au-delà. C’est le directeur de cabinet du Président de la République, M. Ibrahim Sani Abani qui a procédé à l’ouverture des travaux en présence du coordonnateur de DCAF-Niger, M. Musongera Louis Pasteur et de la représentante résidente de la CEDEAO au Niger Mme Liliane Alapini.

Le directeur de cabinet du Président de la République a indiqué que cette formation dont bénéficieront acteurs nationaux et partenaires techniques et financiers est très opportune car elle vise l’amélioration de l’appropriation des principes de la G-RSS par les participants dans la prévention de l’extrémisme violent.

Et, selon M. Ibrahim Sani Abani, la gouvernance et la réforme du secteur de la sécurité est un thème d’actualité dans le monde en général, et dans la sous-région en particulier. Cela, au regard notamment de la situation sécuritaire précaire qui prévaut au Sahel et dans le bassin du Lac Tchad. Il a, à ce niveau rappelé que le concept a été créé dès 1997 au Royaume-Uni devant la nécessité  de concilier appui au développement et assistance en matière de sécurité avant d’être adopté au niveau international à partir de 2007 grâce aux efforts de l’organisation de coopération et de développement (OCDE).

Depuis lors le concept s’est imposé progressivement et vise à consolider la paix et la sécurité, prévenir les conflits et ancrer la démocratie dans les pays fragiles. Et ce conformément à l’esprit du continuum sécurité-développement, auquel le Niger adhère.

M. Ibrahim Sani Abany a ajouté que le Niger, en conformité avec les cadres internationaux en matière de réforme du secteur de la sécurité auxquels il a souscrit et pour faire face aux nombreux défis sécuritaires, a élaboré différents documents de politique stratégique et plusieurs mesures en vue d’améliorer la sécurité des personnes, des biens et préserver l’intégrité du territoire nationale .

Il est donc nécessaire a dit le directeur de cabinet du Président de la République aux participants, de comprendre le concept dans ses généralités avant d’être en mesure de l’intégrer et l’adapter au contexte nigérien, en particulier dans le cadre de la prévention de l’extrémisme violent.

Le directeur du CNESS, le Colonel Major Mahamadou Seidou Magagi, a pour sa part soutenu que de façon spécifique, les objectifs visés par cette formation sont : donner aux participants une base conceptuelle sur les liens entre la GRSS et la PEV afin qu’ils puissent analyser les causes profondes et facteurs déclencheurs d’insécurité et éclairer, créer une vision commune des participants en se référant à la stratégie nationale de prévention de la radicalisation et l’extrémisme violent et à la politique de sécurité nationale en cours d’élaboration  en vue d’identifier les principaux défis liés à la GRSS et à la PEV dans le contexte du Niger et de la sous-région. Enfin, la formation doit permettre d’identifier des priorités d’actions concrètes pour répondre aux défis et améliorer la coordination en identifiant les synergies et les possibles collaborations entre les institutions nationales et les PTF.

Il a donc exhorté les participants à être assidus et actifs pour en tirer le maximum de bénéfice afin d’être en mesure, à leur tour, de partager ces connaissances et compétences dans leurs structures respectives.

Pour  la représentante de la CEDEAO , Mme Liliane Alapini cette formation est d’une importance capitale car elle va mettre l’accent sur les aspects préventifs de l’extrémisme  violent en mettant en lien la gouvernance sécuritaire qui cadre parfaitement avec la volonté et la vision des chefs d’Etat et du gouvernement de la CEDEAO ainsi que de celle des peuples qui est d’avoir un espace sécurisé à l’abri de toutes menaces permettant la libre circulation des personnes et de leurs biens.

Enfin, le coordonnateur de la DCAF après une brève présentation de la DCAF et de son programme, a souhaité aux participants de gagner des connaissances plus approfondies par le biais d’échanges et partages d’expériences sur les initiatives mises en œuvre au Niger.

 Rahila Tagou

12 octobre 2021
Source : http://www.lesahel.org/