Clôture de l’atelier régional d’échange d’expériences sur la gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest : Plusieurs recommandations formulées pour l’atteinte des objectifs visés

Le directeur de la faune, de la chasse et des aires protégées, M. Soumaila Sahailou, a présidé, le 5 novembre dernier, la cérémonie de clôture de l’atelier régional d’échange sur le thème «Aires protégées et zones périphériques : de la nécessité de réconcilier les enjeux de conservation et les objectifs de développement socio-économique des territoires», tenu à Niamey du 3 au 5 novembre. L’atelier a réuni  une trentaine de participants issus des administrations publiques ou agences  gouvernementales en charge de la gestion des aires protégées, d’organisations non gouvernementales, de la société civile et d’associations communautaires d’Afrique de l’Ouest notamment du Benin, du Burkina Faso, de la Cote d’Ivoire, du Ghana, du Mali, du Niger et du Sénégal.

À l’issue de l’atelier, plusieurs recommandations ont été formulées. Elles portent entre autres sur le renforcement des efforts pour l’implication de toutes les parties prenantes des aires protégées; la conduite des opérations mixtes inter-État de sécurisation des aires protégées ; la nécessité de mener les réflexions pour améliorer les systèmes de gestion des complexes transfrontaliers. Les participants ont également recommandé la promotion des mécanismes de financements durables des aires protégées; le renforcement des mécanismes et modalités de financements  durables aux initiatives locales de valorisation des ressources naturelles. Ils ont aussi formulé le vœu de renforcer les capacités des administrations des aires protégées et organisations de la société civile sur les nouvelles technologies ; la mutualisation des efforts afin de renforcer l’efficacité de gestion des aires protégées.

L’atelier recommande aussi l’implication des communautés à différentes étapes de conception et de mise en œuvre des projets de développement, la redéfinition de la relation entre les communautés et les aires protégées dans la perspective d’une meilleure intégration et appropriation de celles-ci; le renforcement des activités génératrices de revenus intégrant une dimension de restauration et de pérennisation des espèces pourvoyeuses des PFNL. Enfin les participants ont recommandé la promotion d’une approche de développement fondée sur la valorisation du capital naturel, notamment dans la préparation des politiques sectorielles et de développement économiques des États.

Peu avant le mot de clôture, le consultant, Dr Moctar Sow s’est réjoui de l’atteinte des objectifs de l’atelier. Il s’agit entre autres «de développer un cadre propice à l’émergence d’un partage d’expériences systématique et de développer des outils capables de soutenir du point de vue technique la pérennisation de ce processus de partage qui doit être institutionnellement porté».

Pour sa part, le coordinateur régional du programme PAPBio, Dr Sonon Arsène a axé son intervention sur le réseautage pour communiquer afin de continuer les initiatives.

Procédant à la clôture de l’atelier, le directeur de la faune, de la chasse et des aires protégées, M. Soumaila Sahailou a félicité les participants pour les échanges enrichissants sur des sujets importants qui ont trait à la mobilisation des ressources; aux ressources locales et à l’efficacité de gestion à travers le modèle de gestion de certaines aires protégées. Il a aussi remercié les participants pour la formulation des recommandations pertinentes qui seront partagées avec les États lors des rencontres prochaines. M. Soumaila Sahailou a enfin réitéré ses remerciements à l’Union Européenne et aux autres partenaires qui accompagnent les ONG dans les activités de valorisation des ressources naturelles.

Oumar Issoufou

09 novembre 2021
Source : http://www.lesahel.org/